août 2012

Cela prend du temps et un travail d'équipe

Le gagnant de la médaille Vale révèle la route de la réussite

Par Crystal Chan

Même si l'inspiration peut survenir en un instant, Alfonso Grau sait qu'elle provient de nombreuses années de dur labeur. Au cours d'une carrière de près de 30 ans chez QIT-Fer et Titane, filiale de Rio Tinto Fer et Titane, basée à Sorel-Tracy au Québec, Alfonso est devenu l'un des innovateurs du secteur minier canadien en travaillant à de nombreux projets révolutionnaires, la plupart nécessitant plus d'une décennie de travail. Sa carrière fructueuse a été récompensée d'une médaille Vale en mai. Cette récompense suit le prix Airey qu'Alfonso a reçu de la Société de la métallurgie de l'ICM en 2003 pour ses contributions au développement de la pyrométallurgie non-ferreuse dans le pays.

Alfonso travaillait à Halifax auprès du Conseil national de recherches grâce à une bourse de post-doctorat de l'Université de Toronto, lorsque QIT l'a engagé en 1976. Il s'est avéré être un membre précieux de l'équipe de recherche et de développement de QIT, contribuant à de nombreuses découvertes et améliorations dans les domaines de la prospection des minéraux, l'enrichissement des minerais, la fusion en four électrique, l'affinage du fer et l'affinage de l'acier à l'oxygène.

L'un de ces développements, l'invention d'un nouveau procédé hydrométallurgique pour la valorisation du laitier de titane, a permis à QIT de remporter le prix Xstrata Innovation de la Société de la métallurgie de l'ICM en 2002. « C'est le projet qui m'a fourni la plus grande satisfaction », avoue-t-il. Sa principale utilisation a été la production de pigments au titane, et depuis, comme il l'exprime « tout ce qui est coloré contient de l'oxyde de titane »; cela a en effet ouvert les portes d'un gigantesque nouveau marché.

Alfonso est fier de ses contributions au développement et au raffinement des processus de fusion de QIT. Le principal bénéfice est que l'entreprise est désormais capable d'exploiter des fours de fusion électriques à très haute puissance en toute sécurité. « Je me souviens quand j'ai débuté dans l'entreprise que les plus gros fours fonctionnaient à environ 51 mégawatts. Désormais l'entreprise peut exploiter des fours à 75 mégawatts », précise-t-il.

Au cours de ses nombreuses années de service au sein de l'entreprise, comme directeur des recherches, vice-président de la technologie et, enfin, vice-président supérieur du développement des affaires, le travail d'Alfonso a permis à QIT de répondre à une demande changeante. « Il est nécessaire de s'adapter constamment aux exigences du marché, confie-t-il. Il faut comprendre les besoins des clients ».

Alfonso détourne cependant rapidement les éloges. Il souligne l'approche collaborative essentielle à sa profession. « La réussite d'une personne est finalement la réussite des personnes avec lesquelles elle travaille », souligne-t-il.

Depuis son départ en retraite en 2003, Alfonso a occupé son temps à des tâches de consultation et aux voyages. Né à Santiago, il passe plusieurs mois par an au Chili, mais prend également le temps d'explorer l'Europe à vélo, de jouer au golf et de passer du temps avec sa famille et ses amis.

Parallèlement, pourtant, Alfonso garde un œil sur les hauts et les bas de l'industrie. Quels sont, selon lui, les sujets brûlants des prochaines années?

« Je pense qu'un sujet sur lequel il est nécessaire de se pencher est la question de l'énergie : la consommation d'énergie, de l'eau, des ressources, précise-t-il. Diminuer l'impact de l'industrie sur l'environnement et la communauté est un domaine qui deviendra de plus en plus important. » Il souligne également l'intérêt grandissant pour le grand nord, particulièrement le nord du Labrador et l'Arctique. « Cela va présenter des défis. Exploiter une mine, déplacer et apporter des ressources, de l'énergie, et tout ce qu'il faut sur ces sites... je pense que c'est quelque chose de très important et de particulièrement unique au Canada ».

Découvrez les autres prix d’excellence de l’ICM.

Lucky reçoit la récompense CMP couronnant sa carrière

 

Laxman (Lucky) Amaratunga, membre de l'ICM et professeur à l'Université Laurentienne de Sudbury en Ontario, a reçu la récompense de couronnement de carrière CMP (processeurs minéraux canadiens) 2012 pour ses remarquables contributions dans les domaines de l'éducation, de la recherche en gestion des déchets de mine et du transfert de technologies environnementales. « M. Lucky est reconnu depuis longtemps parmi ses pairs comme un grand nom du domaine de la métallurgie et de la chimie minière », commente Dominic Giroux, président et vice-président de l'Université Laurentienne. « Nous le félicitons de ce récent honneur, qui est un hommage mérité au travail qu'il a effectué tout au long de sa vie. » 
Publier un commentaire

Commentaires

Version PDF