Oct 13

Garth Kirkham nommé président élu entrant

Le président de l’ICM pour 2015-2016 souhaite que l’organisation devienne la ressource mondiale de prédilection en matière de normes

Par Krystyna Lagowski

Lors d’une représentation auquel Garth Kirkham a assisté dernièrement à l’école secondaire de premier cycle de sa fille, les élèves sur scène, armé s de casques de protection et de pioches, présentaient les mineurs d’une façon bien négative et destructrice. Ce spectacle lui a rappelé combien ce secteur doit œuvrer à améliorer son image auprès du public.

M. Kirkham, qui a été nommé président élu entrant de l’ICM par le Conseil en juillet dernier, espère pouvoir influencer la vision qu’ont les gens de l’exploitation minière en leur expliquant que le monde a aujourd’hui besoin de ressources minérales pour fonctionner, et que le travail des géoscientifiques, des mineurs et des ingénieurs consiste à localiser, extraire et produire ces ressources de manière responsable. « Historiquement parlant, on constate que les normes et meilleures pratiques ont été relativement médiocres », reconnaît le résidant de Vancouver. « Notre mission à l’ICM est de revaloriser ces normes et de communiquer en quoi consistent nos activités. »

M. Kirkham assumera la fonction de président pour la période 2015-2016 et s’attellera à promouvoir les pratiques exemplaires ainsi qu’à mettre au premier plan les normes et définitions de l’ICM. « L’ICM est la ressource par excellence pour ce genre de choses, au service de l’industrie et du public. » Les meilleures pratiques, ajoute-t-il, sont toujours un travail inachevé. « Les situations changent, aussi les meilleures pratiques évoluent. » En l’occurrence, la dépréciation des marchandises a entraîné une dévalorisation conséquente des actifs des entreprises. Un sous-comité de l’ICM étudie maintenant la façon dont les entreprises peuvent améliorer leur déclaration des coûts et rendre le processus encore plus transparent pour le public et le gouvernement.

« Le gouvernement s’attend à ce qu’une mine génère des milliards de dollars, mais il ne tient pas compte des coûts d’exploitation », explique M. Kirkham. Certes, les sociétés minières se consacrent aux activités minières, mais elles doivent aussi en tirer un certain profit. Ainsi, M. Kirkham explique que le secteur doit continuer à développer des méthodes d’exploitation durables, du point de vue environnemental autant qu’économique.

La géoscience compte

Géoscientifique depuis près de 30 ans, M. Kirkham est d’avis que ces pairs sont souvent sous-représentés dans les organisations professionnelles telles que l’ICM. Il insiste sur le fait que les géoscientifiques doivent comprendre les problèmes auxquels sont confrontés les ingénieurs, et vice-versa. Ainsi, il s’est efforcé avec l’aide de ses collègues d’ajouter davantage de contenu géologique au programme technique du Congrès de l’ICM afin de multiplier les possibilités de pollinisation croisée.

« J’ai siégé au Conseil de l’ICM pendant de nombreuses années, aussi je connais bien le fonctionnement de cette organisation et c’est la raison pour laquelle je pourrais l’aider à progresser durant mon mandat de président », déclare-t-il. M. Kirkham souhaite continuer à renforcer les efforts sur les meilleures pratiques et à forger la réputation de l’ICM en tant qu’organisation prééminente pour les ressources et les informations. Outre son travail avec l’ICM, M. Kirkham est également membre actif de l’Association of Professional Engineers and Geoscientists of British Columbia (APEGBC, l’association des ingénieurs et géoscientifiques professionnels de Colombie-Britannique).

Un nouveau monde

Bob Schafer, le président sortant de l’ICM, décrit M. Kirkham comme quelqu’un qui n’a pas peur d’accepter des projets difficiles ou de s’impliquer dans des situations délicates. « En tant que conseiller en entrepreneuriat, il est autonome et prêt à travailler sur des tâches complexes », déclare M. Schafer. « Et en tant que géologue, il connaît bien tout un éventail de marchandises et d’environnements géologiques. »

Mais les qualifications de M. Kirkham ne s’arrêtent pas là. « Garth a des intuitions et des idées qu’il n’hésite pas à exposer », déclare Jean Vavrek, directeur exécutif de l’ICM. « Il est courageux, tourné vers l’avenir et pose les bonnes questions. Garth est toujours prêt à partager son temps et ses connaissances et il est l’exemple même, à bien des égards, de ce que l’ICM représente en termes d’association. »

M. Vavrek apprécie beaucoup que M. Kirkham soit affilié à diverses sociétés et qu’il ait de l’expérience dans la gouvernance d’autres associations. « L’ICM a besoin de points de vue différents ainsi que d’une expertise en matière de gouvernance », explique-t-il. « Un certain leadership est également nécessaire pour nos travaux sur les normes de rapport, aussi l’expérience de Garth dans la définition des réserves de ressources et en tant que membre du Conseil dans des sociétés d’exploitation et d’exploration minières correspond tout à fait à notre orientation stratégique. » Plus spécifiquement, M. Vavrek évoque les travaux de consultation menés par les commissions des titres du marché, des administrations des valeurs mobilières et des valeurs mobilières provinciales entourant l’instrument national NI 43-101 pour lequel l’ICM fournit son aide au titre de la définition de diverses marchandises.

M. Kirkham envisage l’industrie comme un milieu en constante évolution et est d’avis qu’au moment où il commencera son mandat, en 2015, l’organisation devra faire preuve d’une grande vivacité et offrir de la valeur dans tout ce qu’elle propose. Il reconnaît que cette approche est très directe : « En tant que volontaires, nous avons tous un emploi, et je souhaite m’assurer que le temps consacré par chacun d’entre nous à l’organisation est respecté. »

Traduit par Karen Rolland

Publier un commentaire

Commentaires

Version PDF