novembre 2013

Un oeil sur les activités

Des approches pour faire baisser la courbe de coût de l'exploitation minière

Par Thomas Struttman

Entre 2009 et 2012, les sociétés minières ont augmenté leurs dépenses en capital de 58 milliards $ à plus de 120 milliards $. Pourtant, le rendement du capital, après avoir culminé en 2006 à 23 %, a décru pendant cette période pour tomber en dessous de la barre des 8 % en 2012. On peut attribuer ce déclin à toute une gamme de facteurs, dont la baisse continue des prix des marchandises, des dépenses record en capital, un dépassement des coûts des projets et l'accent mis sur la croissance. Malheureusement, le résultat est que de nombreuses sociétés minières se sont retrouvées confrontées à une large dépréciation de leurs actifs, des ratios emprunts/capitaux propres plus élevés et des retours inférieurs.

Pour améliorer leurs marges, les sociétés minières ont lancé diverses stratégies de réduction des coûts, dont l'annulation de projets, une réduction des budgets d'exploration, un report des dépenses en immobilisations et des licenciements. Ces actions peuvent se révéler efficaces sur le court terme, mais elles ne résolvent pas les problèmes sous-jacents auxquels est confronté le secteur aujourd'hui.

Plutôt que de s'appuyer sur des solutions rapides, les dirigeants devraient s'intéresser davantage à l'organisation efficace de leurs sociétés pour renverser la tendance au déclin de leurs marges et se positionner de manière à faire face à la hausse inévitable de la demande à l'avenir. Pour réduire les coûts, il conviendrait de mener une évaluation systématique de la stratégie commerciale de la société, de son plan opérationnel et de son environnement d'exploitation, qui sont les forces sous-jacentes déterminant ses marges.

Stratégie commerciale

Une bonne stratégie commerciale est la base de toute organisation qui souhaite générer un profit, et pourtant on la relègue généralement au second rang dans l'industrie minière sous prétexte que les dirigeants sont souvent trop occupés à gérer des problèmes sur le court terme. Pour développer une stratégie efficace, il faut commencer par mener une évaluation rigoureuse de la gamme d'inducteurs de valeur tels que la teneur et le coefficient de recouvrement ainsi que le prix, les coûts et la productivité. Toutes ces variables peuvent légèrement ou radicalement changer au fil du temps.

Une stratégie efficace permettra d'envisager plusieurs scénarios, ce qui donnera aux directeurs des mines un aperçu des changements opérationnels et leur permettra d'explorer d'autres options pour atteindre les objectifs qu'ils se sont fixés en termes de marge et de croissance. Par exemple, au niveau le plus simple, si les teneurs du minerai baissent alors que les autres facteurs restent constants, il faudra ajuster certaines variables pour maintenir les marges. Il est de la responsabilité des dirigeants de décider si une variable peut être légèrement modifiée afin de maintenir les marges ou si un examen plus approfondi du modèle opératoire de la société s'impose.

Plan opérationnel

Même lorsqu'une société dispose d'une stratégie commerciale, les dirigeants hésitent souvent à la traduire en plan opérationnel. Dans l'idéal, les directeurs de mines devraient être en mesure de comprendre avec un certain degré de certitude ce à quoi la société sera exposée au cours des six mois à venir. Pourtant, beaucoup fonctionnent sur la base d'un horizon à six semaines. Pour la plupart des mines, ce laps de temps ne suffit tout simplement pas à effectuer les changements nécessaires pour atteindre les objectifs en matière de marge.

Afin de faire des prévisions plus précises pour un plan opérationnel détaillé, il est indispensable de disposer d'un niveau élevé de détails quant aux données financières, opérationnelles et géologiques. En associant ces informations à d'autres données connues telles que la productivité, les coûts, la tarification, les accords d’enlèvement et les budgets, les ingénieurs miniers peuvent effectuer une modélisation situationnelle.

La modélisation permet aux ingénieurs d'adapter toute une gamme de variables et de simuler des prévisions avec un haut degré de précision, et ainsi d'obtenir les informations nécessaires pour prendre des décisions éclairées en matière de production. Malheureusement, peu de sociétés minières disposent de données précises quant aux opérations et aux coûts. Ainsi, il est impossible de déterminer les facteurs entraînant la variation, ce qui au final est l'élément le plus fondamental pour réduire les coûts.

Environnement opérationnel

Au quotidien, l'environnement opérationnel est constamment affecté par de nombreux facteurs qui peuvent pousser les dirigeants de l'exploitation à s'embourber dans les détails et les empêcher de prendre des décisions solides quant à la production. Des processus tels que le forage, l'abattage à l'explosif, le chargement, le roulage, le concassage, le broyage et la flottation sont tous sujets à des variations. Cette situation ne fait que s'aggraver lorsqu'on l'associe à des actifs non fiables, qui sont la base de l'environnement opérationnel et l'une des principales sources de variation dans la production globale.

Les dirigeants prennent trop souvent des décisions sans garder à l'esprit la situation dans son ensemble. Au lieu de résoudre le problème de la variation, les sociétés mettent souvent en œuvre une série de stratégies inefficaces : elles augmentent l'inventaire des stocks pendant la chaîne de production, multiplient les dépenses en immobilisations en acquérant davantage d'actifs, et se reposent sur des frets aériens coûteux de dernière minute pour les réparations.

La mise en œuvre d'une technologie de suivi des actifs est un processus crucial que les sociétés peuvent établir afin de contrôler l'environnement opérationnel. La modélisation prédictive permet de réduire les taux d'échec des actifs et de renforcer la fiabilité. Une autre étape vers une amélioration des processus consiste à concevoir un cycle de vie des actifs efficace. En associant la technologie à une planification opérationnelle rigoureuse, les mines peuvent donner la priorité aux activités, ce qui les aide à minimiser la variation et à atteindre leurs objectifs en matière de marges.

Pour améliorer leurs marges, opter pour une perspective à long terme est non seulement intelligent mais aussi essentiel à l'avenir de l'industrie. Une société minière est une matrice complexe et unique d'éléments mobiles. Si l'on n'accorde pas suffisamment d'attention à chaque élément de travail, la société dérivera inévitablement vers le déclin.


Thomas_StruttmannThomas Struttmann est le directeur général de Struttmann Consulting. Il bénéficie de 30 années d'expérience dans la gestion de projets de ce secteur, soutient la diligence dans le processus des fusions et acquisitions (F&A) et propose son expertise en matière de gestion des actifs et de planification des immobilisations aux 500 sociétés les plus fortunées au monde.


Traduit par Karen Rolland

Publier un commentaire

Commentaires

Version PDF