juin/juillet 2012

Enseigner : la meilleure façon d’apprendre

M4S gagne de la vitesse grâce aux étudiants

Par Alexandra Lopez-Pacheco

Cette année, les organisateurs de la M4S (Mining for Society) se sont surpassés pour engager les jeunes de l’industrie. Ils ont lancé des activités de sensibilisation destinées aux étudiants en impliquant les étudiants de l’Université d’Alberta. L’initiative a contribué à engager les étudiants de tout âge au spectacle éducatif de la M4S. « L’an dernier, les étudiants du domaine minier de l’Université d’Alberta nous ont fait savoir qu’ils voulaient être plus impliqués dans la préparation des élèves primaires et secondaire de la région d’Edmonton pour leur venue au spectacle » a déclaré Tim Joseph, animateur du programme et professeur agrégé de l’Université d’Alberta.

Les organisateurs ont tout de suite reconnu le potentiel de l’idée et ont invité les écoles de la région à participer. Vingt pour cent des écoles ont répondu chaleureusement à l’appel. Cette année, entre janvier et avril, Tim Joseph a accompagné quelque 100 étudiants de l’Université d’Alberta afin de former des équipes de deux ou trois étudiants pour des présentations d’une heure dans les écoles sur les sept préoccupations de la M4S – exploration, exploitation minière, traitement, développement durable, produits et fabrication, éducation, santé et sécurité.
 

« Les étudiants ont fait des présentations dans les classes de sciences et de sciences sociales », évoque Tim Joseph. « Pour la troisième et la quatrième année, les étudiants se sont concentrés sur la géologie et sur les roches, ce qui correspond à ce qui est au programme des écoles de l’Alberta. Pour les classes de septième année, ils ont discuté de l’environnement. Enfin, pour la onzième année, ils ont plutôt mis l’accent sur les préoccupations sociales. Je crois que nous avons amorcé un rapprochement entre les jeunes étudiants universitaires et ceux qui étudient au niveau primaire et secondaire », explique Tim Joseph. « Les universitaires ont réussi plus facilement à capter l’attention des écoliers qu’auraient pu le faire d’autres personnes plus âgées comme moi. »

Toutefois, l’impressionnant accueil et l’attention des jeunes élèves sont dus à l’initiative des étudiants en ingénierie de l’Université d’Alberta. De toute évidence, la plupart d’entre eux, croit Tim Joseph, en tireront des avantages à long terme.

« Je pense que le programme a fait exactement ce que nous, les universités, voulons pour les jeunes ingénieurs professionnels : c’est-à-dire enseigner l’importance de l’implication dans la société », affirme Tim Joseph. « Être en mesure de bien s’intégrer dans les communautés et offrir des services sont aussi importants que les connaissances techniques. Les étudiants sons conscients des avantages que cela procure pour leur propre développement personnel et professionnel. »

L’initiative sert également à encourager une culture de mentorat; ce qui représente, selon Tim Joseph, la clé du succès de l’industrie minière pour les prochaines années, nommément en raison de creux générationnel au niveau du personnel qui sera causé par la retraite des baby boomers.

J’ai discuté avec d’autres membres du conseil de l’ICM à propos de l’implantation de la M4S au pays et de la proximité d’une université par rapport aux différentes divisions de l’ICM », déclare Tim Joesph. « Il est peut-être envisageable que quelques membres de l’ICM deviennent des mentors pour des étudiants universitaires et se rendent dans les écoles. Nous avons besoin de volontaires en provenance de l’industrie; des gens qui peuvent aider les jeunes à se lancer dans le domaine ou qui ont des contacts avec les dirigeants d’école.
Publier un commentaire

Commentaires

Version PDF