août 2012

La modélisation permet de réaliser des économies

L’approche systématique de Barrick pour l’efficacité du broyage

Par Alexandra Lopez-Pacheco

Le broyage de minerai principal représente environ 55 pour cent de la consommation d’électricité de Barrick Gold et est la source de plus de 1,7 million de tonnes de gaz à effet de serre par année. En raison de ces données, une équipe dirigée par Danny Hillier, directeur principal de la métallurgie chez Barrick Gold Australia Pacific, a décidé de s’attaquer à la fragmentation et à l’efficacité de l’utilisation de l’énergie en 2007. Ce travail a porté fruit, car l’entreprise économise maintenant plus de 15 millions de dollars en énergie chaque année.

Toutefois, avant de profiter de telles économies, Barrick a dû surmonter des obstacles de taille, affirme Lloyd Buckingham, Directeur de la métallurgie chez Barrick Gold. « Nous n’avions pas de standards en ce qui a trait à l’efficacité pour les mesures, explique-t-il. Si vous n’avez pas de mesures pour les comparaisons, il vous sera impossible de savoir s’il y a amélioration. Toutefois, les standards doivent être propres aux minerais que vous broyez pour pouvoir avoir un point de référence pour vos capacités.

Fred Bond, ingénieur américain renommé pour ses contributions scientifiques en ce qui a trait au concassage et au broyage, a développé un ensemble de standards dans les années 50. Cependant, ces derniers sont mal adaptés à la complexité du broyage moderne.

« Au cours des dernières années, les broyeurs SAG ont été prédominants dans l’industrie, mais ils n’existaient pas au moment où Bond a fait ses analyses », constate Stephen Morrell, directeur de SMCC Pty Ltd., une entreprise de consultants située en Australie. « Quelques personnes ont tenté de modifier les équations de Bond afin de les adapter aux machines que nous avons aujourd’hui, mais je crois que les équations ne sont tout simplement pas adéquates. »

Au cours des 15 dernières années, Morrell a recueilli des données en provenance de plus de 130 usines dans le monde afin de mettre au point de nouveaux tests pour les roches et de nouvelles équations adaptées à l’équipement moderne. Son objectif était en premier lieu d’utiliser ces équations pour ses travaux de consultant lors de la conception de nouvelles usines. L’équipe de Barrick a cependant vu le potentiel des équations de Morrell en tant que point de référence pour les usines existantes de Barrick. « J’ai pensé qu’il était possible d’utiliser un outil servant aux nouvelles installations et de l’employer pour la vérification des installations existantes », affirme Morrell. Cependant, les équations de Morrell ne mesurent que l’efficacité énergétique générale d’un broyeur, en fonction des tests effectués sur les roches en laboratoire. Pour Barrick, ce n’était toutefois qu’une pièce du casse-tête. L’entreprise voulait également d’autres outils pour évaluer l’efficacité énergétique de manière précise.

De mesures adaptées

Pour cela, Barrick s’est tournée vers Robert McIvor de Metcom Technologies Inc. McIvor est un spécialiste en métallurgie et en système de broyage. Il a mis au point une méthode pour mesurer l’efficacité énergétique des circuits de broyage.

Sa méthode repose sur la découverte de l’existence de deux types de rendement d’efficacité dans les circuits de broyage : Le pourcentage de l’énergie du broyeur pour les grosses particules, comparativement aux petites particules, ainsi que l’efficacité de l’application de l’énergie aux grosses particules, comparativement aux standards.

McIvor a ainsi établi que les taux de production des circuits jouent un rôle pour les rendements d’efficacité. Quand la charge qui circule, ou le ratio de la quantité de solides qui se trouve dans les broyeurs à boulets par rapport à la quantité de solides qui se trouve dans le circuit, est bas, les broyeurs à boulets sont remplis de fines, ce qui résulte en une perte d’énergie. En contrepartie, quand la charge qui circule est remplie de matière plus grossière, le broyeur perd très peu d’énergie pour les fines et est ainsi beaucoup plus efficace.

Page 1 de 2 Suivant
Publier un commentaire

Commentaires

Version PDF