juin/juillet 2015

De grandes idées intéressantes

Les congressistes envisagent de nouveaux moyens de surmonter les obstacles auxquels sont confrontés les mineurs du monde entier

Par le personnel de CIM Magazine | Photos par Riccardo Cellere

Le Congrès annuel de l’ICM est l’occasion pour les mineurs de se réunir pour discuter boulot, découvrir des occasions d’affaires et échanger leurs connaissances. Pendant tout le programme bien rempli, qui comprenait divers ateliers techniques, un salon commercial et une plénière inspirante, les participants se sont concentrés sur le thème du congrès de cette année, « Nouvelles dimensions », afin d’aider à relever les nombreux défis auxquels l’industrie minière est confrontée.

Durant une période où la plupart des sociétés n’envoient plus leurs employés aux congrès, l’ICM a surpassé son estimation de participants. L’événement a réuni plus de 11 000 délégués venus de 47 pays au Palais des congrès de Montréal, du 10 au 13 mai. Le congrès de la Société Internationale de mécanique des roches (International Society for Rock Mechanics), tenu conjointement avec le Congrès annuel de l’ICM, a donné à l’événement une présence encore plus internationale et a ajouté 700 délégués au Congrès.

Discussion sur les nouvelles dimensions

Des centaines de professionnels de l’industrie minière ont assisté à la séance plénière de cette année intitulée « Nouvelles dimensions » pour entendre certains des plus éminents penseurs de l’industrie discuter de l’innovation, du leadership et de l’avenir de l’exploitation minière.

Cependant, avant que les panélistes ne montent sur la scène, Ed Fast, ministre du Commerce international, a annoncé un financement gouvernemental de près de 150 000 $ du fonds Opportunités mondiales pour les associations accordé à l’ICM pour aider les sociétés minières canadiennes à faire croître leurs entreprises à l’échelle mondiale. « Le fait d’encourager les associations sectorielles et leurs membres à participer au marché mondial est essentiel pour la croissance économique à long terme du Canada », a-t-il affirmé.

Luc Blanchette, ministre délégué aux Mines du Québec, a aussi pris le temps de répéter le potentiel du plan de développement du nord de la province et l’importance de l’acceptabilité sociale au sein des communautés locales.

Parmi les conférenciers, Pierre Lapointe, président et chef de la direction d’ArcelorMittal Mining Canada, a parlé des trois clés de la réussite de son entreprise : un leadership courageux, une structure opérationnelle simplifiée et l’excellence opérationnelle. « Dans un contexte où la concurrence est féroce, la cohésion de ces éléments de base nous permet d’entretenir une bonne conversation dans une organisation structurale simple et une approche structurée », a-t-il expliqué.

Pour Greg Lilleyman, coordonnateur en chef, Technologie et innovation, Rio Tinto, l’importance qu’accorde l’entreprise aux innovations technologiques, comme ses initiatives d’automatisation et la récente ouverture de son centre d’analyse opérationnelle, est un autre facteur de réussite, de nos jours. « Depuis de nombreuses années, la technologie transforme l’industrie. »

Toutefois, au lieu de garder pour eux ces secrets professionnels et ces clés du succès, il est essentiel que les intervenants de l’industrie collaborent pour améliorer l’exploitation et le secteur minier dans son ensemble, selon Andrew Scott, directeur principal, Technologie de l’information et automatisation, Barrick Gold, et président du conseil du Global Mining Standards Group. « Ce qui me passionne réellement, c’est d’inciter les gens à travailler ensemble pour améliorer notre industrie, la rendre durable et, surtout, faire en sorte qu’elle soit respectée », a-t-il souligné.

La mine Raglan de Glencore a mis en œuvre une première étape vers la durabilité en installant récemment une éolienne pour générer de l’électricité. Kristan Straub, vice-président de la mine, a affirmé que la prochaine étape consistera à intégrer les trois systèmes d’accumulation d’énergie au réseau de distribution de l’alimentation.

Pour Jean Robitaille d’Agnico Eagle, l’innovation est essentielle pour la survie à long terme de l’industrie. « La question qui s’impose est la suivante : ̎Sommes-nous assez riches pour ne pas innover? Les coûts associés à l’innovation ne sont rien comparativement au manque à gagner. »

Techniquement parlant

Les séances spécialisées organisées cette année ont présenté des solutions à certains des défis les plus avancés, complexes et uniques en leur genre auxquels l’industrie minière est confrontée. Le programme, l’un des plus vastes et des plus exhaustifs des dernières années, a été structuré en douze thèmes : l’innovation ; l’ingénierie de maintenance et l’exploitation minière souterraine ; les paradigmes environnementaux ; l’Afrique de l’Ouest ; l’excellence opérationnelle ; les explosifs et le dynamitage ; la géologie et les pratiques exemplaires ; les femmes en exploitation minière ; la Journée gestion et finance ; un symposium sur l’éthique dans l’industrie minière ; un symposium sur le minerai de fer et un symposium sur les sciences minières et planétaires.

Parmi les séances spécialisées, la Journée gestion et finance, toujours populaire, a attiré des participants intéressés à en apprendre plus sur deux des facteurs cruciaux les plus influents pour les projets miniers : les coûts cachés et les coûts stratégiques. L’un des enjeux couverts était les coûts associés à la gestion de l’eau. « Les entreprises ont commencé à ne plus penser à l’eau comme une simple question environnementale mais plutôt comme un risque commercial », a affirmé Emily Moore, directrice de la gestion de l’eau, Hatch. Mme Moore a souligné qu’il peut être moins coûteux de créer un plan intégré de gestion de l’eau dès les premières étapes d’un projet, avant même l’étape de préfaisabilité. Elle a indiqué que les coûts auparavant abstraits relatifs à l’exploitation minière deviennent ainsi plus clairs, comme « le coût d’un bassin de résidus presque plein à l’arrivée de la saison des pluies. »

Traduit par CNW

Suivant : Lauréats des prix de l'ICM


Retour à la table des matières | Article de fond : Noms à connaître 2015 | Voyage : Afrique Du Sud | Technologie : La communication

Publier un commentaire

Commentaires

Version PDF