juin/juillet 2016

Une mine d'informations

Par Donna Beneteau, Donna Cortolezzis et Kristin Bogdan

Donna Beneteau
Donna Cortolezzis
Kristin Bogdan

Enseigner aux étudiants la façon de repérer, de mettre par écrit et de fournir les références des informations techniques dont ils se servent fait partie intégrante d'une éducation dans le domaine du génie. Malheureusement, les informations d'actualité et à disposition du public sur lesquelles les étudiants peuvent s'appuyer concernant les exploitations minières font cruellement défaut. Si l'industrie veut pouvoir embaucher des ingénieurs qualifiés dès l'obtention de leur diplôme, les sociétés minières feraient bien d'aider à combler ces lacunes pratiques en publiant des informations générales sur chacune de leurs exploitations minières.

La publication de l'ouvrage Mining Sourcebook (guide de référence sur l'exploitation minière), où l'on trouve la majeure partie des informations sur ce sujet, a été arrêtée en raison du manque de participation de l'industrie minière. Nous sommes tous conscients qu'un sondage supplémentaire finirait indéniablement sous une pile de dossiers sur notre bureau, car priorité est donnée à l'échéance fixée pour la production. Cependant, les informations que contient cette publication étaient essentielles à la préparation des carrières des étudiants dans le secteur minier.

Pour nous faire une idée plus claire du genre d'informations que l'on peut actuellement consulter, nous avons fait le point sur les informations relatives au secteur minier à disposition du public en nous concentrant sur les documents que l'on trouve dans les bases de données en ligne des universités de la Saskatchewan et Laurentienne, ainsi que sur les bases de données à disposition des membres de l'ICM, de l'International Society for Rock Mechanics (ISRM, la société internationale de mécanique des roches), d'Infomine et de l'International Society of Explosives Engineers (ISEE, la société internationale des ingénieurs des explosifs). Ces 30 dernières années, les publications portaient principalement sur la géologie, la sécurité, la responsabilité sociale, l'environnement et l'équipement. Malheureusement, les articles généralisés sur les aspects techniques des exploitations minières (les plus utiles pour l'enseignement technique) sont rares. Il serait par exemple très utile pour les étudiants de pouvoir effectuer des recherches sur les niveaux de stress dans les mines du pays, mais ces informations ne sont tout simplement pas disponibles dans un format uniforme.

Nous incitons fortement les sociétés à envisager de fournir davantage d'informations dans le cadre de leurs procédures normales. Des conférences organisées par l'ICM telles que le Maintenance, Engineering and Reliability/Mine Operators Conference (MEMO, le colloque sur l'ingénierie, la maintenance, la fiabilité et l'exploitation minière) ou le congrès annuel de l'ICM apprécieraient énormément de disposer de documents généraux sur les exploitations. Les sociétés devraient également envisager de créer ou de mettre à jour des pages Wikipédia détaillées sur leurs exploitations, ou d'ajouter du contenu plus technique sur leurs sites Internet.

Prenons par exemple les fournisseurs miniers qui créent des vidéos promotionnelles sur YouTube contenant des informations techniques importantes dont on peut se servir en classe, ainsi que des programmes en ligne gratuits comme Promine à l'intention des établissements d'enseignement. Les étudiants qu'ils atteignent aujourd'hui dans les salles de classe sont de futurs investisseurs et employés de l'industrie minière. Les sociétés minières auraient également tout intérêt à adopter une stratégie identique pour s'impliquer davantage avec leurs futurs employés.

Prenons l'importance des relations avec les médias et des sites Internet pour les entreprises. La génération précédente ne disposait pas de ces outils. Aujourd'hui, ils offrent la possibilité d'un travail d'équipe, d'une communication et d'une organisation entre services au sein desquels des stagiaires d'été et le personnel technique collaborent avec les agents des médias des entreprises pour développer des pages Wiki. Wikipédia est censé être une plateforme de collaboration ; ainsi, pourquoi ne pas en profiter et s'en servir également comme mécanisme interne de formation ?

L'industrie a la possibilité de prendre les commandes, de présenter ses exploitations et de poser les bases d'un partage des informations qu'enseignants et étudiants pourront utiliser. Les sociétés pourraient même encourager leur personnel à prendre en charge ce cadre et à en améliorer le contenu au fil du temps. Si des informations erronées sont découvertes durant ce procédé, la société peut améliorer les connaissances publiques en les corrigeant.

Nous encourageons nos étudiants à utiliser Wikipédia comme point de départ et à vérifier les références de manière à valider ces informations et à trouver davantage de ressources. Nous espérons seulement qu'ils seront en mesure de constater les lacunes qui existent en matière d'informations techniques dans les articles et contribueront à enrichir ces contenus quand ils entreront dans le monde du travail.

En appuyant la mise à disposition publique d'informations techniques sur les exploitations minières, les sociétés renforceront la base de connaissances des futurs professionnels du monde minier. Encouragez les enseignants et les bibliothécaires à vous aider en faisant d'importantes contributions aux informations relatives à votre société et à ses projets.

Donna Beneteau est adjointe du département des mines à l'université de la Saskatchewan. Elle a travaillé comme ingénieure en géologie au Noranda Technology Centre (le centre technologique de Noranda), à la mine Holloway et chez Ionic Engineering.

Donna Cortolezzis était ingénieure des mines chez Geco, Holloway et Vale, et notamment ingénieure en chef de la mine Stobie. Elle est actuellement chargée de cours à temps partiel à l'université Laurentienne, où elle mène un doctorat.

Kristin Bogdan a travaillé comme géologue chez Cameco et JNR Resources. Elle est bibliothécaire en sciences et génie à l'université de la Saskatchewan.

Vous souhaitez nous donner votre avis sur cet article ? Envoyez vos commentaires à editor@cim.org.

Traduit par Karen Rolland

Suivant: Cuba : terre de promesses ?


Retour à la table des matières | Article de  fond : les microbes au service de l’extraction minièreSection technologie | Profil de projet : la mine Renard

Publier un commentaire

Commentaires

Version PDF