Production Trends and Economic Characteristics of Canadian Gold Mines

Exploration and Mining Geology, Vol. 16, No. 1-2, 2007
M. Doggett and J. Zhang
Cette publication n'est pas offerte dans votre langue; certains de ses renseignements ont été préremplis pour la version française.
Mots clés : Gold production, Canada, net present value, size classification, trend analysis
Résumé La production et les caractéristiques économiques de la totalité des 231 mines d’or primaires canadiennes en activité de 1946 à 2004 ont été analysées. L’analyse de tendance montre que la capacité moyenne annuelle des mines d’or canadiennes a augmenté en fonction du temps, aussi bien en fonction de la quantité de minerai traité que de l’or produit. Cette tendance s’accompagne d’une décroissance de la teneur moyenne des mines d’or dans le temps. La distribution de la production aurifère est très inégale: à titre d’exemple, les 22 mines géantes dont la production excède 100 t (tonnes métriques) d’or, rendent compte de 62% de la production totale. Les petites mines produisant moins de 10 t Au représentent 54% du nombre total des mines mais représentent moins de 4% de la production d’or totale. Chaque mine historique dans la banque de données a été évaluée en fonction d’un ensemble de critères économiques et techniques afin de déterminer si elles pourraient être développées d’une manière économiquement rentable aujourd’hui. En se basant sur la valeur présente nette et un taux d’escompte de 8%, seulement 103 des 231 mines peuvent être considérées rentables. Environ 80% des mines subéconomiques contenaient moins de 10 t d’or, et 63% d’entre elles en contenaient moins de 5 t. Il apparaît que ces petites mines ne pourraient pas être viables aujourd’hui à cause d’une augmentation du coût du capital physique combinée à des normes environnementales et d’émission de permis plus strictes. Par conséquent, l’approvisionnement en or au Canada dépendra à l’avenir de la découverte et du développement d’une nouvelle génération de mines de plus grande taille. Étant donné qu’une seule mine géante a été découverte dans les dernières 20 années, il apparaît probable que la production aurifère future est appelée à décroître.La production et les caractéristiques économiques de la totalité des 231 mines d’or primaires canadiennes en activité de 1946 à 2004 ont été analysées. L’analyse de tendance montre que la capacité moyenne annuelle des mines d’or canadiennes a augmenté en fonction du temps, aussi bien en fonction de la quantité de minerai traité que de l’or produit. Cette tendance s’accompagne d’une décroissance de la teneur moyenne des mines d’or dans le temps. La distribution de la production aurifère est très inégale: à titre d’exemple, les 22 mines géantes dont la production excède 100 t (tonnes métriques) d’or, rendent compte de 62% de la production totale. Les petites mines produisant moins de 10 t Au représentent 54% du nombre total des mines mais représentent moins de 4% de la production d’or totale. Chaque mine historique dans la banque de données a été évaluée en fonction d’un ensemble de critères économiques et techniques afin de déterminer si elles pourraient être développées d’une manière économiquement rentable aujourd’hui. En se basant sur la valeur présente nette et un taux d’escompte de 8%, seulement 103 des 231 mines peuvent être considérées rentables. Environ 80% des mines subéconomiques contenaient moins de 10 t d’or, et 63% d’entre elles en contenaient moins de 5 t. Il apparaît que ces petites mines ne pourraient pas être viables aujourd’hui à cause d’une augmentation du coût du capital physique combinée à des normes environnementales et d’émission de permis plus strictes. Par conséquent, l’approvisionnement en or au Canada dépendra à l’avenir de la découverte et du développement d’une nouvelle génération de mines de plus grande taille. Étant donné qu’une seule mine géante a été découverte dans les dernières 20 années, il apparaît probable que la production aurifère future est appelée à décroître.