Geological Setting, Petrology, and Geochemistry of Granitic Pegmatites and Leucogranites Hosting U-Th-REE Mineralization at Fraser Lakes Zone B, Wollaston Domain, Northern Saskatchewan, Canada

Exploration & Mining Geology, Vol. 21, No. 1, 2013
Cette publication n'est pas offerte dans votre langue; certains de ses renseignements ont été préremplis pour la version française.
Résumé La minéralisation en U-Th-ÉTR de la Zone B de Fraser Lake est contenue dans des pegmatites granitiques et des leucogranites localisés le long du contact déformé entre des gneiss métasédimentaires d’âge paléoprotérozoïque du Groupe de Wollaston et des orthogneiss d’âge archéen, à environ 25 km de l’extrémité sud-est du bassin d’Athabasca. Les pegmatites / leucogranites sont subcordants à concordants avec la foliation régionale et se concentrent dans la charnière d’un antiforme plongeant vers le nord-est dans la zone d’étude, laquelle est située à l’ouest de Fraser Lake. Les pegmatites minéralisées / leucogranites de la partie ouest de la zone d’étude (Groupe A) sont généralement enrichis en U (Th ±), présentent un rapport Th / U ~ 1, et contiennent de l’uraninite, de la thorite, du zircon et de l’allanite. Celles faisant intrusion dans la partie centrale de la zone d’étude (groupe B) sont généralement enrichies en Th et en terres rares légères, avec un rapport Th / U > 2, et contiennent de la monazite, de la thorite (communément enrichie en U), et du zircon. Les pegmatites et les leucogranites du groupe A tendent à être légèrement enrichis en SiO2 et appauvris en TiO2 par rapport à ceux du groupe B et proviendraient de liquides plus évolués d’origine crustale. Les deux groupes sont hyperalumineux et présentent des compositions chimiques variées. La fusion partielle (à ~ 850 ° C et à 9 kbar) d’une source dominée par des roches métasédimentaires s’est combinée à l’entraînement de minéraux accessoires en tant que xénocristaux, ainsi qu’aux processus d’assimilation et de cristallisation fractionnée expliquerait l’enrichissement des pegmatites granitiques / leucogranites en U, Th, et en éléments des terres rares. La déformation à l’intérieur et en périphérie de zones structurales majeures, tel la discordance plissée entre l’Archéen et le Paléoprotérozoique, a contribué à la migration des liquides de fusion partielle de la région source aux sites de cristallisation. La nature de la minéralisation et le contrôle structural dans la zone d’étude rappellent les gîtes contenus dans des alaskites à Rössing, en Namibie.
Résumé La minéralisation en U-Th-ÉTR de la Zone B de Fraser Lake est contenue dans des pegmatites granitiques et des leucogranites localisés le long du contact déformé entre des gneiss métasédimentaires d’âge paléoprotérozoïque du Groupe de Wollaston et des orthogneiss d’âge archéen, à environ 25 km de l’extrémité sud-est du bassin d’Athabasca. Les pegmatites / leucogranites sont subcordants à concordants avec la foliation régionale et se concentrent dans la charnière d’un antiforme plongeant vers le nord-est dans la zone d’étude, laquelle est située à l’ouest de Fraser Lake. Les pegmatites minéralisées / leucogranites de la partie ouest de la zone d’étude (Groupe A) sont généralement enrichis en U (Th ±), présentent un rapport Th / U ~ 1, et contiennent de l’uraninite, de la thorite, du zircon et de l’allanite. Celles faisant intrusion dans la partie centrale de la zone d’étude (groupe B) sont généralement enrichies en Th et en terres rares légères, avec un rapport Th / U > 2, et contiennent de la monazite, de la thorite (communément enrichie en U), et du zircon. Les pegmatites et les leucogranites du groupe A tendent à être légèrement enrichis en SiO2 et appauvris en TiO2 par rapport à ceux du groupe B et proviendraient de liquides plus évolués d’origine crustale. Les deux groupes sont hyperalumineux et présentent des compositions chimiques variées. La fusion partielle (à ~ 850 ° C et à 9 kbar) d’une source dominée par des roches métasédimentaires s’est combinée à l’entraînement de minéraux accessoires en tant que xénocristaux, ainsi qu’aux processus d’assimilation et de cristallisation fractionnée expliquerait l’enrichissement des pegmatites granitiques / leucogranites en U, Th, et en éléments des terres rares. La déformation à l’intérieur et en périphérie de zones structurales majeures, tel la discordance plissée entre l’Archéen et le Paléoprotérozoique, a contribué à la migration des liquides de fusion partielle de la région source aux sites de cristallisation. La nature de la minéralisation et le contrôle structural dans la zone d’étude rappellent les gîtes contenus dans des alaskites à Rössing, en Namibie.
Accés complet à Document technique
Version PDF pour 20,00 $
Autres documents dans Exploration & Mining Geology, Vol. 21, No. 1, 2013