mai 2012

La Guerre du plâtre de 1820

Comment les producteurs locaux remportèrent la guerre

Par Correy Baldwin

Tout au long de l'été 1820, des contrebandiers de la baie de Fundy défièrent ouvertement les agents du gouvernement à qui l'on avait confié la tâche de mettre un terme au commerce illégal du gypse, communément appelé plâtre. Les contrebandiers défendirent farouchement leur commerce, dans cet épisode mieux connu sous le nom de la Guerre du plâtre.

Les premiers colons découvrirent le gypse vers la fin des années 1770 près de Windsor, à la pointe de la baie de Fundy et ils commencèrent à exploiter le minerai à petite échelle. Le minerai était en grande partie accessible à la surface du sol, dans des gisements peu profonds qui pouvaient facilement être exploités. Ces gisements attirèrent les fermiers locaux sans aucune expérience minière, qui exploitèrent de petites carrières en utilisant de la poudre noire. Les petits producteurs locaux commercialisèrent ce produit sous forme brute, en le transportant sur de petits navires appartenant aux pêcheurs et aux marchands de la région.

L'extraction du gypse resta entre les mains des petits producteurs durant des décennies. Ce n'est que lorsque l'entreprise Albert Manufacturing Company eut établi son usine en 1854, après que d'autres gisements eurent été découverts au Nouveau-Brunswick que l'industrie se tourna vers des producteurs plus importants.

Avant d'être utilisé comme matériau de construction, le gypse était utilisé comme fertilisant riche en calcium et vendu aux cultivateurs de blé des colonies britanniques voisines situées au sud-ouest de la Nouvelle-Écosse.

Mais la situation changea lorsque ces colonies acquirent leur indépendance en 1783 et devinrent les États-Unis. Le commerce local devint un commerce international soumis à des tarifs et à des droits de douane trop coûteux pour les petits producteurs locaux. Voyant leur moyen d'existence menacé, mais toujours disposés à poursuivre leur commerce avec leurs anciens voisins, les producteurs locaux se tournèrent vers la contrebande.

La frontière américaine nouvellement créée traversait la baie de Passamaquoddy, qui devint un important centre de contrebande. Le commerce du gypse étant en pleine croissance (de 91 tonnes en 1794 à 45 360 tonnes en 1818), les gouvernements américains et britanniques devinrent de plus en plus préoccupés par la perte de revenus entraînée par la contrebande. Bien souvent, les agents des douanes locaux appuyaient les contrebandiers, et ceux à qui l'on confiait la mission de ramener l'ordre étaient facilement entravés dans leurs actions. La baie de Passamaquoddy abritait de nombreuses anses et de nombreuses îles. Les contrebandiers travaillaient de nuit en profitant du brouillard; ils utilisaient les menaces et les pots-de-vin et profitaient du soutien local.

Finalement, les Britanniques nommèrent Stephen Humbert, qui avait déjà été lui-même impliqué dans la contrebande, au poste d'« agent de la prévention », dans le but de mettre un terme à la contrebande.

Humbert commença sa mission sur une note triomphante en saisissant un navire de contrebande de plâtre dans le port de Saint John avant de mettre les voiles vers la baie de Passamaquoddy et en laissant le navire saisi sous la garde de son adjoint (son fils John). Mais cette nuit-là les contrebandiers kidnappèrent John et l'abandonnèrent humilié sur un rivage éloigné.

Les choses ne s'améliorèrent pas par la suite pour Humbert. Au moment où il arrivait dans la baie de Passamaquoddy, un navire de plâtre tira sur son navire. C'était le genre de salutations auxquelles il devait s'habituer par la suite. Humbert réussit finalement à saisir le navire, mais au cours des jours suivants son propriétaire tenta à deux reprises de le reprendre de force. Les autorités locales étaient du côté des contrebandiers.

Humbert réalisa à quoi il s'attaquait. Durant tout l'été, il fit face a une résistance croissante de la part des équipes de contrebandiers, certaines d'entre elles brandissant des mousquets chaque fois qu'il s'approchait d'elles. Les contrebandiers armèrent leurs navires de canons. Certains d'entre eux poursuivaient ouvertement Humbert, alors que d'autres patrouillaient en bandes dans les eaux, à sa recherche.

Dans un port, une foule lança des pierres aux membres de son équipage et les menaça avec des haches et des fourches. Il battit en retraite, et le jour suivant il vit passer dix navires de contrebandiers de plâtre attachés les uns aux autres pour former un énorme radeau.

La dernière confrontation eut lieu à la fin de septembre, lorsque Humbert saisit deux navires de contrebande le long de la frontière américaine. Les contrebandiers regroupèrent vingt navires dans une démonstration de force et amenèrent avec eux un magistrat américain pour arrêter Humbert. Cette nuit-là, ils récupérèrent leurs navires saisis et forcèrent Humbert à battre en retraite.

Humbert abandonna la partie. L'année suivante, le gouvernement abandonna officiellement ses efforts visant à contrôler le commerce du gypse. Les contrebandiers et les petits producteurs avec qui ils travaillaient avaient gagné la partie.
Publier un commentaire

Commentaires

Version PDF