février

Rapport sur le déversement à Gold King : l'équivalent de quatre à sept jours de drainage minier acide

Par Kelsey Rolfe

Les employés d'une société sous-traitante de l'Environmental Protection Agency (EPA, l'agence de protection de l'environnement) ont accidentellement provoqué un déversement à la mine abandonnée Gold King. D'après un rapport publié par l'agence au début du mois de janvier, la quantité de métaux trouvés dans les eaux d'exhaure qui se sont déversées dans la rivière Animas représentent l'équivalent de quatre à sept jours d'un drainage acide à la mine.

Cette fuite, qui s'est produite au mois d'août 2015 lorsqu'un opérateur a accidentellement détruit un amoncellement de débris avec un tractopelle, a entraîné le déversement de plus de 13 millions de litres d'« eaux acides polluées par les activités minières » dans la rivière Animas , laquelle a pris une couleur moutarde vive à mesure que le fer et l'aluminium présents dans le déversement réagissaient avec l'eau. Neuf jours durant, les résidus miniers ont traversé trois États et trois terres tribales, et ont relancé le débat quant au problème des mines abandonnées.

Le rapport final de l'EPA sur ce déversement examinait les conditions de l'eau de la rivière avant l'accident, le déplacement des métaux et des eaux d'exhaure dans le système fluvial ainsi que les répercussions à long terme sur la rivière.

L'agence a constaté que la quantité totale de métaux qui se sont déversés dans la rivière (à savoir 490 000 kilogrammes de fer et d'aluminium principalement, ainsi que du manganèse, du plomb, du cuivre, de l'arsenic, du zinc, du cadmium et du mercure) pendant ces neuf heures était équivalente à la quantité de métaux transportés par la rivière lors d'un fort ruissellement de printemps en un ou deux jours. Les auteurs du rapport reconnaissaient cependant que les concentrations de certains des métaux dans ce panache étaient « plus élevées que tout autre drainage minier acide dans l'histoire ».

D'après le rapport, les résidus miniers s'empilaient devant la mine Gold King depuis de nombreuses années ; les déchets miniers acides se déposent généralement le long des rives et des lits sédimentaires du système fluvial, qui depuis toujours capte les écoulements des déchets miniers de « centaines de vieilles mines abandonnées » de la région.

Lorsque la structure de la mine s'est effondrée, la « charge initiale de métaux contenus dans le déversement de [Gold King] a considérablement augmenté à mesure que les eaux d'exhaure se déplaçaient le long des pentes et de Cement Creek, récupérant au passage d'autres métaux présents dans l'amoncellement de déchets et dans le lit de la rivière ».

L'agence déclarait qu'aucune espèce de poissons n'a été décimée dans les rivières touchées par le déversement, et des études publiées par plusieurs organisations ont confirmé que « le déversement du panache de la mine GKM ne semblait pas avoir eu d'impact nuisible sur le long terme sur les autres formes de vie aquatique ». Elle déclarait également que l'eau des rivières affectées avait retrouvé le niveau de qualité qu'elle présentait avant le déversement et ce, deux semaines après le passage du panache.

Au moins 73 poursuites ont été engagées contre l'EPA après le déversement par des habitants du Colorado et du Nouveau-Mexique, lesquels réclament 1,2 milliard $ en dommages et intérêts ; l'agence a cependant rejeté ces poursuites après qu'une analyse légale ait conclu qu'elle bénéficiait de « l'immunité souveraine », comme l'indiquait le quotidien Denver Post. La nation navajo réclamait 160 millions $. L'État du Nouveau-Mexique a engagé des poursuites contre l'EPA en mai 2016, et demandait le remboursement de l'assainissement nécessaire.

À ce jour, l'accident a coûté à l'agence plus de 29 millions $, dont plus de 1 million $ versés à la nation navajo et 1,75 million $ au Nouveau-Mexique. En septembre l'an dernier, l'EPA a nommé site Superfund le district minier Bonita Peak, situé dans le sud-ouest du Colorado, octroyant un financement fédéral à la mine Gold King et à 46 sites aux environs, dont des mines, des tunnels et des digues de retenue des déchets pour leur assainissement. Cette zone était exploitée depuis plus d'un siècle avant que la dernière mine ne ferme ses portes en 1991. 

Traduit par Karen Rolland


Retour à la table des matières | La construction modulaire | Technologie

Publier un commentaire

Commentaires

Version PDF