juin/juillet 2012

Femme d’affaires à Boomtown

la carrière de grande envergure de Nellie Cashman

Par Correy Baldwin

L’hiver de 1874 fut particulièrement rigoureux. Nellie Cashman avait déjà quitté les monts Cassiar dans le nord de la Colombie-Britannique pour la saison quand elle a entendu dire qu’une tempête de neige y avait piégé un groupe de mineurs. Elle a immédiatement entrepris un effort de sauvetage, sachant que ces hommes risquaient de mourir de faim. Elle a rassemblé des vivres et des médicaments, a recruté cinq personnes pour se joindre à elle et a parcouru des centaines de kilomètres en raquettes pour retrouver les hommes – contre l’avis de l’Armée canadienne. Après 77 jours, Nellie et son équipe sauvèrent les hommes, qui étaient atteints de scorbut.

Après cet exploit, elle fut reconnue comme l’Ange des mineurs, mais ce surnom affectueux n’évoquait que la moitié de l’histoire, car Nellie Cashman fut impressionnante à bien des égards. Entrepreneure respectée et femme de grande volonté, elle s’est taillé une place dans un monde dominé par les hommes.

Nellie n’était qu’une enfant lorsqu’elle a quitté son Irlande natale pour émigrer aux États-Unis avec sa mère veuve et sa sœur en 1850. Lorsque Nellie Cashman et sa mère ont ouvert une pension de famille pour les mineurs à proximité de la ville minière argentifère de Pioche, au Nevada, en 1872, l’intérêt pour la vie de mineurs a commencé à naître dans l’esprit de Nellie. Peu de temps après, elle suivit la ruée vers l’or jusqu’aux monts Cassiar et fut la première et seule femme dans le district. Là, elle mettra au point une approche d’affaires qui lui servira pour le reste de sa vie : créer un commerce (un saloon et une pension) pour financer ses entreprises minières, mener des activités de prospection, de développement de concessions et d’investissements.

Elle est également devenue très engagée dans des actions caritatives, recueillant des dons pour un nouvel hôpital à Victoria pour les sœurs de Sainte-Anne. En fait, elle était en train de livrer 500 $ en dons aux sœurs lorsqu’elle a appris que des mineurs étaient bloqués et qu’elle a rebroussé chemin pour leur venir en aide. Au moment où Nellie a quitté les monts Cassiar en 1876, elle avait réussi financièrement et avait gagné le respect de ses compagnons de travail.

Elle est partie pour l’Arizona, en premier lieu à Tucson, puis à Tombstone, où elle s’établit pendant près de deux décennies. Tombstone était l’une des villes argentifères les plus riches de la région et accueillait des personnages tels que Doc Holliday et Wyatt Earp.

Nellie Cashman était une femme d’affaires insatiable et ses entreprises l’ont emmenée dans tout le sud-ouest. Elle établissait des pensions, des restaurants et des magasins partout où elle allait et poursuivait ses activités de prospection, de développement de concessions, d’investissements et de financement de prospection pour d’autres mineurs. Nellie est également demeurée généreuse à l’égard des organismes de bienfaisance locaux et a contribué à établir des écoles, des églises et des hôpitaux.

La réputation de Nellie Cashman a grandi. Elle avait un sens aigu des affaires et une volonté impressionnante, devenant une citoyenne influente et éminente partout où elle vivait. Même lorsque sa sœur est morte de la tuberculose, Nellie a réussi à prendre soin de cinq enfants tout en poursuivant ses activités commerciales.

En 1898, elle s’est jointe à la ruée vers l’or au Klondike et se rendit à Dawson City, où elle a de nouveau établi un restaurant et où elle a acquis et développé des concessions – une approche « essayer et faire confiance » qui lui a été des plus profitables. En 1904, elle suivit la ruée vers l’or à Fairbanks, en Alaska, et, en 1907, à l’âge de 60 ans, elle déménagea dans la région nordique éloignée de Koyukuk, en Alaska. Nellie Cashman est restée dans la région et a sollicité un poste de shériff adjoint des États-Unis pour le district minier – une demande audacieuse pour une femme.

Même si elle avançait en âge, Nellie Cashman tenait à visiter sa famille et ses amis en Arizona. La première étape du voyage était un passage de 560 kilomètres en traîneau à chiens. Ces voyages épiques ont attiré l’attention de la presse nationale, qui a couvert son périple en 1922, alors qu’elle avait 77 ans, ainsi que son voyage de l’année suivante. En 1924, elle contracta une pneumonie et fut admise à l’hôpital des sœurs de Sainte-Anne, celui-là même qu’elle avait contribué à établir 51 ans plus tôt. Elle mourut peu de temps après, en janvier 1925. Elle fut intronisée au Women’s Hall of Fame de l’Arizona en 1984 et au Mining Hall of Fame de l’Alaska en 2006.
Publier un commentaire

Commentaires

Version PDF