Tableau périodique
Les éléments des ETR

Les quinze ETR peuvent être regroupés en deux catégories, soit les lanthanides légers et les lanthanides lourds. Les ETR légers comprennent le lanthane, le cérium, le praséodyme, le néodyme, le prométhium, le samarium et l’europium. Les ETR lourds comprennent le gadolinium, le terbium, le dysprosium, l’holmium, l’erbium, le thulium, l’ytterbium et le lutécium. Le scandium et l’yttrium ne constituent pas de vrais ETR, mais ils sont souvent inclus dans cette catégorie, car ils sont souvent présents dans des gisements qui recèlent d’autres ETR et ils possèdent des propriétés semblables à celles de ces derniers.

La fabrication de dispositifs de production d’énergie propre repose sur la disponibilité d’ETR lourds (ETRLD), lesquels sont habituellement présents, à de faibles concentrations, dans la plupart des gisements minéraux pertinents. Les importantes ressources minérales du Canada et les connaissances hautement spécialisées en géologie et en métallurgie de ses chercheurs, reconnus à l’échelle internationale, sembleraient indiquer qu’il pourra devenir, dans un proche avenir, un fournisseur majeur mondial d’ETR.

Au cours des 15 dernières années, les travaux de recherche et les connaissances portant sur les caractéristiques et les utilisations des ETR ont connu une forte croissance. Conséquemment, nombre de ces matériaux sont devenus indispensables dans la fabrication de matériel technologique de pointe, particulièrement pour des applications liées aux énergies propres comme les éoliennes et les voitures hybrides et électriques. Le fonctionnement de la plupart des appareils électroniques de consommation repose sur la présence d’ETR et, de plus, les nouvelles technologies dont la mise au point est en cours, notamment celles de purification des eaux, de dessalement, de systèmes de réfrigération magnétiques et de production d’ampoules plus éconergétiques, exigeront aussi l’emploi d’ETR. 

La production actuelle d’ETR du Canada n’est pas importante et, en plus d’importer certaines quantités de cérium et de lanthane, il est nécessaire d’importer des composants contenant des ETR pour répondre à la demande liée à la fabrication de produits clés de nombreuses industries. Bien que la valeur des biens et services du secteur directement associé aux ETR totalisait environ 1,25 G$US en 2009, il n’est donc pas surprenant que la valeur commerciale indirecte de ce secteur, à l’échelle économique mondiale, est maintenant de l’ordre de billions de dollars.

À propos de nous

BIENVENUE au Réseau canadien de recherche sur les éléments des terres rares (ETR). Le site Web du REE-ETR.ca est hébergé par l'Institut canadien des mines, de la métallurgie et du pétrole (ICM). Le REE-ETR.ca a pour objectif de servir de centre d'information sur les projets de recherche, de développement et de démonstration qui portent sur les éléments des terres rares.

En savoir plus

Des mines aux marchés

Il faut énormément de temps, d'argent et d'énergie pour trouver les minéraux, exploiter les gisements, attirer les investisseurs, mettre au point les feuilles de déroulement des opérations minéralurgiques et métallurgiques, construire les mines, extraire les matières premières et finalement mettre les produits en marché, qu'il s'agisse de minéraux ou de métaux.

En savoir plus

Utilisation des ETR à l’échelle internationale

Pendant une période de vingt ans, alors que la production de la Chine constituait graduellement une part de plus en plus importante de la production mondiale d’ETR, les chercheurs scientifiques ont dévoilé les caractéristiques exceptionnelles de ces minéraux et ont démontré leurs utilisations inestimables, notamment dans les domaines des produits de haute technologie, de la miniaturisation des composants électroniques et de l’efficacité énergétique. Ces matériaux sont souvent désignés par l’expression « métaux technologiques », compte tenu du rôle important qu’ils jouent au sein des technologies modernes

En savoir plus

Production mondiale de métaux des terres rares

La domination de l’approvisionnement mondial en métaux du groupe des terres rares par la Chine résulte de décennies de jeux de forces du marché et de changements dans l’économie mondiale par lesquels la production des ressources et de nombreuses activités de fabrication ont été transférées de régions où les coûts de production sont élevés à des régions où ces coûts sont moindres. En 20 ans, la Chine a réussi à développer, à maintenir, à accroître et à sécuriser son monopole concernant les métaux des terres rares

En savoir plus