juin/juillet 2012

Formation personnalisée

Un programme spécialisé du MBA vise à préparer les dirigeants de l’industrie de demain

Par Ernest Hoffman

Il existe plusieurs occasions d’avancement pour la direction supérieure de l’industrie minière, mais les candidats hautement qualifiés sont difficiles à trouver. Afin de tenter de résoudre le problème, l’ICM et la Schulich School of Business de l’Université York ont uni leurs forces pour mettre sur pied le programme Global Mining Management, un programme de MBA qui répond expressément aux besoins le l’industrie minière.

« Nous voulons bâtir la prochaine génération de dirigeants », déclare le Directeur exécutif de l’ICM, Jean Vavrek. « Il y a un besoin réel pour un développement professionnel du côté de la gestion dans notre secteur. C’est pourquoi nous avons créé le premier programme au monde qui mise sur le développement de gestionnaires qui seront en mesure de comprendre et de résoudre les problèmes de notre secteur. »

Schulich a rapidement été envisagée pour le programme en raison de la réputation de l’école, la structure flexible de son programme éducatif et ses relations avec l’ICM. « Nous avons déjà collaboré avec le professeur Wes Cragg, qui enseigne à Schulich et dont les recherches portent sur l’éthique et sur la responsabilité du secteur minier. De plus, Dean Dezsö Horváth s’est montré très réceptif par rapport à notre programme, » explique Jean Vavrek.

L’industrie a également accentué son soutien au programme. « Tout le matériel des cours a été fourni par l’industrie, et plusieurs éducateurs proviennent également de l’industrie », déclare Richard Ross, qui est cadre en résidence de Schulich et qui est aussi le directeur du programme. « Je pense que l’industrie reconnaît qu’elle doit jouer un rôle dans la formation si elle veut profiter des résultats et y ajouter de la valeur. » 
 

Richard Ross mise sur 30 années d’expérience et de nombreux contacts afin de mettre au point un programme d’étude pertinent et stimulant. « En s’engageant dans une spécialisation, les étudiants obtiennent une expérience de formation mieux intégrée », souligne Richard Ross. « Je crois que les étudiants qui se concentrent sur une industrie en particulier sont mieux préparés pour des postes de gestion où ils auront besoin d’habiletés d’intuition », ajoute-t-il.

Tout comme c’est le cas des autres MBA, les étudiants devront suivre des cours du tronc commun la première année avant de choisir une spécialisation. « Pour les étudiants, cela les aide à cibler leur formation d’affaires et de gestion à une industrie particulière », souligne Mary Waller, professeure en études des structures à Schulich. « La deuxième année, les étudiants auront du contenu plus orienté sur les connaissances d’affaires du domaine minier. Cela donne une formation qui permet rapidement d’être fonctionnel dans un domaine, surtout si l’on compare nos étudiants à d’autres étudiants du MBA. »

Un vif intérêt a été porté au programme. Richard Ross prévoit qu’un bon nombre d’étudiants du MBA choisiront la spécialisation dans le domaine minier. « Selon moi, il y a deux catégories d’étudiants », pense Richard Ross. « La première cherche un moyen de se recycler dans l’industrie du secteur minier afin d’acquérir les habiletés nécessaires. Il peut s’agir d’ingénieurs, de comptables, de financiers ou de spécialistes du développement international. La deuxième catégorie regroupe des personnes du domaine minier qui cherchent à améliorer leur situation et à acquérir des habiletés afin d’obtenir des responsabilités de gestion en faisant un MBA. »

Le programme est conçu pour exposer également les étudiants à des perspectives qui proviennent de l’extérieur du domaine minier, dont des cours optionnels, nommément concernant les droits des populations autochtones, les droits internationaux et les enjeux environnementaux. « Nous ne voulons pas que les étudiants passent au travers du programme d’une manière aveugle », explique Mary Waller. « Je crois que les étudiants qui désirent travailler dans le secteur seront avantagés et que les entreprises qui les engageront passeront moins de temps et de ressources pour leur intégration. »

La spécialisation Global Mining Management sera offerte à partir de septembre 2012. Les résultats qui proviennent du projet pilote de l’an dernier indiquent que ce sera un succès. « Je crois en la valeur de ce programme, affirme Carolyn Burns. Il offre la possibilité de mettre en pratique mes connaissances et mon expérience des affaires à un domaine particulier, tout en m’offrant l’avis de personnes qui ont travaillé dans ce domaine. » Carolyn Burns, qui a suivi la classe de Richard Ross à l’automne dernier, a depuis été embauchée comme analyste chez Barrick Gold.

Selon Jean Vavrek, la nouvelle spécialisation permettra de résoudre des problèmes importants de l’industrie au cours des prochaines années. « Je crois que ce programme permettra aux diplômés d’avoir une meilleure idée des problèmes sociaux à l’échelle mondiale, ce qui est important pour nous en raison du devenir de notre industrie, qui est de plus en plus international », explique-t-il. « Nous éprouvons également des problèmes de recrutement. Ce programme permettra d’attirer les meilleurs talents vers notre secteur. »
Publier un commentaire

Commentaires

Version PDF