juin/juillet 2016

Envisager de nouvelles solutions

Les participants au congrès de l’ICM adoptent de nouvelles technologies et manières de penser pour surmonter les difficultés auxquelles est confrontée l’industrie.

Par l’équipe du CIM Magazine

Plenary
Voir notre galerie de photos | Photos Jon Benjamin 

L’année qui vient de s’écouler a été marquée par les prix extrêmement bas des substances utiles, des réductions budgétaires et des décisions difficiles à prendre ; et pourtant, au congrès de l’ICM qui s’est tenu cette année du 1er au 4 mai dernier au palais des congrès de Vancouver, les participants se sont tous montrés optimistes pour l’année à venir. Sur le thème L’excellence au premier plan, l’ICM a accueilli quelque 5 000 professionnels de l’industrie originaires de 45 pays afin qu’ils se familiarisent avec les pratiques exemplaires et les méthodes émergentes qui permettront de surmonter les problèmes que rencontrent les sociétés minières aux quatre coins du monde. Au programme bien rempli figuraient l’Expo (le salon commercial du congrès), des sessions techniques organisées en huit volets, un programme exhaustif d’activités sociales et une discussion en plénière à caractère prospectif.

L’avenir de l’exploitation minière

Malgré le grand ciel bleu en ce lundi matin, c’est le regard vif que les participants au congrès de l’ICM 2016 se sont rués vers la salle de bal C du palais des congrès de Vancouver pour assister à la séance plénière d’ouverture du lundi 2 mai présidée par quatre titans de l’industrie venus y exposer leurs points de vue sur la façon de faire face à la crise qui touche les matières premières et de préparer l’avenir de l’exploitation minière.

Le modérateur de la séance plénière Colin Joudrie, viceprésident à la prospection commerciale et directeur général du procédé CESL chez Teck Resources, a ouvert la séance en présentant les quatre conférenciers d’honneur, MM. Phillips S. Baker Jr, président et chef de la direction de Hecla Mining Company ; Randy Smallwood, président et chef de la direction de Silver Wheaton ; Don Lindsay, président et chef de la direction de Teck Resources ; et Jim Gowans, président et chef de la direction d’Arizona Mining. « Nous avons cette grande chance de pouvoir nous engager et nous projeter vers un avenir meilleur pour l’exploitation minière, et ces personnes sont là pour nous représenter », déclarait M. Joudrie.

Dans le respect du thème de la conférence et de la séance plénière, M. Joudrie a évoqué cinq qualités en matière de leadership que partagent tous les conférenciers de la plénière et qui ont contribué à leur réussite, à savoir leur capacité à diriger plusieurs équipes et organisations, une très grande expérience avec différentes sociétés qui produisent des matières premières variées, des compétences certaines pour lever des fonds et gérer des capitaux, leur disponibilité ainsi qu’un sentiment profond de générosité sur les plans personnel et professionnel. D’après M. Lindsay, les marchés commencent à remonter la pente et l’industrie retrouve peu à peu son optimisme. « Après une longue période d’offre excédentaire, les prix bas ont eu des répercussions importantes sur la production et poussent la plupart des marchés à retrouver un certain équilibre ou même à être déficitaire », indiquait-il. « Parallèlement, la demande reste régulière. » À l’avenir, avançait M. Lindsay, les trois facteurs qui définiront le succès des sociétés seront la discipline en matière de coûts, leur capacité à réduire leurs émissions de dioxyde de carbone (CO2) et une bonne gestion des relations avec les communautés.

En termes de financement de projet, M. Smallwood considère les accords d’écoulement comme essentiels aux biens capitaux des sociétés minières étant donné la flexibilité qu’ils leur offrent. « Selon moi, ce modèle de financement restera un moteur pour l’industrie minière pendant de nombreuses années à venir », déclarait-il.

Quant à M. Baker de Hecla, il déplorait la façon dont les sociétés spécialisées dans les métaux sont évaluées de nos jours, une approche qu’il qualifiait de totalement erronée. Plutôt que de se concentrer sur la valeur de l’actif net et l’analyse de la valeur actualisée des flux de trésorerie, « nous avons besoin de mines à longue durée de vie et peu onéreuses qui créent une réelle valeur ». En outre, M. Baker, dont le mandat de 16 ans en tant que président et chef de la direction de Hecla dépasse de loin la moyenne, rappelait qu’il est important de maintenir une certaine continuité au niveau de la direction tout en développant des stratégies à long terme.

Pour M. Gowans, l’innovation est synonyme de progrès dans l’industrie. Le secteur minier a certes adopté sa part de nouvelles technologies ces dernières années, mais M. Gowans s’inquiète cependant du manque de cohérence parmi les nombreux organismes orientés sur l’innovation au Canada, faisant remarquer que la province de l’Ontario à elle seule en compte déjà huit. « La question est de savoir si cela nous permet, en tant qu’industrie, […] de parvenir à une concentration des efforts », indiquait-il.

Vous trouverez la diffusion en direct de la séance plénière sur le site du congrès de l’ICM, convention.cim.org/fr-CA.

Côté technique

Les sessions techniques du congrès de l’ICM, auxquelles ont pris part près de 1 000 personnes, ont répondu aux questions les plus pressantes et complexes de l’industrie minière. Ces sessions, organisées en huit volets et abordant des sujets aussi variés que l’exploration, la géologie ou l’automatisation, portaient sur les thèmes suivants : l’excellence opérationnelle, les normes d’excellence, la mécanique des roches, la géologie et l’exploration, l’empreinte écologique de l’exploitation minière, les organisations durables, l’innovation et les nouvelles idées ainsi que la journée Gestion et finances.

Le dernier thème est l’un des plus populaires au congrès chaque année et a souvent lieu dans des salles sans places assises. Il présentait un intérêt tout particulier pour les participants au congrès souhaitant en savoir plus sur l’accès à court terme à des capitaux, les façons d’élaborer des études de faisabilité plus solides sur lesquelles les investisseurs peuvent compter et s’appuyer, et la façon dont les sociétés peuvent mettre en corrélation leurs travaux sur l’environnement, les aspects sociaux et la communauté ainsi que les études techniques.

Prévoyez dès maintenant votre visite au congrès de l’ICM l’année prochaine, du 30 avril au 3 mai 2017 à Montréal, afin de débattre du renouveau minier !


Retour à la table des matières | Article de  fond : les microbes au service de l’extraction minièreSection technologie | Profil de projet : la mine Renard

Publier un commentaire

Commentaires

Version PDF