mai 2013

Explorer de nouvelles possibilités

Le nouveau président Robert Schafer mettra son savoir-faire professionel et ses connaissances acquises à titre de bénévole au service de l’ICM

Par Krystyna Lagowski

Le nouveau président de l’ICM est un habitué des longues journées de dur labeur. Tout au long de sa journée de travail, qui débute dès 6 h et ne se termine pas avant 20 h, il assume consciencieusement ses nombreuses responsabilités à titre de professionnel et de bénévole. L’ICM, la SME, l’ACPE et le Temple de la renommée du secteur minier canadien font partie des organisations auxquelles il consacre ses énergies. « Je souhaite rendre service à cette industrie qui m’a offert une carrière si passionnante », explique-t-il.

Occupant actuellement le poste de vice-président directeur du développement commercial chez Hunter Dickinson Inc., Robert Schafer a très hâte de commencer son prochain mandat à titre de président de l’ICM. Il a commencé sa carrière dans le secteur de l’exploration, ce qui l’a amené à voyager dans près de 80 pays, et il espère pouvoir faire profiter l’ICM de son vaste réseau de contacts dans le secteur minier à l’échelle mondiale. « Mon engagement auprès de nombreuses associations minières dans plusieurs juridictions m’a permis d’obtenir une perspective globale du domaine de la gouvernance et des relations coopératives entre les organisations minières », explique-t-il.

Robert Schafer a déjà commencé la mise à jour du plan stratégique de l’ICM, avec pour objectif de définir et de développer davantage les plans d’action visant à promouvoir les valeurs qui font de l’ICM la principale source d’expertise de l’industrie. Ce plan repose, selon lui, sur une communication accrue entre les divisions et les sociétés de l’ICM. Le plan stratégique sera peaufiné au cours des prochains mois, et une version finale devrait être soumise à l’approbation du conseil d’administration de l’ICM plus tard cette année.

Il a également des plans ambitieux visant à promouvoir la création d’une alliance minière mondiale, qui inclurait à titre de membres fondateurs l’ICM, la Society for Mining, Metallurgy and Exploration (SME) établie aux États-Unis, le Australasian Institute of Mining and Metallurgy (AusIMM) et le Southern African Institute of Mining and Metallurgy (SAIMM). Robert Schafer attend avec impatience le 23e Congrès minier mondial à Montréal, cet été. L’ICM accueillera le congrès avec les cinq principales universités spécialisées dans le secteur minier du Canada. Plus de 1 500 professionnels de l’industrie minière du monde entier doivent y participer.

La carrière de Robert Schafer dans le secteur minier a débuté il y a plus de 30 ans, lorsqu’il s’est découvert une passion pour la géologie alors qu’il étudiait à l’Université Miami, en Ohio. « J’ai toujours aimé prendre en main des roches et contempler les paysages montagneux, mais je ne pensais pas avoir un intérêt pour la géologie, se rappelle-t-il. À la fin du semestre, j’étais devenu un passionné. » Il a ensuite étudié à l’Université de l’Arizona, où il a obtenu son diplôme en géologie et en économie des minéraux.

Le travail d’exploration, explique-t-il, ressemble à l’assemblage d’un casse-tête où il manque de 60 à 80 pour cent des pièces. « Lorsque vous démarrez un projet d’exploration, vous ne pouvez voir que ce qu’il y a à la surface du sol, une bonne partie de ce qui vous intéresse demeure cachée, ajoute-t-il. Vous assemblez le casse-tête morceau par morceau et vous devez déterminer d’où proviennent ces morceaux; en outre, certains morceaux ne vont pas ensemble. »

Robert Schafer est prompt à reconnaître les personnes qui ont profondément influencé son travail. Il mentionne notamment Barry Watson de Rio Tinto, qui lui a accordé sa première chance de planifier, développer et mettre en œuvre un programme d’exploration alors qu’il n’était encore qu’un étudiant diplômé. Il est également reconnaissant à David Whitehead, avec qui il a travaillé chez Billiton et qui lui a enseigné les aspects économiques de l’exploration et de la découverte, ainsi qu’à Hugo Dummett de BHP, pour l’avoir encouragé dans son désir de réussir. « J’ai été chanceux de pouvoir profiter d’un réseau de soutien solide tout au long de ma carrière », précise-t-il.

En retour, Robert Schafer a démontré que ses collègues pouvaient se fier à lui pour obtenir une performance exceptionnelle. En 2000, alors qu’il occupait le poste de vice-président de l’exploration pour Kinross Gold, on lui a confié la tâche de trouver un gisement pour alimenter le broyeur de la mine Kubaka. Lui et son équipe ont découvert le gisement d’or d’un million d’onces de Birkachan, à l’extrémité est de la Russie, à travers 100 mètres de till. « En compilant les résultats des levés géologiques, géochimiques et géophysiques, et en concentrant les efforts de l’équipe d’exploration sur un site particulier, nous avons réussi à terminer le projet en 15 mois, se rappelle-t-il. Ce fut un bel exemple de coopération canado-russe et l’une des premières utilisations de la technologie des SIG (systèmes d’information géographique) menant à la découverte d’un nouveau gisement de minéraux. »

Malgré sa vie trépidante consacrée aux richesses minérales, Robert Schafer n’a jamais négligé pour autant sa famille. Après avoir constaté à quel point une carrière en exploration peut prendre de votre temps et vous maintenir éloigné de votre famille, il crée un pique-nique familial annuel lors de la fête du Travail alors qu’il était président de la Geological Society of Nevada, à la fin des années 1980. Cette tradition continue jusqu’à présent.

Robert Schafer travaille à Vancouver, mais sa ville adoptive est Salt Lake City, en Utah, et il voyage donc chaque semaine entre les deux villes; il prend l’avion le dimanche soir pour se rendre au travail et à nouveau le vendredi après-midi pour rentrer chez lui. Il fait la navette entre les deux villes depuis neuf ans. « J’aime être occupé, explique-t-il. J’aime aussi rendre service et c’est pourquoi je fais beaucoup de bénévolat. Je me considère comme une personne très choyée par la vie. »

Traduit par SDL

Publier un commentaire

Commentaires

Version PDF