Le ROM souhaite créer un nouveau poste de conservateur et une nouvelle galerie dédiés à la géologie

02-11-2018

Par Elle Crosby

Little boy holding a rock
Avec l’aimable autorisation de Ryan Walker

Soucieux de mettre en avant l’importance de la géologie des points de vue de l’éducation et de l’industrie, le musée royal de l’Ontario (ROM) cherche activement à créer un nouveau poste de conservateur/conservatrice spécialisé(e) en géologie pour sa section Sciences de la Terre.

L’objectif du ROM est de récolter les fonds nécessaires afin d’affecter à la collection de pétrologie (roches) du musée un nouveau ou une nouvelle expert(e) de renommée internationale, de mener des recherches et de créer une nouvelle galerie dédiée à la géologie à l’intention des étudiants et du public, dans l’espoir de les sensibiliser aux étapes de la formation de la Terre ainsi qu’à l’incidence de la géologie et de la minéralogie sur notre vie quotidienne.

« Nous privilégierons une personne ayant une formation en géologie économique. Nous souhaitons montrer comment se forment les gisements et ce que cela implique au niveau des processus terrestres, et notamment de l’extraction des ressources », déclarait Ian Nicklin, technicien spécialisé en minéralogie et géologie au ROM.

Le ROM abrite actuellement la série de galeries Teck : les richesses de la Terre, dont font partie la galerie Vale des minéraux, la galerie du Temple de la renommée du secteur minier canadien et la galerie de la société Barrick Gold ; cette dernière évoque les responsabilités sociales et environnementales qui entourent l’exploitation minière moderne. Cependant, le ROM n’a plus de galerie dédiée à la géologie.

Visitors in the ROM Earth Sciences galleries
Avec l’aimable autorisation de le Royal Ontario Museum

« Nous disposons d’une collection de minéraux et de pierres précieuses, d’une impressionnante collection de météorites et d’une collection dédiée aux premières formes de vie sur Terre ainsi qu’aux dinosaures. Nous traitons de la majeure partie de l’histoire de la planète, et pourtant il nous manque la composante la plus cruciale, celle qui explique la création de la planète », expliquait Kathryn De Carlo, directrice associée à la philanthropie au ROM.

La section dédiée aux sciences de la Terre ne compte en tout et pour tout que quatre membres du personnel, le nombre le plus faible affecté à une section au cours des 104 années d’existence du ROM.

« Nous recherchons des personnes qui pourront nous aider à mettre en valeur les possibilités offertes par cette section, une démarche que nous jugeons essentielle pour plusieurs raisons. Elle nous aidera à libérer l’incroyable potentiel d’apprentissage qu’offrent ces galeries, à mener davantage de recherches révolutionnaires, et à améliorer notre relation avec la communauté minière », déclarait M. Nicklin.

De nombreux conservateurs du ROM sont nommés conjointement à l’université de Toronto et contribuent aux recherches dans leurs domaines respectifs. « Au cours des cent dernières années, les chercheurs du ROM spécialisés en sciences de la Terre ont décrit des dizaines d’espèces minérales », expliquait M. Nicklin.

Ce lien avec le monde universitaire n’est cependant pas l’apanage des conservateurs. Des étudiants de premier comme de troisième cycles, ainsi que des professeurs d’universités du monde entier se servent des installations de recherche, des supports pédagogiques et des publications proposés par le ROM, et bénéficient des connaissances de ses experts.

Pour les plus jeunes, le ROM propose des programmes d’apprentissage tout au long de l’année, dont un club d’été, auxquels participent des milliers d’étudiants et qui génèrent quelque 100 000 visites scolaires chaque année.

Kids learning about minerals at the ROM
Avec l’aimable autorisation de Jessie Milns

« C’est une telle satisfaction de voir les enfants dans le musée ; qui sait, l’une ou l’un d’eux pourraient bien devenir les scientifiques, historiens ou artistes de demain, une carrière inspirée par une simple visite au ROM. C’est à un donateur qui était venu au musée alors qu’il était au collège, et qui avait alors touché sa première météorite, que nous devons en grande partie notre remarquable collection de météorites », indiquait M. Nicklin.

Le ROM est le plus grand musée du Canada, et le plus complet ; c’est également l’un des principaux établissements d’enseignement pluridisciplinaire du pays. « Sa vocation est d’inciter divers publics à embrasser l’apprentissage tout au long de la vie », indiquait Mme De Carlo.

Avec l’aide d’un nouveau conservateur ou d’une nouvelle conservatrice ainsi que d’une nouvelle galerie dédiée à la géologie, le ROM espère inciter davantage d’étudiants à poursuivre des études dans des domaines liés à l’exploration.

« Nos collections de géologie sont fascinantes et ont un grand potentiel ; nous avons simplement besoin de soutien pour valoriser les possibilités qu’elles offrent », déclarait M. Nicklin. 

Pour obtenir de plus amples informations ou procéder à un don, veuillez contacter Kathryn De Carlo par téléphone au 416.586.5745 ou par courriel.