juin/juillet 2012

Des médailles d’or pour Hemlo

Des médailles d’or pour Hemlo

Par

Barrick a obtenu la pleine possession de Hemlo depuis 2009, lorsqu’elle a acquis une part égale Teck Resources pour 65 millions de dollars américains. Les deux mines qui constituent l’exploitation (David Bell, une mine souterraine, et Williams, une mine souterraine et à ciel ouvert) sont en exploitation depuis 1985. Ensemble, elles ont produit 227 000 onces d’or en 2011.

Honoré dans le passé pour ses stratégies de conservation d’eau et de gestion des résidus, l’exploitation s’est mérité le prix du leadership vers le développement minier durable (VDMD) de l’AMC après s’être méritée un « A » dans toutes les catégories de rendement VDMD pour 2010 : portée externe; planification de gestion des situations d’urgence; gestion des résidus; utilisation de l’énergie et émissions de gaz à effet de serre. CIM Magazine a contacté les membres de l’équipe Hemlo pour en savoir davantage sur le seul site d’exploitation canadien de Barrick.

Cyanure et environnent

Barrick is est signataire du ICMC (International Cyanide Management Code). Ses procédures d’exploitation et ses protocoles de réponse en cas d’urgence sont conformes aux normes du ICMC. De plus, les pratiques de l’entreprise concernant le cyanure, incluant Hemlo, ont été évaluées par une tierce partie afin de certifier le respect du code en question.

 


L’installation pour la gestion des résidus de Hemlo fonctionne grâce à des logiciels propriétaires, qui incluent notamment une surveillance à infrarouge et des caméras qui fonctionnent en permanence. Des capteurs de pression le long des pipelines de résidus servent également à détecter les problèmes potentiels. Par exemple, une fuite peut être détectée au moyen des caméras infrarouges qui se situent le corridor de résidus ou par la détection d’une variation de pression. En outre, l’ensemble de l’installation de gestion des résidus est inspecté visuellement et périodiquement tous les jours.


« Un système d’alarme automatisé est en place et le personnel de l’usine est avisé en cas de variation de la pression sur la ligne », affirme Shane Hayes, coordinateur de fermeture de Hemlo. « Les procédures en place pour inspecter les variations de pression sonnent l’alarme en cas d’anomalie. »

Gestion des situations d’urgence

Il y a plusieurs endroits où des urgences peuvent se produire, même en omettant la zone des résidus. Helmo a des protocoles pour toutes ces situations. L’équipe de l’exploitation fait l’exercice de ces procédures au moins trois fois par année. De plus, les équipes à la surface et les équipes d’urgence sont formées en continu afin de répondre aux situations d’urgence.

Pour obtenir un « A » dans la catégorie de la planification de la gestion des situations d’urgence du VDMD, les gestionnaires de la mine doivent faire plusieurs exercices et plusieurs simulations. « Nous avons une simulation de renversement de cyanure au moins une fois par année », affirme Roger Souckey, surintendant des relations avec les employés.

Les simulations peuvent correspondre à une collision d’un camion ayant un chargement de cyanure ou à une fuite à l’usine, par exemple. Les simulations ne se limitent pas au site de la mine; elles prévoient nommément le transport du personnel d’urgence à l’hôpital par les services ambulanciers locaux. Les entrepreneurs sont également contactés, tout comme les représentants du gouvernement et des parties concernées de la région.

À la fin de chaque exercice, l’équipe de l’exploitation passe en revue les leçons apprises. « Nous enregistrons les actions dans un système de gestion environnemental afin de nous assurer que les personnes s’acquittent de leurs responsabilités », affirme Roger Souckey. « Nous participons ensuite à une séance d’information et nous établissons les choses à corriger. L’entraînement et la vigilance sont toujours des éléments importants lors des exercices. »

Extraire l’eau des roches

 
Les efforts de l’exploitation pour préserver les ressources naturelles à une importance majeure sur l’utilisation de l’eau de la mine. La seule source d’eau d’Hemlo est tout près d’une source d’eau douce. En 2009, la mine Williams a commencé à recycler les eaux de ruissellement, ce qui a permis de réduire l’utilisation d’eau douce de 75 pour cent en été. Il est toutefois impossible d’utiliser ce moyen en hiver en raison du gel. L’eau des résidus est recyclée et réutilisée dans l’usine. Il n’était toutefois pas possible de l’utiliser à d’autres emplois avant 2010, au moment de l’installation d’une usine de traitement au moyen du système Actiflo.

L’usine permet maintenant de retirer les métaux de l’eau en utilisant un puissant jet de sable et un processus de floculation. Le tout a permis de réduire le volume d’eau nécessaire de la mine Williams puisé de la source d’eau douce. « L’eau douce que nous utilisons ne sert que pour nos besoins en eau potable et pour les douches » déclare Shane Hayes.

Si l’on inclut la mine David Bell, Hemlo pourra recycler 90 pour cent de son utilisation d’eau, ce qui représente 13 millions de litres quotidiennement. En 2012, un agrandissement de l’usine Actiflo permettra d’augmenter la quantité d’eau recyclée de la mine David Bell. Plusieurs années consécutives particulièrement sèches nous ont obligés à chercher d’autres solutions pour l’utilisation d’eau, explique Shane Hayes. Nous avons connu des conditions de sécheresse au cours des derniers étés, et la source d’eau à laquelle il nous était permis de puiser n’avait par le volume nécessaire pour nos activités. Par exemple, en 2005, nous avons été forcés d’arrêter certaines de nos activités en raison du manque d’eau. Cela nous a motivés à pousser plus loin notre quête d’optimisation de notre utilisation d’eau. »

Page 1 de 2 Suivant
Publier un commentaire

Commentaires

Version PDF