déc '07/jan '08

La conference de la section Thetford Mines un grand succès

Protection du bassin versant de la Rivière Bécancour

Dans le cadre de sa série de conférences, la section de Thetford Mines de l’ICM recevait monsieur Simon Lemieux, coordonnateur de l’orga­nisme Grobec à titre de conférencier le 12 septembre dernier.

Devant une trentaine de participants, monsieur Lemieux a expliqué les objectifs et le mandat de son orga­nisme à savoir la protection de l’eau du bassin versant de la Rivière Bécancour qui s’étend sur 220 kilomètres du lac Bécancour jusqu’au fleuve Saint-Laurent.

Cet important cours d’eau traverse les territoires de 6 MRC et draine une superficie de plus de 2 600 km2. C’est l’un des 33 bassins versants priorisés par le Gouvernement du Québec dans sa politique nationale de l’eau (PNE) adoptée en 2002. Le territoire se répartit comme suit en différents milieux : 58 % en forêt, 39 % en agriculture et 3 % en milieu urbain. La population totale du territoire est d’environ 66 700 personnes.

Les participants ont appris que la gestion intégrée de l’eau par bassin versant (GIEBV) s’inscrit dans une démarche de développement durable qui stipule que la gestion de la ressource eau doit se faire sans compromettre sa disponibilité et sa qualité pour les générations futures. Ceci implique qu’il faut prendre des décisions ou établir des règles qui assurent un partage équitable de la ressource ainsi qu’un équilibre entre les usages actuels de l’eau, le renouvellement naturel de la ressource et les usages liés à des besoins futurs.

Pour ce qui est de la qualité de l’eau de la Bécancour, monsieur Lemieux avait de mauvaises nouvelles à nous annoncer. Au lieu de s’améliorer, la qua­lité de l’eau se détériore et ce malgré les investissements importants des municipalités depuis plusieurs années; usine d’épuration des eaux, séparation du réseau d’égouts sanitaires de celui des égouts pluviaux, etc. La qualité (bactérienne et physico-chimique) de l’eau de la rivière est mesurée 6 fois par année à partir de plusieurs points d’échantillonnage. D’autres actions seront donc requises pour restaurer la qualité naturelle de l’eau de la Rivière Bécancour.

Publier un commentaire

Commentaires

Version PDF