mai 2014

Relations communautaires

L'acquisition au niveau local en favorisant la part locale aide à gérer les risques

Par Monica Ospina

Certains des risques les plus graves et difficiles à mesurer auxquels sont confrontées les sociétés minières, particulièrement dans le monde en développement, n'ont rien à voir avec la géologie ou le prix des marchandises. Ils concernent plutôt leur permis social d'exploitation. Lorsqu'un projet suscite l'opposition au niveau local, notamment des barrages routiers et des protestations, les nouvelles peuvent aller très vite et se répandre à l'échelle mondiale. Des blogueurs influents ou des célébrités critiquant sur leur compte Twitter une situation ont le pouvoir de monter instantanément l'opinion publique et les sources de financement contre un projet.

De nombreuses sociétés minières négligent deux des manières les plus efficaces, rentables et durables d'obtenir le soutien des communautés : l'acquisition au niveau local et la part locale, qui consistent à acheter des biens et services sur la base de l'origine des produits physiques et de là où a été ajoutée la valeur. Ceci peut impliquer d'acheter des produits aux agriculteurs locaux, de faire appel à des traiteurs locaux pour la restauration du personnel des mines et de passer des contrats avec des entreprises locales pour les travaux de construction ou l'entretien des routes.

Il faut bien distinguer les acquisitions et la part locales de l'approvisionnement et l'achat locaux, lesquels impliquent de s'approvisionner auprès de fournisseurs locaux sans se soucier du lieu d'origine du produit. La direction d'une mine peut se faire une loi d'acheter ses produits auprès de fournisseurs locaux, mais ces derniers pourraient bien avoir été importés de lieux distants, ce qui, au final, profite peu à l'économie locale. Dans de tels cas, les bénéficiaires se cantonnent à quelques personnes au sein de la communauté qui ont accès aux capitaux et crédits nécessaires pour s'installer. Ces situations peuvent même aboutir à des conflits sociaux car la mine entretient seulement des relations avec un petit groupe de la communauté, creusant ainsi davantage l'écart entre les riches et les pauvres, particulièrement si la hausse soudaine de la demande de marchandises vendues sur le marché local fait monter les prix.

L'acquisition par le biais de la part locale crée de la valeur pour les résidents de la collectivité, engage et nourrit la collaboration entre les entreprises locales tout en aidant la société à obtenir son permis social d'exploitation. Cette approche a l'avantage de promouvoir l'incubation des entreprises par rapport à de nombreuses initiatives se focalisant sur les entreprises locales qui n'ont pas abouti en raison de leur approche philanthropique au développement économique.

Notre Local Community Procurement Program (LCPP, le programme d'acquisition auprès de la communauté locale) nous a permis de constater qu'une stratégie bien établie de part locale commence toujours par un processus d'engagement professionnel et stratégique. Ceci implique de chercher les opportunités en fonction des conditions socio-économiques des communautés vivant autour de l'exploitation minière, ainsi que des conditions techniques et opérationnelles du projet. Ce programme envisage également d'élargir les services aux entreprises locales à des marchés externes au secteur minier. C'est là la véritable force de l'approche sur la part locale : lorsque les fournisseurs des mines peuvent conserver les compétences techniques et de gestion qu'ils ont développées avec la mine en tant que client, améliorer la productivité de l'exploitation et l'étendre à d'autres marchés. La création d'emplois, l'innovation et l'inclusion sociale en émanant peuvent mener à de nouvelles opportunités commerciales et à un mode de vie durable pour les communautés, même après la fermeture de la mine.

Kinross Gold en Équateur a adopté ce modèle, lequel a généré des résultats positifs pour la société ainsi que pour les communautés locales. Les conditions socio-économiques dans les communautés isolées, lesquelles connaissent des taux élevés d'analphabétisme, ont déterminé quel genre de fournisseurs étaient susceptibles de réussir dans de telles circonstances. Pour Kinross, les demandes locales du projet étaient minimes en raison de la complexité des technologies nécessaires et de la main-d'œuvre peu qualifiée de la région. Le programme de Kinross a été adapté aux besoins de la communauté et de la société, et des unités dédiées aux fournisseurs de denrées alimentaires et à l'entretien des routes ont ainsi été créées pour la mine. Bien que Kinross n'opère plus en Équateur, ces unités de production fonctionnent encore de nos jours et proposent leurs services au gouvernement, aux écoles et aux hôpitaux locaux. Les avantages prolongés de la part locale se sont avérés être une opportunité pour la communauté et le plus bel héritage qu'aurait pu laisser Kinross aux résidants de Los Encuentros, lesquels ont ouvertement exprimé leur gratitude envers le programme.

Les stratégies s'appuyant sur la part locale exigent une collaboration et un engagement de la part de la mine tout autant que de la communauté, car il faut du temps pour les mettre en œuvre. Cependant, les bénéfices en termes de relations avec la communauté sont immédiats, étant donné que les habitants de la région ont la possibilité de prendre des mesures concrètes qui, comme ils le peuvent le voir, mèneront à des opportunités durables. Ce sont les petites sociétés minières travaillant sur les premières étapes de l'exploration minérale qui auront les possibilités les plus importantes d'ajouter de la valeur à leur entreprise en développant un réseau de fournisseurs locaux. Si elle est vendue à une société à capitalisation moyenne ou à un acteur important, les relations non conflictuelles entretenues avec la communauté constituent un atout important pour l'acheteur, car il bénéficiera d'un réseau de partenaires commerciaux locaux disposant de la formation nécessaire pour travailler avec la mine. Les avantages pour les exploitations commencent par la personnalisation, le suivi de la qualité des biens et services, la livraison ponctuelle, le contrôle de l'expédition des commandes et la réponse immédiate.

Dans beaucoup d'endroits, des entreprises privées telles que les sociétés minières peuvent atteindre les communautés locales oubliées par leur propre gouvernement, offrir des possibilités de développement durable et en parallèle, garantir un permis social d'exploitation plus durable.


Monica_OspinaMonica Ospina, fondatrice et directrice de la société de conseils en développement économique et social O Trade (otrade.ca), a une maîtrise ès arts en études diplomatiques de l'université de Westminster et a étudié à la London School of Economics ainsi qu'à l'université Harvard. Le Local Community Procurement Program (LCPP, le programme d'acquisition auprès de la communauté locale) a été reconnu par la Banque mondiale comme faisant partie des 15 innovations les plus importantes de son programme Procurement Innovation Challenge 2012.


 Traduit par Karen Rolland


Accueil | Suivant

Publier un commentaire

Commentaires

Version PDF