février 2012

L'Australie 2e partie

Par R. J. (Bob) Cathro

La ruée vers l'or dans l'État de Victoria n'était pas seulement plus accessible par la côte, elle était aussi beaucoup plus importante que la ruée antérieure de New South Wales. L'imposition des mêmes frais de permis de 30 s par mois dans l'État de Victoria s'est avérée beaucoup plus difficile à appliquer. C'était dû en partie au nombre de prospecteurs et de mineurs concernés, ainsi qu'à la résistance au comportement impérieux des fonctionnaires. La présence de Californiens avec leur affection pour les armes à feu et le lynchage ajoutait un certain degré de danger. Le point de non-retour arriva le 1er janvier 1852 lorsque le conseil législatif décida d'augmenter les frais à 1 £ par mois. Entretemps, aucune force militaire n'était disponible pour appliquer l'ordonnance puisque les policiers ordinaires avaient abandonné leur poste pour aller chercher de l'or eux-mêmes.

Et la ruée continuait de croître. Le 1er octobre, le gouverneur Latrobe signala que 47 navires avaient été abandonnés par leur équipage dans le port de Melbourne. Cela ralentit sévèrement les communications avec un message adressé à Londres pouvant prendre jusqu'à six mois pour se rendre à destination. Le désordre était devenu plus fréquent dans les champs aurifères et la vente illicite d'alcool était à la hausse, bien que les frais de permis aient été réduits à 2 £ pour trois mois. Une erreur judiciaire à Balla rat servit d'excuse pour une émeute et la formation d'une ligue de réforme par les mineurs. En décembre, une force militaire de 276 membres attaqua 1 200 mineurs dans une estacade sur Eureka Hill causant la mort de 30 mineurs et de 2 soldats. Appelée le Massacre d'Eureka, cette attaque a profondément affecté l'histoire de l'Australie.

La population de Melbourne sympathisait avec les mineurs. Une série de procès produisirent des acquittements et une commission d'enquête recommanda un permis coûtant 1 £ par année et qui incluait le droit de vote. Par ailleurs, une taxe à l'exportation de 2 s 6 d fut approuvée, une amnistie accordée à tous les mineurs et des tribunaux miniers furent établis pour juger les conflits locaux. Lorsque les riches dépôts en surface furent épuisés et que des entreprises ont été fondées pour entreprendre l'extraction en profondeur, l'industrie minière de l'or se stabilisa et de beaux villages remplacèrent les étendues de cabanes de pionniers (Rickard, 1945).

En 1852, les chercheurs d'or qui se sont progressivement répartis dans les colonies avoisinantes trouvèrent de petites quantités d'or alluvionnaire à Fingal et à Nine Mile Springs en Tasmanie. La première de plusieurs petites découvertes dans le Queensland eut lieu à Canoona (près de Rockhampton) en 1858, suivie par Warwick (au sud-ouest de Brisbane) en 1863, à Rockhampton en 1866, Gympie (nord-ouest de Brisbane) en 1867 et à Ravenswood (près d'Ayr) en 1868. En 1872, une découverte importante fut faite à Charters Towers, à 135 kilomètres au sud-ouest de Townsville et à 1 100 kilomètres au nord-ouest de Brisbane. Selon la légende, un garçon aborigène de 12 ans nommé Jupiter trouva une pépite d'or dans un ruisseau et la donna à son employeur qui l'adopta et le fit instruire. Cette découverte mena à une mine souterraine qui produisit 299 tonnes (6,6 millions d'onces) entre 1871 et 1917. D'autres petits affleurements aurifères furent découverts à Palmer et à Parkinson (entre Cookstown et Cairnes et à 100 kilomètres dans les terres) en 1873 et en 1876, à Nebo (près de Mackay) en 1881 et à Croydon en 1886.

D'autres occurrences mineures furent signalées à Birdwood et à Teetulpa, South Australia, en 1870 et en 1886, respectivement; à Pine Creek et à Arltunga dans le Northern Territory en 1872 et en 1896, respectivement; et à Lefroy, Beaconsfield et Mt Lyell en Tasmanie en 1872, 1877 et 1886, respectivement. Ces États et territoires se sont avérés avoir un faible potentiel pour l'or alluvionnaire.

L'Australie occidentale qui n'est pas arrivée sur l'avant-scène comme région aurifère avant 1892 est éventuellement devenue l'État le plus important sur le plan de la production d'or du pays et parmi les meilleurs districts au monde. L'intérieur de l'État est un pays aride avec peu d'eau, des crêtes basses et rocheuses, et exempt de végétation autre des acacias broussailleux, ce qui le rend extrêmement difficile et dangereux à prospecter. La pénurie d'eau signifiait que la seule manière d'extraire de minuscules grains d'or du sol était la méthode sale et inefficace de soufflage à sec. Les hommes des régions arides du nord du Queensland et du Northern Territory avaient un net avantage pour le travail dans le désert.

L'État de North Australia avait été la scène d'années d'exploration désorganisée jusqu'à ce qu'une pépite d'or soit trouvée en 1882 sur la côte, près de Roebourne, à 150 kilomètres à l'ouest de Port Hedland et à environ 1 250 kilomètres au nord de Perth. L'exploration se limitait aux régions moins minéralisées au nord et au centre de l'État durant plusieurs années et a mené à la découverte d'un affleurement à Halls Creek trois ans plus tard. Située à environ 225 kilomètres au nord-ouest de Telfer, elle est devenue le site de la brève ruée vers l'or de Kimberley. D'autres prospects aurifères ont été trouvés à Pilbara Creek et à Ashburton River, entre Telfer et la côte, en 1888 et en 1889.

La première réussite dans le sud de l'État, dans ce qui est devenu le cœur du district aurifère de Western Australia, fut le champ aurifère Southern Cross en 1887. Situé à environ 385 kilomètres au nord-est de Perth, il a déclenché une petite ruée vers l'or nommée Yilgarn (le nom aborigène du quartz blanc et maintenant appliqué au bouclier de Western Australia). Une mine souterraine avec un bocard était en exploitation dès l'année suivante. Southern Cross fut suivi par une série de petites ruées, la première étant celle de Murchison suivie de la découverte de Cue en 1888. Dans les années qui suivirent, une douzaine de petites villes on vu le jour seulement pour être abandonnées lorsque les mines furent épuisées et que la fièvre de l'or avait fait son chemin.

La découverte suivante à Coolgardie en 1892, dans le désert à 200 kilomètres à l'est de Southern Cross et à 600 kilomètres environ au nord-est de Perth, stimula la plus grosse ruée jusqu'à ce moment. Elle fut lancée par deux prospecteurs chevronnés de Victoria, Arthur Bayley et John Ford, qui avaient simplement de monter leur campement près d'un point d'eau au centre d'une riche zone d'or alluvionnaire. Après avoir raclé le sol pour des pépites et des grains, ils trouvèrent une veine de quartz qui était la source de l'or alluvionnaire.

Après avoir broyé la roche détachée de l'affleurement, il apportèrent 554 onces (d'une valeur d'au moins 2 200 £) à la banque, Cependant, les deux prospecteurs n'avaient pas réalisé la valeur de leur découverte et vendirent un intérêt de 83 pour cent de leurs concessions pour seulement 6 000 £. Les nouveaux propriétaires donnèrent un acompte de seulement 100 £ et le reste fut tiré des près de 26 000 onces qu'ils avaient récupérées de 48 tonnes de roc l'année suivante. La Bayley's Reward Mine fit de Bayley un riche éleveur de moutons dans l'État de Victoria.

Lorsque trois Irlandais, Paddy Hannan, Tom Flanagan et Daniel Shaw, récupérèrent 100 onces d'or alluvionnaire à Mount Charlotte en 1893, à seulement 80 kilomètres de Coolgardie, cela entraîna la plus grosse ruée vers l'or de l'histoire de l'Australie et la fondation du village de Kalgoorlie. Elle réussit également à effacer tous les doutes au sujet du potentiel aurifère de Western Australia dont la population grandit de près de 50 000 habitants en 1891 à 100 ,000 en 1895 et à plus de 184 ,000 en 1901.

Selon Kimberley (1897), « l'emballement attira des hommes de partout dans le monde... de l'Afrique et de l'Amérique, de la Grande-Bretagne et de l'Europe, de la Chine et de l'Inde, de la Nouvelle-Zélande et des îles du Pacific Sud, et de tous les centres miniers de Queensland, New South Wales, Victoria, la Tasmanie et South Australia. »

Les événements marquants comprennent l'achèvement de la ligne télégraphique d'Adelaide à Perth en 1877 et le Great Southern Railway en 1899. Un signe de réussite, une Bourse fut établie à Perth en 1888 (Blairer, 1963). Western Australia et la Colombie-Britannique, les deux sur la côte ouest et géographiquement isolées avaient accepté de se joindre à leur pays si elles étaient connectées par une voie ferrée jusqu'aux centres du gouvernement et de l'industrie.

Étant donné que les ruées vers l'or en Californie et en Australie eurent lieu simultanément, il est inévitable qu'elles aient eu un effet important sur le commerce mondial. Leur production d'or combinée de 1848 à 1858 se chiffre à environ 1,2 milliard $ (240 millions £), une moyenne annuelle de 120 millions $ environ en comparaison avec des stocks mondiaux accumulés durant des millénaires de seulement 1,5 milliard $. La production annuelle mondiale d'or avant cette décennie avait produit une moyenne d'environ 40 millions $.

Le fait que la valeur monétaire n'ait pas sérieusement chuté sous cette inondation d'or neuf est une grande surprise pour la plupart des économistes et philosophes. La raison pour cela est que cet apport a étendu le commerce. Les deux régions aurifères qui étaient auparavant isolées et peu peuplées sont devenues prospères, alors qu'un approvisionnement en or adéquat stimulait le commerce international entre les pays manufacturiers et les pays en développement. Un autre avantage a été que la classe industrielle a obtenu un plus grand pouvoir d'achat et un plus grand pouvoir politique, un facteur important vers la démocratisation (Rickard, 1945).

Reconnaissances

Sauf lorsqu'indiqué, la majorité de l'information présentée dans cet article est dérivée de Blainey (1963) et de Rickard (1945).

Références

Blainey, G. (1963). The rush that never ended: a history of Australian mining. Melbourne : Melbourne University Press, 414 p. Kimberly, W. B. (1897). History of West Australia: a narrative of her past together with biographies of her leading men, p. 322. Rickard, T. A. (1945). The romance of mining. Toronto : The Macmillan Company of Canada Limited, p. 179-210. Stone, D. I. and MacKinnon, S. (1976). Life on the Australian goldfields. Richmond : Methuen of Australia, 214 p.
Publier un commentaire

Commentaires

Version PDF