juin/juillet 2013

L’industrie en bref

Par Ryan Bergen, Peter Braul et Herb Mathisen

Jason Weber, président de Mining for Miracles, reçoit une tarte sur le visage de la part de son fils, Adam, à l’occasion du 13e concours de lancer de tartes sur des personnalités de Teck qui a eu lieu dans le centre-ville de Vancouver, le 2 mai. L’événement a permis de réunir plus d’un million de dollars au profit de la Fondation de l’Hôpital pour enfants de Colombie-Britannique.

La belle mine des mineurs

Que les jeunes mineurs prennent note : en Colombie-Britannique, un groupe de mineurs a réussi à réunir plus d’un million de dollars, simplement avec quelques tartes et quelques visages connus. Le 2 mai, Mining for Miracles a organisé le 13e concours annuel de lancer de tartes sur des personnalités de Teck dans le centre-ville de Vancouver. Mining for Miracles est un groupe de professionnels de l’exploitation minière de Colombie-Britannique qui réunit des fonds au profit de la Fondation de l’Hôpital pour enfants de Colombie-Britannique. Des dirigeants de l’industrie minière et des personnalités connues ont accepté de se faire entarter pour la bonne cause, l’argent étant essentiellement collecté grâce à des campagnes de promesses de dons internes menées dans les entreprises et les organismes.

« L’événement a commencé comme une collecte de fonds de Teck puis s’est étendu au grand public, » commente Jason Weber, président de Mining for Miracles et chef de la direction de Kiska Metals Corporation. Cette année, citons Teck, Goldcorp et Silver Wheaton parmi les nombreuses entreprises dont les dirigeants ont accepté de se faire défigurer temporairement pour recueillir des dons.

Les participants se sont révélés créatifs dans leur collecte de fonds, afin de rapporter plus de contributions. « Ausenco a organisé un concours interne à l’entreprise pour savoir qui lancerait la tarte à la tête de l’un de ses dirigeants, » affirme M. Weber. Karina Briño, chef de la direction de Mining Association of B.C. et Gavin Dirom, président de l’Association for Mineral Exploration B.C. se sont lancé un défi : celui qui collecterait le plus d’argent aurait l’honneur d’entarter l’autre. « Mais nous avons fait en sorte que chacun d’eux reçoive une tarte, » raconte M. Weber, qui s’est fait lui-même entarté par son fils pour le compte de l’équipe de hockey dont il est l’entraîneur.

Les fonds collectés serviront à acheter une biobanque pédiatrique destinée à l’Hôpital des enfants. « La biobanque a un véritable écho dans notre milieu car c’est comme une grande carothèque centrale, » affirme M. Weber, expliquant que c’est l’équivalent biologique d’un échantillonnage de tous les minerais du monde réunis en un seul endroit. Des échantillons biologiques du monde entier seront prélevés et utilisés par les chercheurs pour trouver des remèdes aux maladies pédiatriques.

– Herb Mathisen

Des progrès réalisés concernant les permis d’exploitation minière des grands fonds marins

Dès 2016, l’Autorité internationale des fonds marins (AIFM) des Nations Unies pourra commencer à recevoir des demandes de permis d’exploitation minière liés aux nodules polymétalliques. Le 15 mai, l’organisme a dévoilé son projet visant à mettre au point un régime de réglementation encadrant l’exploitation minière des ressources de nodules depuis longtemps convoitées. À ce jour, l’AIFM a délivré 17 permis d’exploration dans les eaux internationales mais actuellement, les entreprises ne peuvent pas faire de demande pour réellement exploiter les ressources minières qu’elles ont découvertes dans les fonds océaniques internationaux.

Dans les eaux nationales de Papouasie-Nouvelle-Guinée, le pays a déjà délivré un permis d’exploitation minière à la société Nautilus Minerals, ce qui, selon l’AIFM, a encouragé la décision de mettre au point un mécanisme pour régir sa compétence internationale. Les pays côtiers contrôlent une zone économique exclusive allant jusqu’à 370 kilomètres depuis le littoral ou plus, si le plateau continental s’étend au-delà de cette limite. Mais le reste de tous les fonds océaniques est géré par l’AIFM, laquelle estime les réserves mondiales de nodules de manganèse à environ 10 milliards de tonnes.

Cette année, l’AIFM est en train de rédiger un livre blanc sur le régime de réglementation visant les nodules polymétalliques. L’organisme prévoit de le réviser en 2014, sa mise en œuvre devant avoir lieu aux alentours de 2015.

– Peter Braul

L’effondrement d’un tunnel tue 28 mineurs dans le complexe de Grasberg

Le 14 mai, l’effondrement d’un tunnel a tué 28 mineurs en formation dans une salle souterraine près de la mine Big Gossan, l’une des trois mines qui constitue la grande exploitation de Grasberg par PT Freeport Indonesia dans la province indonésienne de Papouasie. Les secouristes sont parvenus à sauver 10 des 38 salariés et contractuels pris dans l’éboulement. Il a fallu une semaine pour récupérer les dépouilles des personnes décédées.

Selon le New York Times, Richard Adkerson, chef d’exploitation de Freeport McMoRan, a affirmé que cette salle servant à la formation n’avait jamais rencontré de problèmes. « Nous n’avions aucune préoccupation ni crainte quant à sa sécurité. C’est la raison pour laquelle nous devons comprendre ce qui s’est passé, » explique-t-il. Suite à cet effondrement, toutes les activités d’exploitation minière ont été suspendues dans ce complexe qui extrait à l’accoutumée 222 000 tonnes de minerai par jour grâce à une mine à ciel ouvert et à deux mines souterraines. Pendant l’interruption des activités, les usines de concentration ont traité le minerai stocké.

– Ryan Bergen

Amende de 16 M$ infligée à Barrick par les autorités environnementales du Chili

Les travaux de construction à la mine Pascua-Lama de Barrick Gold ont été suspendus le 24 mai, jusqu’à ce que la société construise les éléments du système de gestion des eaux de la mine qui étaient censés déjà fonctionner. Une amende de 16 millions de dollars lui a été imposée au terme d’une enquête de quatre mois menée par les autorités environnementales du Chili. Juan Carlos Mockenberg, le surintendant à l’environnement du Chili, a déclaré à Associated Press que son agence ne bénéficie d’un pouvoir de contrainte que depuis décembre et qu’il s’agit des premières sanctions qu’il a prononcées.

Outre les éléments qui n’ont pas encore été construits, un canal a cédé en janvier, obligeant la compagnie a en reconstruire certaines parties. Barrick est accusée d’avoir « très gravement » enfreint son permis environnemental et d’avoir fait de fausses déclarations concernant ce qui se passait sur place, selon AP. Parmi les éléments du système de gestion des eaux ayant soulevé l’inquiétude, citons un canal servant à détourner les eaux de pluie des stériles et à limiter ainsi les eaux d’exhaure des roches acides.

Dans une réponse écrite, Barrick a déclaré que la compagnie étudiait actuellement cette décision, ajoutant être « fermement résolue à respecter chaque aspect de la résolution et à exploiter selon les plus hautes normes environnementales. »

– P.B.

Un foreur réchappe à une tempête de printemps au Nunavut

Un foreur qui travaillait dans le cadre du projet d’exploitation aurifère Meliadine d’Agnico-Eaglegold, près de Rankin Inlet, au Nunavut, a été retrouvé en vie et en bonne santé après avoir perdu son chemin en raison du mauvais temps alors qu’il se rendait sur le site. Ce sont les collègues de Michel Justin Pilon, employé de Boart Longyear de Timmins, en Ontario, qui ont signalé son absence le 14 mai, alors qu’il ne s’était pas rendu sur le site de forage. M. Pilon était à la queue d’un groupe de motoneigistes qui traversait une tempête hivernale causant une mauvaise visibilité.

Le blizzard aura, au final, versé un mètre de neige dans la région et déclenché des vents forts, contrecarrant les efforts de recherche. M. Pilon, entraîné aux techniques de survie, s’est servi des éléments de sa motoneige pour se construire un abri contre la neige et survivre à cette tempête qui a duré plus de deux jours. C’est à environ 22 h 30, le 16 mai, qu’il a été retrouvé, alors qu’il rentrait au camp de Meliadine.

– R.B.

Une attaque islamiste à la mine d’Areva

Des militants islamistes ont tué un employé et blessé 13 autres lors d’un attentat-suicide à la voiture piégée à la mine d’uranium de Somaïr d’Areva au Niger, le 23 mai. La mine a été endommagée dans l’attaque et la production interrompue. L’attaque s’est produite à un faible intervalle de temps d’un autre attentat à la voiture piégée qui a eu lieu dans une caserne militaire non loin, causant la mort de 19 personnes.

Luc Oursel, président et chef d’exploitation d’Areva, s’est rendu au Niger au lendemain des attaques pour rencontrer les employés et les représentants du gouvernement. La compagnie possède trois mines au Niger et exerce ses activités dans le pays depuis plus de 50 ans.

Le Mouvement pour l’unicité et le djihad en Afrique de l’Ouest (MUJAO) a revendiqué l’attentat qui a eu lieu à la mine. Le MUJAO est un groupe lié à Al-Qaïda que la France a chassé du Nord-Mali en janvier. Le groupe a ciblé intentionnellement Areva et le Niger en raison de l’allégeance de ce pays à la France.

Areva dans la région a déjà été la cible de groupes islamistes. Sept travailleurs français avaient été pris en otage par Al-Qaïda au Maghreb islamique, une organisation affiliée au MUJAO, à l’automne 2010. Bien qu’on les sache toujours en vie, quatre otages n’ont toujours pas été libérés à ce jour.

– P.B.

Approbation des travailleurs chinois pour HD Mining

En pleine controverse depuis la délivrance de ses permis en octobre dernier, la société minière chinoise HD Mining a obtenu le feu vert le 21 mai pour faire venir 201 travailleurs temporaires étrangers dans le cadre de son projet d’extraction de charbon de Murray River, en Colombie-Britannique. Deux syndicats de la province avaient amené l’entreprise devant le tribunal fédéral, affirmant que HD Mining n’avait pas fait assez d’efforts pour embaucher des Canadiens, mais leurs préoccupations ont été écartées.

Les deux syndicats clament néanmoins victoire pour avoir porté l’affaire sur le devant de la scène. « Les syndicats des métiers ont dénoncé un Programme des travailleurs étrangers temporaires fondamentalement défaillant et remporté la bataille devant le plus important des tribunaux, celui de l’opinion publique, » explique Brian Cochrane, directeur syndical de la section 115 de l’International Union of Operating Engineers.

En avril, le gouvernement fédéral a annoncé ne plus autoriser les travailleurs étrangers temporaires à recevoir un salaire inférieur de 15 pour cent à celui de leurs homologues canadiens et interrompu le processus accéléré d’avis concernant l’impact sur le marché du travail. Les entreprises doivent désormais répondre à des obligations plus strictes concernant le plan de transition vers la main-d’œuvre canadienne et le tribunal a décidé que HD Mining devait faire des progrès dans ce domaine.

« Cette affaire entend montrer aux Canadiens la réalité du Programme des travailleurs étrangers temporaires afin qu’ils insistent auprès du gouvernement fédéral pour que celui-ci opère des changements majeurs pour remédier aux problèmes, » déclare Mark Olsen, directeur syndical de la section 1611 du Construction and Specialized Workers Union [Labourers’ Union]. « Sur ce plan, nous avons réussi. »

– P.B.

La vulnérabilité de Caterpillar face à la dépression du secteur minier

Les fournisseurs de l’industrie minière subissent les répercussions de la stagnation des résultats financiers dans ce secteur. Caterpillar, le géant mondial de l’équipement, a enregistré une chute tant de ses ventes que de ses bénéfices au cours du premier trimestre 2013. Ses bénéfices sont passés de 1,58 milliard de dollars au premier trimestre 2012 à 880 millions de dollars pour la même période, cette année.

Cette perte est en grande partie imputable à la faiblesse du marché minier, étant donné que « les sociétés minières continuent à réduire leurs dépenses en immobilisations et que le volume des nouvelles commandes reste faible, à un niveau bien inférieur à celui qui avait été enregistré au premier trimestre 2012, », selon un communiqué de presse de l’entreprise. La branche d’activité des industries de ressources de Caterpillar, essentiellement composée du secteur minier, a enregistré des ventes de 3,67 milliards de dollars au premier trimestre 2013, soit une baisse de 23 pour cent par rapport au premier trimestre 2012. Les bénéfices dans cette branche d’activité ont chuté à 477 millions de dollars, contre 1,168 milliards de dollars d’un exercice à l’autre pour la même période.

Cette baisse a également conduit l’entreprise à réviser ses perspectives pour 2013. « Si nos perspectives concernant l’industrie de la construction et les centrales nucléaires sont proches de nos perspectives antérieures, nos attentes concernant le secteur minier ont été considérablement revues à la baisse, » explique Doug Oberhelman, chef de la direction de Caterpillar, dans un communiqué, ajoutant que son entreprise anticipe une baisse des ventes du matériel d’exploitation minière de 50 pour cent par rapport à 2012.

– H.M.

Réalisation d’une étude de faisabilité par Avalon

À la mi-avril, Avalon Rare Metals a réalisé une étude de faisabilité pour son projet de Nechalacho, devenant ainsi la première société à réaliser une telle étude pour un important projet de terres rares lourdes hors de Chine. Cette étude de 60 millions de dollars, réalisée par SNC-Lavalin, a porté le coût des travaux de la mine à 1,575 milliard de dollars, avec plus de 1,15 milliard de dollars destinés à l’infrastructure dans les Territoires-du-Nord-Ouest et 423 millions destinés à une raffinerie en Louisiane. Les charges d’exploitation ont été estimées en moyenne à 264,5 millions de dollars par an et les produits, à 645,8 millions de dollars par an. Le délai de récupération est estimé à 4,3 ans et le taux de rentabilité interne, après impôt, à 19,6 pour cent.

Jim Anderson, chef de la direction financière d’Avalon, a annoncé que la prochaine étape pour l’entreprise consiste à financer le projet. « Comme vous le savez, les marchés sont légèrement tendus en ce moment » affirme-t-il. « Nous pensons que, pour réussir, le facteur clé consiste à trouver un partenaire stratégique, un important utilisateur final ayant les moyens de financer le développement de notre projet. » M. Anderson a ajouté qu’Avalon a déjà signé six protocoles d’entente confidentiels non contraignants avec différentes tierces parties, lesquelles sont désormais plongées dans l’étude des 10 000 pages de l’étude du projet.

M. Anderson a ajouté que Nechalacho revêt un intérêt particulier pour les éventuels partenaires à la recherche d’un approvisionnement sûr pour cinq oxydes de terres rares essentielles qui devraient connaître une demande croissante au cours des prochaines années : l’europium, le terbium, le dysprosium, l’yttrium et le néodyme.

« Si les gens s’inquiètent de la sécurité de l’approvisionnement et pensent que la Chine va se retrouver dans une situation où elle va consommer plus qu’elle ne possède de ces éléments, cela risque d’étrangler les exportations, » explique-t-il. La production devrait commencer vers la fin de 2016 et les premières ventes commerciales, en 2017.

– H.M.

L’effet domino du glissement de terrain de Kennecott

Les opérateurs de la mine de Bingham de Kennecott Utah Copper licencient du personnel, en incitent d’autres à prendre des vacances ou des congés sans solde et ont offert des indemnités pour départ volontaire de 20 000 $ aux employés, dans une volonté de se redresser suite au gigantesque effondrement de paroi survenu à la mine de Utah en avril.

Le matériel de surveillance des gradins a alerté les mineurs de la chute de la paroi nord-est. Le travail dans la mine a alors été suspendu et le matériel évacué en prévision du glissement de terrain. Malgré cette préparation, trois pelles, 14 camions-remorques et un certain nombre de foreuses et autres outils ont été emportés dans le glissement de terrain qui a déversé près de 150 millions tonnes de roche dans la mine, d’après les estimations.

Depuis, l’exploitation a repris mais l’entreprise continue de réduire les coûts, prévoyant une diminution de moitié de la production de cuivre de la mine par rapport aux prévisions de 2013. L’an dernier, la mine avait produit 163 000 tonnes de cuivre, 9 400 tonnes de molybdène et 279 000 onces d’or.

– R.B.

Imminence des travaux du projet Vista

Coalspur Mines Ltd. a conclu une entente de financement de 350 millions de dollars qui pourrait permettre à l’entreprise de commencer les travaux du projet de la mine de charbon Vista près de Hinton, en Alberta, plus tard cet été. EIG Global Energy Partners a accepté de financer le projet par une facilité d’emprunt garanti de premier rang qui satisfait quasiment aux 445 millions de dollars nécessaires à Coalspur pour entamer la première phase du projet Vista. Une fois la première phase terminée, Vista devrait produire trois millions de tonnes de charbon thermique par an, à compter du premier semestre 2015. « La facilité consentie par EIG nous permettra de commencer les travaux et de débuter le projet avant d’avoir réuni la somme totale des 445 millions de dollars, » explique David Montpetit, vice-président, Affaires externes et Logistique.

Chris Borowski, directeur des relations avec les investisseurs, a déclaré que la société tiendra un vote le 27 juin pour soumettre aux actionnaires l’approbation de l’entente de financement de 350 millions de dollars. Coalspur cherche également à faire approuver des permis dans le cadre du processus de réglementation qui vise les travaux. Une fois la deuxième phase du projet de charbon thermique terminée, Vista devrait progressivement augmenter sa production à 12 millions de tonnes par an. La durée de vie de la mine est de 29 ans.

– H.M.

Traduit par SDL

Publier un commentaire

Commentaires

Version PDF