sept/oct 2012

Sécurité

Notions de base sur les pratiques recommandées en sécurité de construction

Par Dan Welshons

Chaque site de construction est unique, et c’est pourquoi chaque système de gestion de la sécurité devrait l’être aussi. La mise en place d’un système doit tenir compte de plusieurs variables, des étapes de la planification jusqu’à la fermeture du site. L’environnement, la région, la culture, le savoir-faire et les habiletés de la main-d’œuvre, l’expérience et l’étendue du travail de l’entrepreneur, la réglementation en vigueur, les budgets et le contexte politique ne sont que quelques-uns des facteurs qui influencent un système robuste de gestion de la sécurité d’un projet.

L’industrie a établi des pratiques recommandées qui constituent le fondement des systèmes de gestion de la sécurité. Ces éléments sont essentiels à une exécution du travail en toute sécurité. Après plusieurs décennies passées à améliorer la culture de la sécurité, nous savons maintenant qu’un site de construction de projet peut être sécuritaire grâce à une planification attentive et à l’aide d’investissements par le propriétaire, la société et les entrepreneurs liés au projet.

Bien entendu, les pratiques d’excellence évoluent toujours : les techniques et approches qui ont fait leurs preuves par le passé sur des projets comparables ont aidé à développer les principaux concepts, mais chaque projet est unique et peut contribuer à enrichir les connaissances dont nous disposons.

Pour commencer, voici quelques-unes des pratiques recommandées qui devraient toujours être mises en place à la construction d’une mine :

Organiser une séance initiale de synchronisation Il est important que les propriétaires, les équipes de projet et les principaux entrepreneurs s’entendent – de la base vers le sommet – sur l’aspect du projet en matière de sécurité. Les parties prenantes au projet gagneront à partager leurs expériences, leurs points de vue, leurs valeurs et leur engagement à bâtir un système de gestion de la sécurité qui correspondra aux besoins spécifiques du projet. Cela responsabilisera les acteurs du projet à l’égard des objectifs, des politiques, des plans et des procédures de travail.

Documenter la politique de santé et sécurité Une politique de santé et sécurité écrite et signée, et affichée bien en évidence sur place, montre clairement l’engagement des parties prenantes au projet envers la sécurité. Cette politique encourage aussi les membres de la direction et les autres membres de l’équipe à s’impliquer, et elle constituera un rappel important de l’engagement et du comportement attendus de toutes les personnes impliquées.

Définir les objectifs de rendement du projet Tous les incidents peuvent être évités. Les parties prenantes doivent se fixer pour objectif global d’atteindre l’objectif de zéro blessure pour bien faire comprendre leur message en matière de sécurité. Les objectifs de rendement statistiques et les indicateurs rétrospectifs ne sont pas négatifs en soi, mais il faut insister clairement sur les indicateurs préalables spécifiques qui encouragent les membres de l’équipe de projet à adopter les comportements attendus. Cette approche permettra d’identifier les écarts de comportement ou de compétences parmi les employés, leur niveau d’implication et de responsabilité, leur compréhension du rôle qui revient à chacun, et leur connaissance globale du système de gestion de la sécurité. Des indicateurs mesurables et concrets permettront à l’équipe d’analyser ses résultats et d’être à l’affût des occasions d’amélioration. La mise en place d’objectifs, la mesure du rendement qui en découle et le fait de tirer parti des leçons constituent des ingrédients essentiels au développement d’une culture basée sur les pratiques d’excellence.

Faire de la planification de la sécurité une priorité La planification est une composante essentielle de tout ce que nous faisons. La planification stratégique, du point de vue de la sécurité d’un projet, identifie les meilleurs outils pour le travail à faire et documente la façon de les utiliser de manière organisée. En général les documents de planification de la stratégie traitent de la formation à donner, de la responsabilisation des acteurs, des rôles et responsabilités de chacun, du signalement et de la gestion des incidents, des analyses de vérification et des écarts, ainsi que des méthodes d’amélioration continue. Il peut être difficile pour ceux qui effectuent le travail de comprendre le contenu des documents de planification. L’approche des pratiques recommandées souligne le fait que les procédures, documents et outils clairs et concis sont plus faciles à mettre en place pour les équipes. Il est important de bien comprendre ce phénomène et d’insister sur le développement d’une communication adéquate au moment du lancement du projet.

Apprendre de la fermeture du projet Il est très important de consigner les résultats au fur et à mesure et de répercuter les informations au système de gestion de la sécurité pour améliorer continuellement les pratiques exemplaires. Au moment de la fermeture, il est tout aussi essentiel de bien incorporer les leçons tirées du projet à la structure même des systèmes de gestion de la sécurité des parties prenantes. Il faut aussi partager ces leçons dans le milieu de la construction minière pour permettre aux autres acteurs de l’industrie d’en profiter.

Pour atteindre l’objectif de zéro blessure, nous devons intégrer les pratiques exemplaires reconnues et permettre à nos pratiques exemplaires de faire évoluer les recommandations en matière de sécurité et les méthodes de mise en place de celles-ci. Il nous appartient, à nous qui sommes fiers de notre culture de la sécurité, de prendre les mesures qui transformeront l’industrie et qui continueront à relever les normes de sécurité dans la construction.


Dan Welshons

Dan Welshons est directeur mondial de la santé et sécurité pour le groupe de livraison de projet de Hatch.

Publier un commentaire

Commentaires

Version PDF