mai 2016

Maureen Jensen

Présidente et chef de la direction de la Commission des valeurs mobilières de l’Ontario

Par Correy Baldwin

Maureen Jensen
Avec l'aimable autorisation d'OSC

Mme Jensen a oeuvré toute sa vie dans un milieu dominé par les hommes, comme géologue, ancienne cadre dans le secteur minier et vétéran de la réglementation des marchés financiers. Depuis le 10 février, Mme Jensen est également la première femme à diriger l’organisme de réglementation des marchés financiers le plus important au pays. Elle présidera à une transformation historique de la Commission des valeurs mobilières de l’Ontario (CVMO), alors que l’Ontario, la Colombie-Britannique, la Saskatchewan, le Nouveau-Brunswick, l’Île-du-PrinceÉdouard, le Yukon et le gouvernement fédéral s’unissent pour créer un nouvel organisme de réglementation national appelé le Régime coopératif en matière de réglementation des marchés des capitaux (le « RCRMC ») qui sera opérationnel d’ici la fin de 2016.

« Vous n’aurez à remplir qu’un seul formulaire une seule fois et vous recevrez une réponse. Ce sera fantastique », a déclaré Mme Jensen, qui espère que d’autres juridictions au Canada se joindront au RCRMC. C’est une période enthousiasmante pour Mme Jensen, car la possibilité de jouer un rôle dans l’allégement du fardeau de la réglementation a été l’une des raisons principales pour lesquelles elle a accepté un poste à la Bourse de Toronto en 1998.

« Alors que j’étais chef de la direction de [Noble Peak Resources], j’ai consacré beaucoup de temps à remplir des formulaires, encore et encore. Les règles n’étaient pas très précises », a-t-elle expliqué. « Des organismes de réglementation dans une province me disaient de faire les choses d’une manière, tandis que ceux d’une autre province m’indiquaient une autre façon de faire. Je ne pouvais acquiescer à leur demande, car ils voulaient quelque chose qui allait à l’encontre des désirs de l’autre. »

Le RCRMC « continuera à s’efforcer d’améliorer les comportements par des activités de conformité plutôt que d’ajouter simplement des règlements », a poursuivi Mme Jensen. D’ailleurs, elle a été à la tête de l’initiative « se conformer ou s’expliquer » de la CVMO qui a donné lieu à une hausse de 15 % du nombre de femmes au sein des conseils d’administration et dans des postes de direction de sociétés ouvertes, et ce, dès sa première année d’existence. « Nous allons continuer à miser sur l’initiative « se conformer ou s’expliquer » en publiant chaque année les résultats et, à la fin de trois ans, nous déterminerons ce que nous devrons faire par la suite si les choses n’ont pas suffisamment changé », a affirmé Mme Jensen. « C’est important. »

Traduit par CNW

Suivant: Denise Johnson
Présidente du groupe Secteurs des ressources à Caterpillar

Retour à la table des matières | Section technologie | Profil de projet : Brucejack
Publier un commentaire

Commentaires

Version PDF