Geophysical Case Study of the Iso and New Insco Deposits, Québec, Canada, Part II: Modeling and Interpretation

Exploration and Mining Geology, Vol. 15, No. 1-2, 2006
L.Z. CHENG, R.S. SMITH, M. ALLARD, P. KEATING, M. CHOUTEAU, J. LEMIEUX, M.A. VALLÉE, D. BOIS, and D.K. FOUNTAIN

Cette publication n'est pas offerte dans votre langue; certains de ses renseignements ont été préremplis pour la version française.
Mots clés : Geophysics, Airborne Electromagnetic survey, Iso, New Insco, Volcanogenic massive sulfide deposit, Rouyn-Noranda mining camp, Modeling
Résumé Les données MEGATEMII recueillies au-dessus des dépôts d’Iso et de New Insco ont été interprétées en utilisant trois outils de modélisation différents. L’outil EMQ a été utilisé comme un outil d’inversion rapide suggérant que le dépôt Iso peut être considéré comme une plaque inclinée, et que le dépôt de New Insco se situe quelque part entre une plaque et une sphère. L’outil Maxwell a été utilisé pour raffiner les propriétés du dépôt Iso. L’outil EMIGMA nous a permis d’identifier les différences de conductivité à l’intérieur du dépôt Iso. Il a été observé que la partie la plus conductrice correspond à la zone riche en cuivre, suivie par la zone riche en pyrite. L’outil EMIGMA a aussi permis de montrer qu’un modèle de prisme épais pourrait être plus approprié pour décrire le dépôt New Insco.

La modélisation des données gravimétriques, contrainte par la géologie connue, définit bien la zone de sulfures massifs. La zone de pyrite semble être la plus dense. La modélisation des données magnétiques identifie bien les dykes de diabase. Au-dessus du dépôt New Insco, on observe une faible anomalie magnétique correspondant aux sulfures non magnétiques observés dans les carottes de forages à cet endroit.