novembre

Lettre du rédacteur en chef

Dépêche du désert

Par Ryan Bergen

Ryan BergenAucun autre lieu sur Terre ne s’acharne plus à attirer l’attention du public que Las Vegas. Lumières, spectacles, copies en quasi-grandeur nature de monuments anciens et modernes ; alors qu’il nous arrêtait net en chemin les premières fois, le spectacle permanent de cette ville semble, à chaque visite, se fondre de plus en plus rapidement dans le décor qui nous entoure.

Je n’envie pas le personnel du service de commercialisation travaillant dans cet environnement ; attirer l’attention de son public cible au milieu des 44 000 personnes qui ont participé à la conférence MINExpo en septembre n’était certainement pas une mince affaire. Une autre réalité est venue corser cette tâche : les budgets accordés au marketing étaient plus serrés et le personnel plus restreint que lors de la dernière rencontre du secteur des services et des équipements miniers dans le Nevada en 2012. Si j’ai cru percevoir une certaine lassitude dans les yeux de certains directeurs commerciaux, le spectacle, qui comptait un mariage à bord d’un camion de transport, des coureurs automobiles et des conducteurs de camions monstres célèbres et, dans mon cas, un face-à-face avec une star de la téléréalité sur la qualité d’un lubrifiant, s’est révélé à la hauteur de l’événement.

Au travers des divers communiqués de presse et présentations de la conférence, c’est le thème du « numérique » qui s’est avéré être au coeur des préoccupations des équipementiers. Pris au sens large, ce terme invite à profiter des occasions qui se présentent pour améliorer la performance opérationnelle par le biais de l’analytique des données ainsi que des possibilités qu’offre l’automatisation de l’équipement et des procédés. S’il est bien pratique de regrouper ces intérêts, comme l’explique François Gariépy dans son article En route vers l’autonomie, la conclusion après une analyse approfondie pourrait bien être que les avantages de l’automatisation n’excèdent pas son coût.

M. Gariépy explique clairement le changement de perspective nécessaire que doivent adopter les exploitations minières avant d’être en mesure de déployer la plus utile des nouvelles technologies parmi la myriade qui s’offre à eux. Ce changement a commencé à prendre forme alors que les discussions à MINExpo abandonnaient peu à peu le langage utopique utilisé pour inciter à l’adoption des technologies afin de se concentrer sur les possibilités propres à chaque situation, les limites et les questions laissées sans réponses concernant ces technologies.

La conjoncture actuelle difficile a orienté les discussions sur la manière d’adopter des approches innovantes, et non plus la raison pour laquelle il convient de les adopter. Maintenant que les fournisseurs ont obtenu l’attention des sociétés minières, nous allons surveiller de près les idées qui laissent cette attention se perdre, et celles qui parviennent à la préserver.

Ryan Bergen
Rédacteur en chef
editor@cim.org
@Ryan_CIM_Mag

Traduit par Karen Rolland

Des talents diversifiés pour de meilleurs résultats

Retour à la table des matières | L’avenir de la flottation |  Hope Bay : Une mine d’espoir pour l’avenirLes actualités

Publier un commentaire

Commentaires

Version PDF