sept/oct 2012

Les yeux sur l’horizon

Le projet de charbon thermique de Coalspur Mines en Alberta alimentera des fournaises à l’étranger

Par Correy Baldwin

Coalspur Mines Ltée regarde vers l’ouest avec son projet principal Vista Coal qui vise les marchés de l’autre côté du Pacifique où la demande de charbon thermique de haute qualité est forte et en croissance. Vista, qui se situe juste au sud de la ville de Hinton en Alberta dans les contreforts des Rocheuses, deviendra la plus grande exploitation de charbon thermique destinée à l’exportation en Amérique du Nord.

Le fait que Coalspur se concentre sur l’exportation de charbon mérite en soi d’être souligné, car seule l’exploitation de charbon thermique de haute qualité est viable économiquement au Canada. La qualité du charbon de Vista sera comparable à celle du projet voisin Coal Valley de Sherritt, dont le charbon est vendu depuis longtemps sur le marché de l’Asie du Pacifique. Vista sera la première mine de charbon technique destinée à l’exportation au Canada depuis près de trente ans.

« Avec 566 millions de tonnes dans des réserves récupérables et une production annuelle de 12 millions de tonnes de charbon propre, Vista est un projet d’envergure mondiale qui pourra faire concurrence aux plus grandes mines de charbon thermique d’Australie, » souligne Gill Winckler, président et chef de la direction de Coalspur. « Quand il aura atteint sa pleine capacité, le projet sera l’une des plus grandes mines de charbon thermique destiné à l’exportation au monde. »

Winckler connaît bien le paysage concurrentiel. Avant de se joindre à l’équipe de Coalspur en juillet 2012, elle a passé 15 ans chez BHP Billiton. Chez BHP, elle a occupé notamment le poste de chef du développement de la division du charbon énergétique, où elle était responsable du développement des affaires pour les projets de charbon thermique et de la supervision de la croissance des activités de BHP dans le domaine du charbon thermique en Australie et en Afrique du Sud.

« J’ai notamment supervisé un projet en Australie qui était comparable à Vista, » souligne-t-elle. « La principale différence entre ces projets vient du fait que Vista dispose d’une chaîne de logistique très attrayante – ce que nous appelons “le chemin jusqu’à la mer.” Cet aspect représente un défi pour de nombreux projets en Afrique du Sud et en Australie, où le réseau ferroviaire est exploité à sa pleine capacité et les installations portuaires sont engorgées. »

L’analyse de rentabilité

« La difficulté à laquelle les sociétés nord-américaines doivent faire face le plus souvent est le coût élevé du transport de leur produit jusqu’à la mer, » précise Winckler. « Vista sera en mesure d’exporter du charbon de manière rentable grâce aux accords portuaires avantageux qui ont été conclus, à un accès à une ligne ferroviaire sous-utilisée, à ses coûts de production attrayants et au fait que le charbon thermique qui sera produit se vendra à un prix plus élevé que celui de la plupart des producteurs du bassin de la Powder River. » Ces facteurs, selon Winckler, distinguent Coalspur de nombreux concurrents et permettra à la société de vendre son charbon thermique sur le marché de l’Asie du Pacifique.

Toujours selon Winckler, le marché national en soi n’est pas aussi attrayant, ce qui contribue à l’intérêt pour l’exportation : « L’Alberta génère une bonne part de son électricité au charbon, mais le prix de vente du charbon sur le marché national n’est pas assez élevé actuellement pour contribuer au développement d’un projet comme Vista, ni de tout autre projet d’extraction de charbon thermique. »

« La décision d’exporter le charbon nous ouvre aussi la porte à un bien plus grand nombre de clients potentiels, » ajoute Chris Borowski, directeur des relations avec les investisseurs chez Coalspur. « Notre aptitude à vendre aux marchés national et international nous permettra de nous adapter aux évolutions du marché, ce qui représente un avantage important. Si la demande de charbon augmente sur le marché national et le prix dépasse nos revenus potentiels à l’exportation, nous aurons la possibilité de tirer profit de cette situation. »

La plupart des employés de Coalspur travaillent dans ses bureaux de Calgary, Hinton et Vancouver. La société est cotée aux bourses Australian Securities Exchange et TSX, et son siège social se trouve à Perth.

Poser les bases

Le charbon provenant de Vista voyagera par chemin de fer jusqu’aux ports en eaux profondes de la côte ouest canadienne, lesquels assureront la liaison essentielle avec le marché de l’Asie du Pacifique. Coalspur a établi un protocole d’entente avec CN Rail et espère conclure un accord de transport final vers la fin 2012 ou le début 2013. Un accord avec le CN serait tout aussi avantageux pour les deux partis : Coalspur sera un client important du CN et utilisera une ligne sous-utilisée qui dessert actuellement les mines voisines Obed Mountain et Coal Valley de Sherritt. Coalspur et CN coopèrent aussi à la conception et à la construction d’une infrastructure d’embranchement particulier et de chargement dont la construction doit débuter en 2013.

La ligne du CN, qui se trouve à moins de trois kilomètres des limites territoriales du projet Vista, peut accueillir des trains d’une longueur allant jusqu’à 175 wagons dont chacun a une capacité de chargement de plus de 100 tonnes de charbon. Le protocole d’entente permet le transport de 2,3 millions de tonnes (Mt) de charbon de Vista dès 2015 et une augmentation progressive à 12 Mt par année d’ici 2018. Cela correspond à deux fois la production totale des deux exploitations de Sheritt et au double de la quantité de charbon thermique que le Canada exporte chaque année.

Page 1 de 2 Suivant
Publier un commentaire

Commentaires

Version PDF