mars/avril 2016

À la recherche de la mine Lost Lemon

Par Katelyn Spidle

Crowsnest Pass
Alors qu'il devait mener un groupe de prospecteurs jusqu'à la mine Lost Lemon, l'un des rares hommes qui connaissaient son emplacement a péri d'une intoxication alcoolique la veille de sa rencontre supposée avec ces derniers au lac Crowsnest (en photo ci-dessus) | Avec l'aimable autorisation de Wikimedia Commons/Michael Rogers

À la fin de l'hiver 1870, un groupe de prospecteurs américains se dirige vers le nord-est des Tobacco Plains, dans le nord du Montana, à la recherche d'or le long de la rivière Saskatchewan Nord. Ne trouvant rien, deux hommes du groupe (Frank Lemon et son collègue explorateur surnommé Blackjack) décident de changer d'itinéraire pour tenter leur chance en terrain inconnu.

Ils partent en direction du sud et suivent un ancien parcours indien le long de la rivière Highwood, puis se dirigent vers les hauteurs. D'après ce que l'on raconte, quelque part près du col Crowsnest (aussi appelé col du Nid de Corbeau) dans le sud-ouest de l'Alberta, les deux hommes commencent à laver à la batée une rivière qui relie trois cours d'eau de montagne. Ils y trouvent des indices possibles et suivent alors le flot de l'un des cours d'eau qui s'écoule du cours supérieur de la rivière. Cette région se révèle être idéale pour l'exploitation aurifère.

Après avoir passé quelques temps à laver la rivière à la batée, les prospecteurs vont chercher leurs chevaux, attachés à proximité. Ils découvrent alors une saillie très imposante d'où se détachent des veines épaisses d'or solide. Au lieu de célébrer leur découverte, M. Lemon et Blackjack se lancent dans une dispute. Doivent-ils établir un camp et commencer l'extraction immédiatement, ou revenir plus tard avec plus de moyens lorsque le temps sera plus clément ?

Blackjack se retire pour la soirée, et M. Lemon laisse la rage l'emporter. Il sort de sa tente en rampant et fend le crâne de son partenaire à coups de hache.

M. Lemon commence à paniquer lorsqu'il réalise ce qu'il vient de faire. Il allume un grand feu, attrape son pistolet et fait les cent pas devant le corps sans vie de son collègue Blackjack jusqu'au petit matin.

Entre temps, un groupe de chasseurs indiens assiniboines avance vers le sud du chaînon Livingstone. On raconte que deux d'entre eux ont aperçu M. Lemon et Blackjack de loin avant que les prospecteurs ne trouvent la crête d'or, et ont décidé de les traquer. Après avoir assisté au meurtre de Blackjack par M. Lemon, les Indiens révèlent le meurtre à leur chef ainsi que la découverte du filon aurifère. Dès qu'il prend connaissance des richesses contenues dans la saillie, le chef oblige ses hommes à garder le secret.

Lorsque M. Lemon retourne dans le Montana, il rejette la responsabilité du meurtre de Blackjack sur les rebelles Pieds-Noirs, que l'on accuse à l'époque d'assassiner les prospecteurs. Cependant, alors qu'il va se confesser au prêtre de la région, M. Lemon avoue avoir assassiné son collègue Blackjack, et révèle l'emplacement approximatif de leur découverte si précieuse du filon aurifère. Le prêtre garde secrète la confession de M. Lemon et délègue rapidement un homme dénommé John McDougall sur le lieu du crime afin de procéder aux funérailles convenables de Blackjack.

On raconte que M. McDougall a trouvé la saillie, localisé le corps et l'a enseveli. À son retour, un riche prospecteur nommé Lafayette French (l'homme qui avait financé la première expédition ayant abouti à la découverte de M. Lemon et Blackjack) lui demande de mener un groupe de prospecteurs jusqu'à la saillie afin de l'exploiter. Malheureusement, M. McDougall décède d'une intoxication alcoolique la veille de sa rencontre avec le groupe de prospecteurs au lac Crowsnest, et emporte dans sa tombe le lieu secret de la mine.

Certaines versions de cette histoire prétendent que le chef des indiens assiniboines qui avaient fait garder le secret à ses hommes avait également jeté un sort sur le site pour s'assurer que personne ne le trouve jamais. Curieusement, quiconque s'aventure à dénicher le filon aurifère introuvable découvert par M. Lemon et Blackjack connaît une fin aussi sinistre que ce dernier.

Encouragé par le prêtre et des collègues prospecteurs qui entendent parler de cette découverte, M. Lemon tente de mener une série d'expéditions jusqu'au site. Malheureusement, sa santé mentale se dégrade après le meurtre et il ne retrouvera jamais le site. Pire encore, son traumatisme et son agressivité augmentent à mesure qu'il s'approche de la mine. C'est ainsi que la découverte du filon aurifère de M. Lemon sera surnommée la Lost Lemon Mine (en français, la mine perdue de M. Lemon).

Le prêtre, déterminé à faire cette mine sienne, organise une autre expédition plus d'une décennie plus tard, en 1883. Un feu de forêt affectant la région rend cependant la route impraticable.

Plus tard, M. French se joint à une expédition menée par une connaissance de M. Lemon, laquelle était restée vaine jusqu'à présent ; mais il tombe gravement malade peu de temps après, ce qui l'oblige à rentrer. Non découragé, il passera les 30 années suivantes de sa vie à la recherche de la mine.

Un ami de M. French reçoit une lettre de ce dernier des années plus tard lui annonçant qu'il a enfin trouvé le site. Peu de temps après avoir posté cette lettre cependant, M. French meurt mystérieusement dans un incendie qui détruit sa cabane.

Durant les 145 années depuis que cette légende a vu le jour, beaucoup d'histoires relatent les nombreuses vies perdues dans la quête de la mine Lost Lemon.

La légende a même inspiré de fausses ruées vers l'or en 1931 et en 1988, durant lesquelles les prospecteurs ont trouvé de l'or si peu concentré qu'il ne valait même pas la peine de l'extraire.

Certains racontent que la mine se trouve le long de la frontière entre la Saskatchewan et le Montana, d'autres qu'elle est cachée dans le chaînon Livingstone, ou encore qu'elle est enfouie dans les roches volcaniques de Crowsnest dans le sud-ouest de l'Alberta. Des géologues ont proposé des théories fondées sur des données scientifiques, des journalistes ont rédigé des articles dédiés à cette mine, des témoins ont dressé des cartes approximatives... Mais personne à ce jour n'a jamais retrouvé la mine Lost Lemon.

Traduit par Karen Rolland


Retour à la table des matières | Article de fond : Les carburants de l'avenir | Section technologie | Profil de projet : la mine El Limón-Guajes

Publier un commentaire

Commentaires

Version PDF