novembre 2014

Ouagadougou, Burkina Faso

Par Chris Balcom

Organisée autour d’un noyau urbain, la ville de Ouagadougou, au Burkina Faso, est devenue la capitale de l’empire mossi au XVe siècle et plus tard, le centre administratif du gouvernement colonial français. Aujourd’hui, un million et demi de Burkinabés vivent dans la région, où le secteur de l’exploitation aurifère attire de plus en plus d’investissements étrangers. L’ICM a organisé son premier symposium sur les mines à Ouagadougou en juin dernier, et c’est là que l’Institut a ouvert sa deuxième succursale ouest africaine. D’ici quelques années, la ville devrait devenir un important pôle minier.

Hébergement

Ouagadougou hotel
Laico Ouaga 2000

Un des hôtels préférés des voyageurs d’affaires, le Laico Ouaga 2000 se trouve dans le quartier des ambassades de Ouagadougou et offre un service de navette gratuit vers et depuis l’aéroport. L’hôtel offre le service aux chambres, un centre de remise en forme, une piscine extérieure et l’Internet haute vitesse dans toutes les chambres, mais, parce qu’il n’est pas situé en plein cœur de la ville, il faut prendre un taxi pour se déplacer. Les tarifs pour une chambre commencent à 280 $ (130 000 francs CFA). Parmi les autres hôtels d’affaires populaires et un peu plus abordables offrant des commodités similaires, mentionnons l’Hôtel Ricardo et l’Azalaï Hôtel Indépendance.

Pour un hébergement plus intime, il y a Chez Tess. Ce gîte du passant, dont la propriétaire est originaire de Suède, offre une oasis qui contraste avec le tumulte de Ouagadougou, et ce, à prix très modique. Les invités ont l’impression d’être très éloignés de la circulation et de la clameur de la ville, alors qu’ils se trouvent en fait à quelques minutes seulement du centre-ville. Chez Tess offre l’Internet sans fil, le service aux chambres et le petit déjeuner inclus. Le petit hôtel met également à votre disposition une voiture avec chauffeur pour vos déplacements. Les tarifs pour une chambre commencent à 42 $ (19 000 francs CFA).

Conseil : Assurez-vous de vous faire vacciner contre la fièvre jaune avant votre départ. Vous devrez présenter une carte de vaccination à l’arrivée.

Restaurants

Ouagadougou cuisine
Burkina Tourism

Les mets burkinabés ont beaucoup en commun avec d’autres cuisines ouest-africaines. Les plats sont typiquement à base de sorgho, de millet ou de riz accompagné de légumes ou de sauce aux arachides. Les grillades de poisson, de mouton, de chèvre et de poulet sont également populaires.

Bon nombre de restaurants haut de gamme de la ville se spécialisent dans la cuisine française, et les terrasses de café à la française sont présentes en très grand nombre un peu partout à Ouagadougou. La grande diversité des restaurants que l’on retrouve dans la ville, y compris japonais, moyen-orientaux et vietnamiens, a de quoi étonner.

Le café Zaka est un excellent endroit où déguster des mets locaux dans le décor enchanteur d’un jardin extérieur. Vous y trouverez une boutique d’artisanat qui vend des souvenirs pendant la journée et où se produisent des musiciens la plupart des soirs.

Très recherché, le Gondwana compte de somptueuses salles à manger distinctes aménagées sous des tentes touaregs ou mauritaniennes, et où des créations artisanales sont exposées et vendues. L’on y sert à la fois des mets ouest africains et occidentaux.

Si vous recherchez une expérience culinaire plus raffinée, rendez-vous au Bistrot Lyonnais, l’un des meilleurs restaurants français en ville. L’endroit, où il faut compter environ 20 $ par plat (de 8 000 à 10 000 francs CFA), est relativement cher pour Ouagadougou, mais le menu gastronomique est impeccable.

Ouagadougou Poulet Bicyclette
Jeff Attaway

Si vous avez une fringale pour un hamburger et des frites, vous serez comblé par le Happy Donald du Hamburger House, où vous pourrez aussi manger des pizzas, omelettes et autres mets nord-américains pour très peu.

Conseil : Essayez le Poulet Bicyclette grillé dans une échoppe en bordure de route. Ce plat est surnommé ainsi en raison des volailles transportées par bicyclette que l’on peut voir un peu partout dans la ville.
 

Comment s'intégrer

Alors que la langue maternelle de la plupart des Burkinabés est l’une des différentes langues indigènes du pays, le français est la langue officielle nationale. Le fait d’avoir des connaissances élémentaires du français vous permettra de vous débrouiller beaucoup plus facilement à Ouagadougou, car, même dans les hôtels et les restaurants, il peut être difficile de trouver un interlocuteur sachant parler l’anglais.

Il est essentiel d’établir une relation personnelle avant de parler affaires. Mentionnez la famille – c’est le sujet le plus populaire au pays. Ne tentez pas précipitamment de conclure des marchés, d’obtenir des engagements ou d’aborder des questions liées au travail, ces sujets étant habituellement gardés pour la fin de la réunion et prennent peu de temps.

À explorer

Ouagadougou Balafon children
Henryk Kotowski
Ouagadougou mosque
C. Hugues
Male-lion
Deborah Mullen

Tous les vendredis, à 7 heures du matin, vous pouvez assister à une cérémonie mossi traditionnelle au palace Moro-Naba, foyer historique du roi de l’empire mossi. Ses chefs font serment d’allégeance après une ronde de coups de canon au cours de cette reconstitution haute en couleurs d’une déclaration de guerre historique. Les visiteurs sont les bienvenus, mais la prise de photos est interdite.

Ouagadougou jouit d’une excellente réputation en tant que centre artistique et culturel. Si vous avez la chance d’être sur place durant l’un des festivals de la ville, ne manquez pas d’y assister. Tous les deux ans au mois de mars, la ville accueille le Festival Panafricain du Cinéma de Ouagadougou (FESPACO), connu dans le monde entier. La cérémonie de remise de prix est sans doute la plus prestigieuse du cinéma africain.

Si, par hasard, vous êtes en ville vers la fin d’avril ou au début de mai, le célèbre festival Jazz à Ouaga est un incontournable. Si vous le ratez, le Musée de la musique est une merveilleuse introduction à la culture musicale burkinabée.

Explorez le marché central ou le marché de Gounghin pour vivre une authentique expérience ougalaise. Il est toutefois recommandé de se faire accompagner d’un Burkinabé, les étrangers égarés étant une cible facile pour les rabatteurs et les voleurs à la tire.

Réservez du temps pour explorer les incroyables parcs nationaux du Burkina Faso, où il est possible d’admirer lions, hippopotames, éléphants et divers autres animaux dans leur habitat naturel. Il existe plusieurs organisateurs de voyages dans la ville, et il est facile d’organiser des excursions de diverses durées.
Conseil : La ville abrite un certain nombre de constructions en briques de terre fort impressionnantes. Parmi celles-ci, mentionnons la cathédrale de Ouagadougou et la Grande Mosquée.
 
Comment s'y rendre
Airplane-icon

Aucun aéroport canadien n’assure de vol direct vers l’Aéroport international de Ouagadougou, mais Air France et Brussels Airlines y assurent des vols réguliers en partance de l’Europe. L’aéroport se trouve en périphérie du centre-ville, et le trajet en taxi vers les hôtels n’est pas long.

Conseil : Vous devrez être muni d’un visa pour entrer au Burkina Faso, mais il est possible d’en obtenir un au moment de l’arrivée à l’aéroport pour environ 214 $.


Se déplacer
Taxi-icon

Il existe deux types de taxis à Ouagadougou – les taxis verts et les taxis jaunes. Des deux, les jaunes sont beaucoup plus fiables et confortables. Ils sont munis de compteurs, sont mieux entretenus et leur système de répartition est centralisé.

Les taxis verts ne sont pas aussi sûrs. Ils suivent habituellement un circuit au centre-ville et le fait de s’éloigner de ce circuit peut faire grimper le prix de la course de façon astronomique. Il est donc important de négocier un prix au préalable. D’ordinaire, les chauffeurs s’arrêtent en route pour prendre en charge d’autres passagers, alors si vous souhaitez voyager seul, dites-le clairement.

Ouagadougou est l’une des capitales d’Afrique de l’Ouest parmi les plus sûres, mais les vols sont monnaie courante, alors il faut être prudent lorsque l’on se trouve dans une foule et éviter de marcher seul la nuit.

Comment payer

À l’instar de sept autres pays d’Afrique de l’Ouest, la devise utilisée au Burkina Faso est le franc CFA ouest-africain. Un dollar canadien équivaut à près de 465 francs CFA. Le franc CFA est lié à l’euro et, par conséquent, l’euro est la monnaie étrangère la plus couramment acceptée. Comme il est difficile de trouver des francs CFA au Canada, nous vous conseillons de vous rendre à un GAB une fois sur place pour y retirer des billets en monnaie locale. La plupart des établissements n’acceptent que les paiements en espèces, alors ne tenez jamais pour acquis que vous pourrez régler par carte de crédit.


Autres destinations :

Publier un commentaire

Commentaires

Version PDF