Inscrivez-vous

Confrérie de l'ICM

Pour des contributions remarquables constantes à l'ICM et/ou aux industries des mines, de la métallurgie et du pétrole

Origines et conditions

X
La Confrérie de l'ICM a été instituée par le conseil d'administration de l'ICM en novembre 1986. Ce prix vise à faire reconnaître les membres qui se sont particulièrement distingués par leur apport au sein des industries des mines, de la métallurgie et du pétrole. Contrairement aux autres prix de l'ICM, plusieurs candidats peuvent être choisis - jusqu'à 10% des membres peuvent devenir confrères de l'ICM - et cette reconnaissance se poursuit après pendant le reste de leur vie. Un confrère peut porter le titre FICM après son nom, s'il le désir. Les membres de la Confrérie de l'ICM sont choisis par un comité parrainé par le Président élu et la sélection se fait selon processus en trois étapes afin d'assurer l'uniformité et l'équité pour tous. Un certificat encadré est remis aux confères lors de de la soirée de la remise des prix d'excellence ou d'une réunion d'une société, division, district ou section. Les noms des nouveaux membres de la Confrérie sont publiés dans le CIM Magazine. En accordant le titre de confrère, l'ICM reconnaît les réalisations et les contributions de ses membres. Le succès de ce prix demande la collaboration de tous les membres de l'Institut dans toutes les disciplines et régions du Canada.
  1. Les candidats doivent être membres de l'Institut depuis dix années de façon ininterrompue. La sélection des membres admissibles à être nommé Compagnons de l'ICM se fait en fonction des critères suivants :

    (a) contributions à l'ICM;
    (b) contributions à l'industrie des mines, de la métallurgie et du pétrole;
    (c) contributions à la société et au genre humain;
    (d) contributions à l'éducation;
    (e) distinctions spéciales (prix ou honneurs reçus antérieurement);
    (f) toute autre contribution particulière.

  2. Ce prix est remis annuellement et il peut-être remis à plusieurs lauréats.

  3. Chaque candidature doit-être appuyé par 10 membres nationaux. Les candidatures doivent parvenir au bureau national avant le 1er décembre de l'année précédant celle de la présentation du prix.

  4. Une mention élogieuse d'un maximum de 30 mots doit figurer sur le formulaire de mise en candidature.

  5. Les mises en candidature doivent être expédiées aux Sociétés techniques ou Divisions pertinentes où un Comité pour les Compagnons (constitué d'un minimum de cinq (5) personnes) sera institué pour étudier les candidatures et faire ses recommandations au Comité des prix des Compagnons de l'ICM.

  6. Le Comité des prix des Compagnons de l'ICM sera présidé par le Président élu et comprendra les présidents de chaque Division et Société de l'ICM; ce Comité passera en revue toutes les candidatures soumises sur le formulaire officiel. Le choix des candidats sera soumis au conseil de l'ICM pour approbation, lors d'une réunion régulière.

  7. Aucun membre du Comité des prix des Compagnons de l'ICM ne peut être signataire d'une candidature.

  8. Il est souhaitable que le gagnant reçoive son prix en personne à l'occasion de la réunion générale annuelle de l'Institut suivant l'annonce des récipiendaires des Prix d'Excellence ou à lors d'un autre événement approprié de la Société, Division, Section ou District auquel appartient le membre.

  9. Toutes les mises en candidature acceptées seront retenues pour une période de 3 ans à moins d'être retirées officiellement par une majorité des signataires ayant présenté la candidature.

  10. Les candidats doivent être des membres nationaux de l'ICM.

  11. Aucune mise en candidature posthume n'est acceptée.

  12. Pour garder son titre de Compagnon de l'ICM, il faut que le récipiendaire demeure un membre en règle de l'ICM.

Gagnants

2020

Dave Mackintosh

Dave Mackintosh vient tout juste de célébrer son 50ième anniversaire dans le secteur de l’extraction de potasse, où il a fait ses débuts en tant que technicien en mécanique des roches en 1969 pour Cominco (Agrium, aujourd’hui Nutrien). À l’époque, son superviseur était Jim Popowich, ancien président de l’ICM. Dave est demeuré technicien pendant de nombreuses années, ce qui lui a valu le titre d’autorité locale. Il a complété son parcours en géologie à l’Université de la Saskatchewan en 1985 et, après 26 ans avec Cominco, il a finalement créé ADM Consulting Limited en 1996. Depuis, il a eu la chance de travailler sur divers projets en Thaïlande, en Europe, en Grande-Bretagne et dans l’ensemble de l’Amérique du Nord et du Sud.

2020

Ebe Scherkus

Ebe Scherkus est le génie à l’origine de la transformation des mines Agnico Eagle (AEM) en un producteur d’or de classe mondiale. En combinant habilement son entregent, son travail acharné et sa persévérance, il a réussi à étendre la portée des activités de l’entreprise du Québec au Nunavut, puis jusqu’à la Finlande et au Mexique.

Né en Allemagne, M. Scherkus a immigré au Canada dès son plus jeune âge. Ayant grandi à Val-d’Or, il a obtenu un baccalauréat ès sciences en géologie à l’Université McGill en 1975. M. Scherkus a d’abord travaillé dans des camps situés au nord-ouest du Québec et à Red Lake en Ontario avant d’être engagé par Don LaRonde (AEM) en 1985 afin d’évaluer un projet aurifère en difficulté, lequel a plus tard été nommé en l’honneur de M. LaRonde. Les opérations de forage qui se sont ensuivies ont mené à une importante découverte ainsi qu’à une décision de mise en production en 1987. Vers la fin de l’année 2018, la mine LaRonde avait déjà produit près de six millions d’onces. M. Scherkus a plus tard développé les mines Goldex et Lapa situées à proximité. En tant que président de l’entreprise de 2005 à 2012, il a mené l’expansion d’AEM en Finlande, au Nunavut et au Mexique.

Éminent Conférencier 2020-21

Résumé de la conférence

X

L’acceptabilité sociale dans un monde virtuel

La découverte d’un gisement économique ne mènera pas nécessairement à son développement. L’exploration et le développement minier sont, par leur nature même, des activités à haut risque. Entre autres, les sites sont souvent en régions éloignées, avec un contexte politique parfois difficile, sans compter l’activisme des actionnaires, les contraintes réglementaires qui ne vont qu’en augmentant, le dédoublement de juridiction des agences réglementaires, le choc des cultures, l’activisme anti-mine et contre les changements climatiques, les défis techniques, la disponibilité d’une main d’oeuvre qualifiée et expérimentée et un calendrier de développement plein d’incertitudes. Par conséquent, l’acceptabilité sociale est devenue un élément critique du succès de tout développement minier. Afin d’y parvenir, les compagnies d’exploration et de développement minier ont de plus en plus recours à des firmes de relations publiques et doivent compter sur un solide département de communication et utiliser les réseaux sociaux pour communiquer avec leurs employés, les communautés, les parties prenantes de tout horizon, les médias, les gouvernements et les agences réglementaires. Avec la récente pandémie à la COVID-19, l’utilisation de la vidéo-conférence et de conférences virtuelles popularisées par une application comme Zoom ont permis au télé-travail et à la communication de connaître une croissance exponentielle. Pas un jour ne se passe sans qu’on nous vante les avantages (surtout financiers) de cette ‘nouvelle normale’. La taille des bureaux s’en verra réduite, tout comme le temps de déplacement et la flexibilité des horaires de travail sera, quant à elle, augmentée. Cette tendance s’était déjà manifestée avant la pandémie. Selon l’auteur, la COVID-19 n’a fait qu’accélérer le processus. Dans ce monde de plus en plus virtuel, où l’intelligence artificielle prend le dessus sur le contact humain, y-a-til encore une place pour une approche pratico-pratique et en personne pour obtenir l’acceptabilité sociale? Est-il possible de gagner la confiance, de faire preuve de transparence, de compréhension et de respect, tous requis pour obtenir cette acceptabilité sociale, en passant par une tablette électronique ou un ordinateur?

Réservez ce conférencier