Assessing the Returns to Copper Exploration, 1989–2008

Exploration and Mining Geology, Vol. 19, 2010
J.F. Davies and R.E. Whitehead
Cette publication n'est pas offerte dans votre langue; certains de ses renseignements ont été préremplis pour la version française.
Mots clés : Copper exploration, Mine development, Returns to development, Returns to exploration, Exploration expenditures, Geographic analysis, Deposit type analysis
Résumé Le diagramme des rapports molaires alkali/alumine et MgO/alumine illustre clairement les changements chimiques et minéralogiques qui accompagnent les altérations potassique, phyllique, argillique, chloritique, and alunitique des monzonites à quartz et des granodiorites encaissant les gîtes de type porphyrique, ainsi que des veines et des greisens qui leur sont associés. Les diagrammes de rapports molaires peuvent être utilisés pour identifier divers types d’altération. Dans la plupart des cas, l’identification basée sur les rapports molaires est en accord avec celle basée sur les données pétrographiques. Là ou il y a désaccord entre les rapports molaires et les données pétrographiques, il peut être nécessaire de réexaminer la minéralogie. Les études de l’altération hydrothermale accompagnées d’une étude des éléments traces auraient avantage à utiliser un diagramme des rapports molaires alkali/alumine. L’intégration de nos résultats avec ceux en provenance de sections géologiques et radiométriques bien connues fait ressortir quatres zones radioactives anomales: Froqlos nord, Kherbet, Hannora, les flancs nord-ouest du Jabal Abou Rabah (Kherbet Al-Hajar), et la bordure nord-ouest de la dépression de Ghuntor. Les fortes concentrations en uranium à Froqlos nord résultent de sa présence initiale dans les horizons phosphatés, et de la fracturation considérable qui permet à la pénétration des eaux souterraines de remobiliser l’uranium. Les fortes concentrations en uranium des trois autres localités résultent de la présence d’évaporites et à l’action capillaire, qui permet le mouvement des solutions vers la surface et cause leur re-déposition sous forme de croûtes superficielles (gypcrete).