mai 2006

Dur labeur et dévouement reconnus

Par A. Nichiporuk

Jonathan Gagné de la mine LaRonde
Chaque année la Fondation canadienne des mines et de la métallurgie souligne les succès académiques en attribuant des bourses d’étude. Cette année la bourse Arthur W. Foley a été décernée à M. Jonathan Gagné. CIM Magazine a rencontré Jonathan afin de mieux vous le faire connaître.

ICM : Pourquoi avez-vous choisi de poursuivre vos études en génie minier?

JG : Mes deux grands-pères, ainsi que mon père, ont tous travaillé dans les mines d’amiante et leurs nombreuses histoires sur le monde minier m’ont vite fasciné. À l’adolescence, à chaque visite, j’étais intrigué par ces gigantesques fosses et les nombreux chevalements que m’offrait le paysage. Voulant étudier en science et désirant les appliquer à un domaine qui me passionnait, le génie minier s’est tout de suite imposé à mon esprit.

ICM : Comment se sont déroulés vos stages à la mine LaRonde? Quels étaient vos rôles et responsabilités?

JG : Lors de mon premier stage, j’oeuvrais comme arpenteur et j’assistais un ingénieur, Guy Gosselin, sur certains projets. Lors du deuxième stage, la mine LaRonde avait comme idée de me faire toucher à tout ce que comporte une exploitation souterraine. Alors, durant ces quatre mois, j’ai opéré des chargeuses-navettes, j’ai été mineur de service, aide boulonneur, aide opérateur de jumbo, cimenteur de câbles, assistant contremaître, etc.

ICM : Avec un horaire très chargé, pourquoi avez-vous choisi d’occuper le poste de président du comité de Génie des mines?

JG : Lorsque le poste de président s’est ouvert et étant déjà impliqué au sein de la communauté étudiante, j’ai su que ce poste m’intéresserait. Je ne peux comparer ce poste avec celui d’un directeur de compagnie, mais cette responsabilité montre le comportement qu’il faut avoir lorsqu’on préside et les responsabilités qui nous sont attribuées. Je crois que ce rôle est plus que bénéfique à ma formation, car aucun cours ne peut nous enseigner le leadership que nous devons avoir lorsque l’on est à la tête d’un comité. Cependant, je ne pourrais tout gérer seul, alors avec Isabelle Leblanc (vice-présidente) et tous les étudiants du comité, nous travaillons en équipe, et même en famille, afin de bien gérer notre comité.

ICM : D’après-vous, quels sont les défis et avantages auxquels les jeunes étudiants sont confrontés dans cette industrie?

JG : Tout d’abord, il faut être prêt à voyager, car la plupart des complexes miniers ne sont pas a proximité des principaux centres urbains. Il faut être ouvert aux nouvelles technologies, car même si l’extraction minière existe depuis plusieurs millénaires, elle est en constant développement et profite des avancées technologiques. Avec le prix de l’or qui oscille autour de 550 $US l’once, les étudiants dans le domaine minier sont plus que choyés. En effet, de nombreux projets miniers voient le jour et plusieurs naîtront dans quelques années. Il en résulte ainsi un grand nombre d’emplois pour nous.

ICM : Comment voyez-vous le l’avenir de votre carrière dans cette industrie?

JG : De nombreux postes sont offerts au gradués et un ingénieur minier à la possibilité d’œuvrer dans plusieurs branches de l’industrie minière. Je crois que mes troisième et quatrième stages me permettront d’avoir une vue d’ensemble du génie minier et ainsi je pourrai bifurquer vers la branche qui me plait le plus.

ICM : Quels conseils offririez-vous aux étudiants qui débutent leurs études dans l’industrie minérale?

JG : De ne pas se fier uniquement sur leur formation académique afin d’exceller. Les programmes coopératifs offrent la possibilité de faire des stages en industrie et c’est lors de ces stages que l’on se fait une meilleure idée du domaine minier. Il nous est ainsi possible de lier ces connaissances à nos disciplines scolaires et ainsi pleinement jouir de notre formation. Deuxièmement, le domaine minier est assez restreint, il faut donc se faire le plus de contacts possibles. Allez parler avec les dirigeants de compagnie lors des souper conférences, lors des journées de recrutement. Ces contacts sociaux vont démontrer votre enthousiasme et cela risque grandement de vous ouvrir des portes.
Publier un commentaire

Commentaires

Version PDF