Lac Cinquante Uranium Deposit, Western Churchill Province, Nunavut, Canada

Exploration & Mining Geology, Vol. 21, No. 1, 2013
Cette publication n'est pas offerte dans votre langue; certains de ses renseignements ont été préremplis pour la version française.
Résumé Le dépôt du Lac Cinquante est un gîte filonien d’uranium minéralogiquement simple, encaissé dans des roches du socle archéen (ceinture de roches vertes d’Angikuni) qui ont initialement été recouvertes en discordance par des roches volcaniques et sédimentaires d’âge Protérozoïque du Groupe de Baker Lake (GBL). Les roches du socle sont principalement des laves tholéiitiques (N-MORB) massives et coussinées avec des interlits de tuf; les roches sédimentaires sus-jacentes comprennent une brèche de talus ou de faille qui fait verticalement transition avec des roches sédimentaires fluviatiles et des roches volcaniques subaériennes trachytiques; les roches du socle sont recoupées par des dykes de granite et de porphyre (granitoïdes de Hudson et / ou de Nueltin). Une section typique à travers la zone principale comprend: 1) un ‘tuf’ laminaire, 2) un ‘tuf’ schisteux altéré (carbonate-chlorite-hématite), 3) un filon bréchique de pechblende, 4) un ‘tuf’ altéré, et 5 ) un ‘tuf’ laminaire. La veine consiste en chlorite bréchique, en hématite et en pechblende avec une brèche à ciment de carbonate. Un « tuf » graphiteux avec des veinules de sulfures est localement noté au dessus ou au dessous de la veine. La pechblende est également présente dans les roches altérées et dans les veines de tension qui recoupent les roches du socle. Les âges U-Pb retournés par la pechblende se répartissent en deux groupes: le premier à 1828 ± 29 Ma reflète la mise en place de la minéralisation d'uranium primaire, et le second à 1437 ± 31 Ma correspond une remise à zéro. Les âges Pb-Pb chimiques révèlent d'autres événements de remise à zéro à 1260–1321 Ma, 895 Ma, 741– 813 Ma et 660–706 Ma. Un modèle génétique possible pour le gîte du Lac Cinquante serait que la lixiviation de l'uranium contenu dans les granites et le GBL par des saumures bassinales qui auraient par la suite migré vers des sites favorables au dépôt de la minéralisation et où les roches graphitiques auraient fourni un environnement réducteur. Un deuxième modèle possible serait que l'uranium ait été exclusivement fourni par le GBL et que les roches granitiques aient fourni la chaleur requise au fonctionnement du système hydrothermal, lequel aurait contrôlé le lessivage et la précipitation de l’uranium. Les caractéristiques de ce gîte sont similaires à celles des gisements d'uranium filoniens du district de Beaverlodge en Saskatchewan.
Résumé Le dépôt du Lac Cinquante est un gîte filonien d’uranium minéralogiquement simple, encaissé dans des roches du socle archéen (ceinture de roches vertes d’Angikuni) qui ont initialement été recouvertes en discordance par des roches volcaniques et sédimentaires d’âge Protérozoïque du Groupe de Baker Lake (GBL). Les roches du socle sont principalement des laves tholéiitiques (N-MORB) massives et coussinées avec des interlits de tuf; les roches sédimentaires sus-jacentes comprennent une brèche de talus ou de faille qui fait verticalement transition avec des roches sédimentaires fluviatiles et des roches volcaniques subaériennes trachytiques; les roches du socle sont recoupées par des dykes de granite et de porphyre (granitoïdes de Hudson et / ou de Nueltin). Une section typique à travers la zone principale comprend: 1) un ‘tuf’ laminaire, 2) un ‘tuf’ schisteux altéré (carbonate-chlorite-hématite), 3) un filon bréchique de pechblende, 4) un ‘tuf’ altéré, et 5 ) un ‘tuf’ laminaire. La veine consiste en chlorite bréchique, en hématite et en pechblende avec une brèche à ciment de carbonate. Un « tuf » graphiteux avec des veinules de sulfures est localement noté au dessus ou au dessous de la veine. La pechblende est également présente dans les roches altérées et dans les veines de tension qui recoupent les roches du socle. Les âges U-Pb retournés par la pechblende se répartissent en deux groupes: le premier à 1828 ± 29 Ma reflète la mise en place de la minéralisation d'uranium primaire, et le second à 1437 ± 31 Ma correspond une remise à zéro. Les âges Pb-Pb chimiques révèlent d'autres événements de remise à zéro à 1260–1321 Ma, 895 Ma, 741– 813 Ma et 660–706 Ma. Un modèle génétique possible pour le gîte du Lac Cinquante serait que la lixiviation de l'uranium contenu dans les granites et le GBL par des saumures bassinales qui auraient par la suite migré vers des sites favorables au dépôt de la minéralisation et où les roches graphitiques auraient fourni un environnement réducteur. Un deuxième modèle possible serait que l'uranium ait été exclusivement fourni par le GBL et que les roches granitiques aient fourni la chaleur requise au fonctionnement du système hydrothermal, lequel aurait contrôlé le lessivage et la précipitation de l’uranium. Les caractéristiques de ce gîte sont similaires à celles des gisements d'uranium filoniens du district de Beaverlodge en Saskatchewan.
Accés complet à Document technique
Version PDF pour 20,00 $
Autres documents dans Exploration & Mining Geology, Vol. 21, No. 1, 2013