février 2015

Mot du président

Tout commence par l’exploration !

Par Sean Waller

Sean_WallerJ’ai commencé à travailler dans l’industrie des minéraux dans le cadre de stages d’été dans le secteur de l’exploration des zones de roches dures alors que je fréquentais l’Université de la Colombie- Britannique pour préparer un diplôme en géologie. Lorsque j’ai obtenu mon diplôme en 1980, l’industrie pétrolière était en plein essor et, comme beaucoup d’autres géologues fraîchement diplômés, je suis parti à Calgary pour entamer une carrière dans l’exploration pétrolière. Finalement, mon cheminement de carrière m’a amené vers la conception et l’exploitation de projets miniers. Aujourd’hui, je travaille avec une petite société minière et je participe de nouveau à des activités d’exploration minérale. Ayant connu tous les aspects de l’industrie minière, à mon avis, l’exploration en est le plus passionnant – la découverte d’un nouvel affleurement minéralisé, le forage d’une intersection bien minéralisée, ou la découverte de pétrole! Les sociétés d’exploration et les géologues du Canada travaillent aux quatre coins du globe à la recherche de gisements de minerai et de pétrole, motivés au moins en partie par cet enthousiasme.

On a dit à plusieurs reprises, mais il convient de le répéter, que l’exploration est l’avenir de notre industrie. Pourtant, le grand public sous-estime souvent l’importance de découvrir de futures sources d’approvisionnement en mineraux pour répondre à la demande. Pour compliquer les choses, depuis un an ou deux, les sources conventionnelles de financement des projets d’exploration et de mise en valeur se sont pratiquement taries, et ceux qui détiennent des capitaux les déploient avec parcimonie, poussant quantité de sociétés d’exploration à réduire, ou même à cesser complètement, leurs activités.

Ces ralentissements ne sont pas nouveaux, mais ils sont préjudiciables, car la découverte de minéraux, si critique pour les approvisionnements futurs, est retardée. En outre, pendant ces ralentissements, la recherche universitaire et technologique ralentit aussi, les jeunes ne sont pas encouragés à intégrer l’industrie et certains anciens la quittent pour ne plus revenir.

Il n’existe pas de solutions faciles ; nous devons attendre que les mécanismes de l’offre et de la demande agissent. Comme nous l’avons constaté auparavant, ils feront grimper le prix des minéraux, peut-être fortement, et l’exploration deviendra une fois encore un secteur majeur. En gardant cela à l’esprit, il est intéressant d’envisager une participation à deux importants événements – le Congrès de l’Association canadienne des prospecteurs et entrepreneurs (ACPE) à Toronto, en mars, puis en mai, le Congrès annuel de l’ICM à Montréal. Le programme préliminaire de ce dernier se trouve dans ce numéro et comme vous pourrez le voir, les meilleurs de notre industrie y seront représentés – venez y assister!

Sean Waller
Président de l’ICM

Traduit par CNW


Retour à la table des matières | Article de fond : Génération en danger | Voyage : Valledupar, Colombie | Section technologie | Profil de projet : Mary River

Publier un commentaire

Commentaires

Version PDF