déc '08/jan '09

Où le cuivre est encore d'or

Les marchés ont été bons pour la mine Minto de Sherwood Copper Corp. depuis 2007

Par E. Moore

La mine et le camp minier Minto de Sherwood Copper

Les récents prix élevés du cuivre ont pu causer bien des maux de tête à plusieurs manufacturiers, mais ils constituaient un avantage pour Sherwood Copper Corp. L’exploitation à teneur élevée en cuivre-or Minto, située au Yukon, a commencé sa production commerciale le 1er octobre 2007. Malgré l’incertitude des marchés, une expansion est déjà prévue pour cette mine qui devait initialement produire de 50 à 60 millions de livres de cuivre, de 20 000 à 25 000 onces d’or et de 250 000 à 300 000 onces d’argent par année.

La construction avait débuté dans le milieu des années 1990 en tant que co-entreprise entre Minto Explorations et Asarco; cependant, la chute des prix des métaux en 1997 a mis le projet sur la glace jusqu’à ce que Sherwood achète Minto Explorations en 2005. « Je crois que notre choix du moment a été judicieux car les prix du cuivre commençait à remonter », dit Stephen Quin, président de Sherwood.

« L’étude de faisabilité se basait sur un prix de 2 $US/lb pour le cuivre et des coûts d’exploitation inférieurs à 1 $US/lb », explique M. Quin. « Le prix du cuivre a été autour de 3,10 $US/lb pour presque toute la dernière année. Notre marge bénéficiaire était donc plus élevée que prévue, mais qui sait ce que nous réserve l’avenir. »

Sherwood a cependant dû surmonter son plus grand défi : finir à temps en respectant le budget. « JDS Energy & Mining a géré la construction; avec Clark Builders et les entrepreneurs, un travail exceptionnel a été accompli et le projet a été livré six semaines à l’avance avec un dépassement des coûts de seulement 2 %, pour un coût final de 100,2 M$. »

Afin de commencer rapidement la production, Sherwood a décidé d’embaucher un entrepreneur minier. Pelly Construction a commencé le décapage avant la fin de l’étude de faisabilité et l’obtention du financement bancaire. Cette compagnie fournira l’équipement minier, surveillera les sautages et effectuera l’excavation et le halage de la roche sautée vers les concasseurs ou les haldes.

Une étude de préfaisabilité effectuée en 2007 a ajouté 40 % aux réserves à partir d’un second gisement. Sherwood planifie déjà d’agrandir l’usine à 4000, voire 5000 t/j. « Les résultats dépassent nettement nos attentes lors de l’achat », dit M. Quin.

De 35 à 40 % des travailleurs sur le site sont membres de la communauté Selkirk et d’autres Premières nations. Lorsque Sherwood a acquis Minto, la compagnie a aussi hérité d’une entente de coopération signée en 1997. « Nous avons consacré d’importants efforts à l’emploi parmi la communauté Selkirk avec des programmes de formation pour permettre aux gens d’acquérir de l’expérience dans l’usine et les autres secteurs de la mine puis d’accéder à des postes de plus hauts niveaux », dit M. Quin. L’entente de coopération comprenait aussi des clauses de suivi environnemental et de consultation. « Du point de vue environnemental, Minto est un projet relativement simple car le minerai et les stériles ne génèrent aucun drainage minier acide », explique-t-il.

La restauration sera aussi relativement simple à la fin de la vie de la mine. Bien que Sherwood utilise des méthodes conventionnelles de broyage et de flottation par mousse, les résidus sont empilés à sec. Des filtres sous pression réduisent la teneur en eau à 16 à 18 %. Les investissements d’environ 10 M$ sont plus élevés que ceux requis pour une digue conventionnelle, mais il n’y a aucun risque de rupture et les coûts de la restoration seront abaissés de manière significative.

Minto n’est pas le seul projet de Sherwood; en mai 2008, la compagnie a acquis Western Keltic Mines, les propriétaires du gisement de cuivre Kutcho dans le nord-ouest de la Colombie-Britannique. La compagnie effectue actuellement les études de faisabilité et les demandes de permis. Aussi, en septembre 2008, Sherwood a annoncé son intention de se fusionner avec Capstone Mining, le propriétaire de la mine Cu-Ag Cozamin au Mexique.

Publier un commentaire

Commentaires

Version PDF