novembre 2015

Accès fourni

Un nouveau portail de données ouvre la voie à l'exploration

Par Kate Sheridan

Rapport Spécial : Groenland

 

Le Greenland Mineral Resources Portal (le portail du Groenland dédié aux ressources minérales) est en ligne. La toute nouvelle version de cette base de données en ligne, qui a été lancée en avril, offre encore plus d'informations (pour la plupart totalement gratuites) au public.

La carte SIG (système d'information géographique) interactive pourrait bien être considérée comme le joyau de la couronne de ce portail. Les utilisateurs peuvent sélectionner et superposer des données de huit catégories relatives, entre autres, aux occurrences minérales, aux permis et au milieu géologique. Le site comprend également d'autres ressources utiles telles que de la documentation relative aux réglementations et permis pertinents, accessible à partir de la page d'accueil du portail aux côtés des bases de données dédiées aux documents et données techniques.

« Il est primordial que les sociétés aient facilement accès à des données géologiques de grande qualité », indiquait Mikael Pedersen, responsable de la section SIG du Geological Survey of Denmark and Greenland (GEUS, le service géologique du Danemark et du Groenland). 

« Il va de soi que les sociétés doivent pouvoir trouver les informations dont elles ont besoin sur Internet », poursuivait-il. « Nous sommes bien conscients de leurs besoins. »

Le GEUS et le ministère des ressources minérales du Groenland développent et financent le portail depuis le deuxième semestre 2011. Les versions précédentes du portail disposaient de moins de catégories de données et de moins d'informations mises à disposition gratuitement. 

« Les utilisateurs devaient auparavant payer pour la plupart des données », indiquait M. Pedersen. « À l'époque où l'on a lancé ce projet, on [avait mis en ligne] ce que l'on pouvait. On avait téléchargé une carte de manière à ce que [les utilisateurs/-trices] puissent explorer les données disponibles dans nos institutions, suite à quoi ils/elles obtenaient un numéro de téléphone qu'ils/elles pouvaient appeler pour obtenir les données. » Aujourd'hui, les personnes souhaitant acquérir des données peuvent payer en ligne avec leur cartes de crédit ou les télécharger directement à partir du site Internet.

M. Pedersen a présenté la toute dernière version du portail au congrès de la Prospectors and Developers Association of Canada (PDAC, l'association canadienne des prospecteurs et entrepreneurs), qui s'est tenu en mars dernier à Toronto, tout en précisant que de nombreux changements étaient prévus. « Nous ajoutons de plus en plus de données », indiquait-il. « Nous nous assurons également que les données du portail fassent l'objet d'un contrôle de la qualité. Si nous constatons quelque chose qui ne nous paraît pas à la hauteur, nous améliorons les données. C'est un processus de développement continu. »

Traduit par Karen Rolland

Suivant : Du nickel en concentré
Mark Fedikow nous parle de l'implantation croissante de North American Nickel sur le marché groenlandais

Retour à la table des matières | Article de fond : Eaux troubles | Le ressentiment envers l’uraniumQ&R avec Zeljka Pokrajcic

Publier un commentaire

Commentaires

Version PDF