mai 2010

Nouvelle image pour une ressource naturelle

Whitemud Resources bien placé pour une croissance verte avec son procédé métakaolin

Par M. Eisner

Le minérai excavé est composé d’argile de kaolin à 40 pour cent et de sable à 60 pour cent


Parfois un regard neuf suffit pour être gagnant. C’est la stratégie derrière l’investissement de Whitemud Resources dans 12 000 acres de baux minéraux pour l’un des plus gros gisements de kaolin en Amérique du Nord. Le kaolin est fréquemment utilisé dans les papiers, les céramiques et la porcelaine; la haute qua­lité requise pour ces applications coûte cependant cher. Whitemud Resources a breveté une méthode rentable pour transformer le kaolin en métakaolin. Lorsque ajoutée au béton, cette substance le rend plus fort et plus durable.

« Un de nos fondateurs connaissait ce gisement », explique Kelly Babichuk, président et directeur de l’exploitation. « Il savait aussi que d’autres avaient examiné la propriété, surtout pour le marché du papier. Notre compagnie a cependant décidé de cibler uniquement l’industrie du ciment et du béton. »

Une fois chauffé, le kaolin se transforme en métakaolin, qui peut remplacer jusqu’à 20 pour cent du ciment Portland dans un mélange de béton, en plus de le renforcer. Whitemud Resources a breveté un procédé à sec pour produire WhitemudMK, un métakaolin de haute qualité, à grande réactivité et de couleur blanc cassé.

« Les autres compagnies qui vendent le métakaolin pour le béton ciblent surtout les marchés du papier et leurs procédés sont conçus en conséquence », explique M. Babichuk. « Elles utilisent beaucoup d’eau; elles doivent ensuite retirer les impuretés et se servir de produits chimiques pour blanchir l’argile avant de la chauffer pour obtenir le métakaolin. Le procédé de Whitemud produit un grade qui n’est pas assez ‘pur’ pour le papier. Nous pouvons donc vendre notre produit à un tiers du prix des autres fournisseurs. »

Le gisement qu’exploite Whitemud Resources contient un mélange de kaolin, d’argile et de sable. Acheminé à l’usine avoisinante par camion, le minerai passe d’abord par un concasseur primaire. Le matériau sec est envoyé dans un calcinateur rotatif et transformé en métakaolin par déshydratation à 800 °C. Il est ensuite refroidi et stocké avant d’être transféré dans des wagons de chemin de fer pour expédition.

La compagnie a construit une usine de transformation de 175 000 t/an, mais un problème technique a arrêté la production pour quelque temps. « Nous avions des difficultés majeures avec notre four rotatif de 100 pieds de long », explique M. Babichuk. « Le four est doublé de briques réfractaires et elles se détachaient, ce qui nous a coûté cher en temps et en argent car il a fallu tout reprendre. »

L’objectif de la compagnie est d’atteindre 1 000 000 t/an. « La réduction du dioxyde de carbone est un objectif environnemental majeur. En effet, 5 pour cent du CO2 industriel provient de la fabrication du ciment. Il sera de plus en plus difficile d’avoir de nouvelles usines de ciment en Amérique du Nord », poursuit-il en signalant qu’en 2006, environ 30 pour cent du ciment provenait de l’étranger.

Le kaolin possède d’autres avantages : ajouté au béton, il protège contre la réaction alcalis-granulats qui peut compromettre l’intégrité d’une structure par l’expansion et la détérioration du béton. À poids égal, le métakaolin est le meilleur additif pour contrer cette réaction. Les marchés de la Chine et de l’Inde sont dans la mire de la compagnie; ces deux pays utilisent ensemble 55 pour cent du ciment mondial. Le métakaolin peut aussi servir dans les mines souterraines. Ses qualités de renforcement le rendent utile dans les opérations de gunitage des tunnels et des puits. Sa couleur pâle et sa facilité de pompage jouent aussi en sa faveur.

Selon M. Babichuk, la compagnie est « prête à révolutionner l’industrie »; elle recherche des partenariats stratégiques pour aider à la mise en marché. « Avec notre usine, nous pouvons retirer annuellement plus de 100 000 tonnes de CO2 de l’atmosphère par le remplacement partiel du ciment. Avec notre agrandissement, nous pourrons atteindre un retrait de 550 000 tonnes de CO2 ».

www.whitemudresources.com

Publier un commentaire

Commentaires

Version PDF