juin/juillet 2015

Brad Gordon

Réparateur

Par Michael Yang | Traduit par CNW

Brad_Gordon
Avec l’aimable autorisation d’Acacia Mining

Depuis l’arrivée du chef de la direction Brad Gordon au sein d’Acacia Mining à la mi-2013, l’entreprise est passée de l’état d’enfant difficile de Barrick Gold à celui d’étalon or aux yeux de ses pairs de l’industrie des métaux précieux. Auparavant nommée African Barrick Gold, l’entreprise est la plus importante société minière de Tanzanie et, en 2014, elle a recommencé à générer des flux de trésorerie disponibles pour la première fois en trois ans.

En 2010, Barrick Gold a décidé de procéder à la cession-distribution de ses actifs tanzaniens alors qu’elle était aux prises avec une hausse des coûts décaissés, des besoins de trésorerie croissants et des troubles sociaux dans les régions où elle exerçait ses activités. De plus, les actions d’African Barrick Gold comptaient aussi parmi les titres à moyenne capitalisation les moins performants au Royaume-Uni en 2013. Cependant, rien de tout cela n’a découragé M. Gordon, qui considérait les mines de Bulyanhulu et North Mara comme deux des meilleurs actifs en Afrique.

« Quand vous jumelez d’excellents actifs et une excellente équipe, cela porte inévitablement des fruits », a affirmé M. Gordon, en minimisant l’incidence de la transformation complète que son équipe et lui ont déjà entreprise au sein d’Acacia pendant son court mandat comme chef de la direction. Fort d’une vaste expérience en génie minier qu’il a acquise en occupant des postes de cadre supérieur au sein d’Intrepid Mines, de DRDGold et de Placer Dome, il a immédiatement effectué un examen des opérations complet et a commencé à optimiser les trois principaux actifs de la société en abordant simultanément les problèmes relatifs à la production, aux coûts et aux enjeux sociaux.

Par exemple, à North Mara, la transition de la mine à ciel ouvert de Gokona à une exploitation souterraine devrait produire jusqu’à 450 000 onces d’or au cours des cinq prochaines années et diminuer les coûts de maintien tout compris de plus de 200 $ l’once – tout en réduisant la possibilité pour les mineurs illégaux de pénétrer sur les lieux et en occupant moins de terrain pour mettre les stériles au rebut. Des améliorations opérationnelles similaires ont aussi été effectuées à Bulyanhulu, où l’abattage par longs trous a remplacé le forage manuel conventionnel exigeant en main-d’oeuvre, de même qu’à Buzwagi, où la réduction de la durée de vie de la mine a fait en sorte que seuls les minerais rentables soient exploités.

Bien que les résultats soient concrets – Acacia a enregistré un bénéfice net de 90 millions de dollars américains, les coûts de maintien tout compris ont été 18 % moins élevés que l’année précédente et la production d’or a augmenté de 13 % en 2014 – ils ne reflètent pas la réelle portée des changements effectués, a souligné M. Gordon. « Les changements apportés sont de nature permanente et leur efficacité commence tout juste à se manifester », a-t-il souligné, en précisant que Bulyanhulu devrait réduire ses coûts encore beaucoup plus cette année que ce qui a été accompli jusqu’à présent.

L’adoption de la nouvelle image de marque de la société sous le nom d’Acacia Mining en novembre dernier a marqué le début d’une ère nouvelle. « Nous voulions gagner une certaine crédibilité, acquérir une réputation pour les résultats générés, avant de faire un tel changement symbolique », a déclaré M. Gordon. « C’est réellement le symbole d’un nouveau commencement. »

Une championne de longue date

Retour à la table des matières | Article de fond : Noms à connaître 2015 | Voyage : Afrique Du Sud | Technologie : La communication

Publier un commentaire

Commentaires

Version PDF