Dans les essais de toxicité des métaux en milieu aquatique, le comportement du cation métallique divalent – l’espèce de métal généralement considérée comme la plus toxique – est bien compris, particulièrement en ce qui concerne la liaison avec des composés organiques naturels. Ces composés organiques naturels sont très importants dans la détermination de la toxicité pour la vie aquatique parce qu’ils se lient aux cations métalliques et les rendent non disponibles ou non toxiques. Toutefois, on ne peut pas affirmer la même chose pour les éléments des terres rares. La toxicité et le comportement des éléments des terres rares (ÉTR) dans des milieux naturels n’ont pas été étudiés de façon approfondie et, compte tenu de la charge trivalente de plusieurs ÉTR, il n’est pas possible de déterminer dans quelle mesure leur toxicité peut affecter les espèces aquatiques, ni comment ils interagissent avec des composés organiques naturels.

Dans les laboratoires de CanmetMINES (CMIN), la toxicité aiguë de nombreux ÉTR sur Daphnia pulex (une espèce d’invertébrés aquatiques couramment utilisée dans la recherche sur la toxicité en milieu aquatique) a été évaluée et, par conséquent, CMIN a une bonne compréhension de la toxicité des ÉTR et de la façon dont l’espèce en question se comporte dans des systèmes d’essais. Par exemple, il y a souvent une différence marquée entre les concentrations nominales et les concentrations mesurées de lanthanides, ce qui met en évidence la nécessité d’inclure les mesures de la composition chimique de l’eau dans toute étude utilisant ces éléments. CMIN fera avancer les connaissances sur le comportement des ÉTR dans l’environnement en utilisant une espèce nordique (Daphnia middendoffiana) pour fournir des données inédites sur les risques potentiels et les enjeux environnementaux dans le Nord canadien. Étant donné que l’effet de la complexation du pH et de la matière organique naturelle (MON) des ÉTR est inconnu dans une large mesure, CMIN modifiera le lixiviat par l’ajout de MON, modifiant la dureté ou le pH de l’eau pour étudier les effets de la composition chimique de l’eau sur une toxicité observée.

Ces métaux sont peu documentés et toute connaissance acquise dans le cadre de nos travaux sur leur comportement dans l’environnement contribuera à combler les graves lacunes dans les données. Compte tenu de l’intérêt grandissant pour l’exploitation des ÉTR au Canada et à l’étranger, ces données permettront de déterminer les risques éventuels et les enjeux environnementaux qui y sont associés

À propos de nous

BIENVENUE au Réseau canadien de recherche sur les éléments des terres rares (ETR). Le site Web du REE-ETR.ca est hébergé par l'Institut canadien des mines, de la métallurgie et du pétrole (ICM). Le REE-ETR.ca a pour objectif de servir de centre d'information sur les projets de recherche, de développement et de démonstration qui portent sur les éléments des terres rares.

En savoir plus

Des mines aux marchés

Il faut énormément de temps, d'argent et d'énergie pour trouver les minéraux, exploiter les gisements, attirer les investisseurs, mettre au point les feuilles de déroulement des opérations minéralurgiques et métallurgiques, construire les mines, extraire les matières premières et finalement mettre les produits en marché, qu'il s'agisse de minéraux ou de métaux.

En savoir plus

Utilisation des ETR à l’échelle internationale

Pendant une période de vingt ans, alors que la production de la Chine constituait graduellement une part de plus en plus importante de la production mondiale d’ETR, les chercheurs scientifiques ont dévoilé les caractéristiques exceptionnelles de ces minéraux et ont démontré leurs utilisations inestimables, notamment dans les domaines des produits de haute technologie, de la miniaturisation des composants électroniques et de l’efficacité énergétique. Ces matériaux sont souvent désignés par l’expression « métaux technologiques », compte tenu du rôle important qu’ils jouent au sein des technologies modernes

En savoir plus

Production mondiale de métaux des terres rares

La domination de l’approvisionnement mondial en métaux du groupe des terres rares par la Chine résulte de décennies de jeux de forces du marché et de changements dans l’économie mondiale par lesquels la production des ressources et de nombreuses activités de fabrication ont été transférées de régions où les coûts de production sont élevés à des régions où ces coûts sont moindres. En 20 ans, la Chine a réussi à développer, à maintenir, à accroître et à sécuriser son monopole concernant les métaux des terres rares

En savoir plus