Inscrivez-vous

2019

Médaille pour le leadership dans la sécurité minière

Ancien vice-président retraité de Syncrude Canada Ltd., Gord Winkel s’est joint à l’Université d’Alberta en 2010 et a appuyé la mise en place de la David and Joan Lynch School of Engineering Safety and Risk Management. Ses efforts visant à améliorer la sécurité et la technologie au sein du secteur minier lui ont valu trois prix du programme des éminents conférenciers de l’ICM en 2002, 2008 et 2013.

M. Winkel est président du comité sur la sécurité J.T. Ryan de l’ICM. Il est également l’un des juges du programme de prix pour la sécurité des chantiers dans le domaine des mines et du minerai de Hatch-ICM, en plus d’être membre du comité dédié à la sécurité. Il est aussi conseiller exécutif du conseil de l’Alberta Mining Safety Association.

M. Winkel est membre de nombreux conseils et comités sur la sécurité au sein de diverses industries, et soutient l’efficacité de la gestion du risque et de l’organisation à l’échelle de l’Amérique du Nord.

Éminent Conférencier 2008-2009

Résumé de la conférence

X

L’impératif d’innover

Depuis 2002 environ, on observe une augmentation du coût en capital non liée à l’inflation dans l’industrie minière. Cette tendance constitue un obstacle important pour les entreprises qui tentent de faire réussir leurs projets. Le coût en capital des projets a plus que doublé pendant cette période et, dans certains cas, il a même triplé. Cela représente un défi économique pour de nombreux projets. Certains d’entre eux perdent même leur viabilité. De plus, des coûts d’exploitation plus élevés que prévu ont nui davantage à des paramètres des projets comme la valeur actualisée nette (VAN) et le taux de rentabilité interne (TRI). On signale fréquemment l’augmentation du coût en capital des projets partout au monde. Dans le cadre de cette présentation, on aborde trois points. Premièrement, on traite de la cause de telles augmentations de capital et des différentes composantes des estimations du capital. Deuxièmement, on passe en revue les raisons pour lesquelles les estimations préliminaires, par exemple celles préparées dans le cadre d’une étude d’orientation ou de préfaisabilité, sont plus faibles que les coûts finaux obtenus pas déduction. De telles augmentations et différences relativement aux estimations ont causé d’importants problèmes aux constructeurs de mines et suscité une nervosité généralisée chez ceux qui financent les projets. Troisièmement, on examine la discipline requise dans le cadre de l’exécution de projets pour tenter d’atténuer de telles augmentations de capital. Avec un peu de chance, cette présentation permettra aux participants de mieux comprendre les divers problèmes et facteurs qui touchent les acteurs de l’industrie minière.