juin/juillet 2015

Un nouvel angle visuel

Highland Valley Copper prend les mesures de ses concasseurs

Par Kelsey Rolfe

La société Teck a contacté Crusher Vision en 2009 pour sa mine Highland Valley Copper dans l'espoir de trouver un moyen de prévoir de manière plus précise la durée de vie du cône d'usure de son concasseur à cône (aussi appelé concasseur giratoire) et de réduire le temps d'immobilisation. À l'époque, la mine avait recours au test du godet, qui consiste à demander à un(e) employé(e) de placer manuellement une boîte en fer blanc dans le concasseur pour qu'elle soit broyée entre le cône d'usure et le concave, puis de la récupérer afin de mesurer son diamètre et d'ajuster le cône d'usure en fonction des mesures. « C'était une technique relativement sommaire et informelle, mais raisonnablement précise », expliquait Clint Ellison, directeur de l'entretien du concentrateur à la mine Highland Valley. « Cette méthode implique cependant que l'on s'en remet énormément à l'opérateur. »

En 2013, Highland Valley a équipé l'un de ses trois concasseurs à cône du système d'automatisation de Crusher Vision (CVAS). Ce système, développé à la demande de l'équipe de Highland Valley par Tom Shumka, président de Crusher Vision, est un appareil photo qui est guidé par laser pour prendre une photo du réglage côté fermé du concasseur à cône, ce qui évite de devoir passer par la méthode de la boîte en fer blanc. Les mesures que le système CVAS obtient sont bien plus précises, le processus de mesure est bien plus sûr, et l'installation du système a permis à la mine de cuivre et de molybdène, située dans la région du lac Logan en Colombie-Britannique (B.-C.), de prolonger la durée de vie de son cône d'usure de 20 %.

Les méthodes antérieures étaient trop imprécises

Avant l'avènement du CVAS, les contrôlés effectués étaient bien trop imprécis. « Toutes les rectifications que nous apportions au cône d'usure étaient fondées sur les mesures incohérentes résultant de ces tests du godet », expliquait M. Ellison. « Nous les laissions en place pendant trop longtemps parce que les mesures dans le godet n'avaient pas changé. » Auparavant, le cône d'usure était ajusté tous les deux ou trois jours, ce qui suffisait à ce qu'il prenne une forme de cloche ou qu'apparaisse un modèle d'usure irrégulier. L'intervalle entre les rectifications a maintenant été réduit à toutes les 24 heures ou à 60 000 tonnes, le premier des deux prévalant.

« Nous avons mis en commun nos observations », se rappelait M. Ellison en parlant des réunions de 2009 avec M. Shumka pour trouver une solution. Tous deux ont alors décidé d'utiliser un appareil photo qui se sert d'un laser pour localiser le cadrage optimal et pour la mise au point, car il s'agissait selon eux de la meilleure solution en raison de sa grande précision. « D'autres systèmes mesurent l'usure du cône ; le nôtre ne le permet pas », expliquait M. Shumka. « Nous nous sommes davantage intéressés aux réglages côté fermé ou côté ouvert. »

Le CVAS est un appareil photo compact et ultra-rapide que l'on place sur la structure située au-dessus de la trémie doseuse du concasseur sur un support simple. Une fois par jour, l'alimentation du concasseur est arrêtée pendant une minute pour permettre au CVAS de prendre une photo. Le laser prend une photo du réglage côté fermé (la partie la plus étroite de la mâchoire du concasseur) où la mise au point a lieu pour prendre les mesures.

« On ne s'en remet pas à l'interprétation par une personne de la mesure », indiquait M. Ellison. « Tout est automatisé, et le système enregistre un chiffre. C'est une procédure très simple qui peut être effectuée sans avoir à jeter d'objet dans le concasseur. »

Ce système automatisé permet également d'éliminer les risques pour la sécurité des employé(e)s chargé(e)s de placer manuellement la boîte en fer blanc dans le concasseur lors des mesures quotidiennes. En outre, expliquait M. Ellison, il s'agit d'un système simple auquel les employé(e)s peuvent facilement être formé(e)s. « L'autre aspect intéressant est que l'on peut prendre ces mesures à distance », ajoutait M. Shumka. « Il n'est pas nécessaire d'être à côté du concasseur. On peut procéder à partir du poste de surveillance ou de la salle des opérations du concentrateur. »

Une production supérieure et un temps d'immobilisation réduit

Pour augmenter la capacité du concentrateur, les concasseurs de Highland Valley prétraitent le minerai avant qu'il n'atteigne les concentrateurs et ils sont paramétrés de manière à ce que le réglage côté fermé soit de 5 à 5,5 pouces. Avec l'ancien système, si le réglage était trop serré, moins de tonnes passaient dans le concasseur ; s'il était trop évasé, les matériaux grossiers étaient envoyés dans le concentrateur. Comme l'expliquait M. Ellison, le CVAS permet à Highland Valley d'obtenir des mesures précises, et le concassage est plus homogène qu'avant.

« Ces mesures permettent d'envoyer aux concentrateurs le minerai ayant la bonne taille de manière à assurer sa capacité optimale », expliquait-il. « L'un des inconvénients du système imprécis que nous utilisions auparavant est que notre concassage n'était pas optimal. »

Les mesures précises obtenues par le CVAS permettent aussi à Highland Valley de relever plus uniformément le cône d'usure du concasseur et de prolonger sa durée de vie. Comme l'expliquait M. Ellison, le cône d'usure est maintenant relevé d'un dixième de pouce toutes les 24 heures, et depuis l'installation du système CVAS, la durée de vie des cônes d'usure (qui est généralement de 7 semaines) a augmenté de près d'une semaine et demie. « Nous constatons que l'usure de nos cônes a considérablement diminué », faisait remarquer M. Ellison.

Les économies réalisées sont difficiles à quantifier, indiquait-il, mais une hausse des capacités devrait théoriquement mener à une plus grande production de métal. La prolongation de la durée de vie du cône d'usure contribue également à réduire les coûts liés aux bandes de garnissage.

D'après M. Shumka, le CVAS permet chaque année à Highland Valley de ne pas avoir à remplacer un de ses cônes d'usure et aide à réduire le temps d'immobilisation du concasseur. « C'est un point important car jusqu'à présent, le concasseur devait être immobilisé pendant 24 heures [pour remplacer le cône d'usure], ce qui représentait une importante perte au niveau de la production », indiquait-il. « Les 24 heures de travail manuel viennent s'ajouter au coût de la pièce. En outre, la possibilité d'exploiter ce système à distance représente également un avantage économique important. »

Pour sa société, Highland Valley a proposé un banc d'essai d'une année afin de confirmer la fiabilité du système. Les premiers mois ont été passés à résoudre de petits problèmes. En raison de l'environnement poussiéreux, M. Shumka a équipé l'appareil photo d'une sorte d'essuie-glace afin qu'il reste propre et qu'il fonctionne correctement, et le système a été placé au-dessus du concasseur et non à l'intérieur afin qu'il ne soit pas violemment secoué par la machine. Certaines rectifications ont également été apportées au niveau de la vitesse et de la programmation de l'appareil photo.

Aujourd'hui, Crusher Vision souhaite commercialiser son système. « Nous commençons à recevoir des appels du monde entier », déclarait M. Shumka.

À la mine Highland Valley, le CVAS est actuellement rattaché à un ordinateur portable sur le site, mais la prochaine étape consistera à le connecter au système de communications interne du site de manière à ce qu'il puisse être consulté de n'importe où sur la propriété, ou même hors site. Un autre CVAS a récemment été installé sur le deuxième concasseur du site, et M. Ellison indiquait que la société a l'intention d'équiper un troisième concasseur dès que cette dépense sera approuvée dans le budget.

« Nous sommes à mi-chemin de notre objectif », déclarait M. Ellison. « Nous disposons enfin d'un système fiable et cherchons maintenant à équiper nos autres concasseurs de ce système. »

Traduit par Karen Rolland

Suivant : Remettez simplement la machine en marche !
D'après James Reyes-Picknell, la bonne gestion des actifs reste évasive dans le secteur minier


Retour à la table des matières | Article de fond : Noms à connaître 2015 | Voyage : Afrique Du Sud | Technologie : La communication

Publier un commentaire

Commentaires

Version PDF