Quality Control of Assay Data: A Review of Procedures for Measuring and Monitoring Precision and Accuracy

Exploration and Mining Geology, Vol. 17, No. 3-4, 2008
M. Abzalov




Cette publication n'est pas offerte dans votre langue; certains de ses renseignements ont été préremplis pour la version française.
Mots clés : Mining geology, QAQC, duplicates, standards
Résumé Le contrôle de la qualité des données analytiques est habituellement désigné sous l’appellation d’Assurance et Contrôle de la Qualité (ACQ), elle implique le suivi de la qualité des échantillons et la quantification de la reproductibilité et la précision analytiques. Les procédures des programmes d’ACQ impliquent habituellement l’usage de duplicata et de standards analytiques dont la teneur est connue. Plusieurs études de cas indiquent qu’une bonne fiabilité du contrôle de la précision des échantillons est atteinte par l’usage de 5% à 10% de doublons sur le terrain et de 3% à 5% de doublons de pulpe. Ces duplicata devraient être préparés et analysés au laboratoire principal.

Les données de géochimie indiquent que l’altération associée à la minéralisation est caractérisée par un enrichissement en K, Rb, Cs, Ca, Sr, Ba, As, Sb, W, C, et S. Les inclusions fluides indiquent que les fluides minéralisants, étaient composés de H2O, de sels, et de CO2 accompagnés de quantités variables de N2 et de CH4; les valeurs de salinité varient entre 2.3 et 10.6 équivalent poids % NaCl, mais se situent principalement entre 2.3 à 5.6 équivalent poids % NaCl, et les températures d’homogénéisation sont comprises entre 220° et 270° C. La pression des fluides au site de mise en place de la minéralisation est estimée entre 770 et 1200 bars, ce qui correspond à une profondeur comprise entre 2.9 et 4.6 km dans un contexte de pression lithostatique. Les valeurs de δ18OSMOW et de δ13CPDB de l’ankérite associées à la minéralisation sont respectivement comprises entre +14.5 ‰ et +16.5‰ et entre –6.8‰ et –8.3‰. La valeur du δ18O du fluide minéralisant est estimée entre 6.4 ‰ et 8.3‰ à une température de 250°C.

Étant donné le contexte géologique de la région, l’abondance des intrusions granitiques, la similitude entre l’âge de la minéralisation (411 ±3.7 Ma) et celui du batholite avoisinant de Pokiok (402–415 Ma), et l’enrichissement en éléments granophiles notées dans l’altération associée à la minéralisation, les fluides minéralisants sont probablement dérivés d’une intrusion granitique sous le CVPM. Ces fluides ont été concentrés le long des structures associées à la faille Woodstock. Les données géochimiques présentées ici permettent d’établir une comparaison entre l’indice aurifère de Poplar Mountain et certains systèmes aurifères associés aux intrusions granitiques.