février

Mot du président

N’oubliez pas de rembourser

Par Michael Winship

Michael WinshipAu cours de l’hiver 1980, je suis arrivé à la Mine Sullivan pour commencer mon stage d’ingénieur pour Cominco. J’étais un jeune insolent aux cheveux longs, et ce qui m’intéressait le plus, c’était ce que la station de ski de Kimberley avait à offrir. Chulwoo Shin, l’ingénieur qui était chargé de me superviser, est allé bien au-delà de ses responsabilités pour me servir de mentor tout le temps que j’ai passé à la mine. Il m’a enseigné d’innombrables leçons sur la vie minière, qui allaient me servir le reste de ma carrière. De nombreux chefs de file de l’industrie ont eu la chance de travailler à la Mine Sullivan et de pouvoir profiter de l’appui de Chul.

Plus tard au cours de ma carrière, j’ai pu bénéficier du soutien et des conseils d’un certain nombre de mentors, comme John Willson à Cominco et ensuite à Placer Dome, ou Sandy Laird également à Placer Dome. Le fait de bénéficier de conseils qui me donnaient une vue d’ensemble sur la manière de mener ma carrière dans certaines grandes entreprises s’est avéré très utile. Quand je me demandais si je devais faire un MBA, je me souviens m’être fait dire qu’aucun autre apprentissage ou expérience ne vaudrait jamais ce que je faisais au sein de Placer Dome en travaillant sur l’exploitation minière et sur des évaluations dans le cadre de fusions et acquisitions.

Au fil des années, j’ai essayé de « rembourser cette dette ». J’ai servi de mentor à pas mal de gens, souvent à titre officieux, mais également dans le cadre d’un programme officiel à Inco. Auprès des jeunes professionnels de l’industrie, les séances de mentorat devant une bière et une pizza se sont avérées un des procédés qui fonctionnait le mieux, et qui, de plus, n’était jamais à sens unique. J’ai récemment compris que mon point faible en matière de mentorat est que j’ai tendance à vouloir conseiller seulement des collègues masculins. Souvent, ces gars avaient le même parcours que moi. Parfois, nous partagions un certain intérêt pour le sport, de sorte que nos discussions se faisaient une raquette de squash à la main ou sur un terrain de golf. Les idées et les discussions auxquelles j’ai pris part au cours de la dernière année m’ont incité à changer et à aller davantage vers les femmes et les minorités visibles pour participer comme je peux à rendre notre industrie plus inclusive.

Je vous demande à tous, chers confrères membres de l’ICM, de saisir des occasions de mentorat en 2017 et au-delà, si vous n’êtes pas déjà en train d’aider de jeunes professionnels de l’industrie minière. Vous trouverez cela particulièrement gratifiant, et cela renforcera vos activités. Essayez de devenir le mentor de quelqu’un qui ne vous ressemble pas; c’est là que vous pourriez aider et apprendre le plus!


Michael Winship
Président de l’ICM
@CIMPrez

Traduit par CNW


Retour à la table des matières | La construction modulaire | Technologie

Publier un commentaire

Commentaires

Version PDF