octobre 2014

Mot du président

Un partenariat en devenir

Par Sean Waller

Sean_WallerDans les cercles miniers, la mention d’organisations non gouvernementales (ONG) a de tout temps suscité des commentaires réprobateurs. Ces fortes réactions de la part de l’industrie minière résultent de la longue tradition d’opposition des ONG aux opérations minières et à la mise en valeur de mines. Cette situation, conjuguée à des cas recensés de rapports inexacts, de représentation trompeuse et de déresponsabilisation et à l’objectif général consistant à contrecarrer ou à interrompre les activités d’exploitation minière, explique les piètres relations existant entre le secteur minier et les ONG.

Le monde évolue, cependant, tout comme le rapport d’opposition de longue date. Les sociétés minières, en particulier dans les zones éloignées et sous-développées, assument la responsabilité d’un éventail étendu de besoins communautaires et sociaux locaux, et certaines conséquences sociales doivent être gérées, mais ces défis sont complexes.

Il existe un grand nombre d’ONG dont la mission consiste à améliorer la vie et les perspectives de personnes habitant dans des collectivités sous-développées. Prenant conscience que les mines sont souvent situées dans ces zones cibles et qu’elles partagent ces mêmes objectifs, plusieurs ONG internationales très respectées ont fait équipe avec des minières afin de les concrétiser. Le fait est que dans de nombreux cas, les sociétés minières et les ONG peuvent accomplir beaucoup plus en collaborant ensemble.

Les avantages sont multiples. Les ONG peuvent être utiles durant la phase de mise en valeur et contribuer du financement permettant à davantage de programmes d’être mis en oeuvre. Comme certaines sociétés minières sont déjà établies dans un grand nombre des régions où les ONG souhaitent oeuvrer, elles sont bien placées pour présenter les ONG aux collectivités locales. Les ONG peuvent renforcer les programmes de mise en valeur et fournir des compétences dont ne disposent peut-être pas les sociétés minières. Qui plus est, les collectivités locales considèrent souvent les ONG comme des entités indépendantes des sociétés minières et, par conséquent, elles développent avec les ONG une relation plus axée sur la confiance et plus objective.

Les ONG et les sociétés minières se mettent à l’écoute les unes des autres, et cela donne de bons résultats. Comme c’est souvent le cas, la collaboration – plutôt que l’opposition – est beaucoup plus productive. Au final, ceux qui en profitent le plus sont les gens qui habitent dans les collectivités où nous exerçons nos activités!

Alors, la prochaine fois que vous croiserez une personne qui travaille pour une ONG, échangez avec elle, vous pourriez être surpris.

Sean Waller
Président de l’ICM

Traduit par CNW


Retour à la table des matières | Éditorial : Les programmes de géométallurgie | Rapport spécial : la Chine | Voyage : LincangSection technologie : contrôle de l'équipement  | Section Communauté : Les actualités de l'ICM du Canada et d'ailleurs

Publier un commentaire

Commentaires

Version PDF