juin/juillet 2014

Les actualités de l'ICM du Canada et d'ailleurs

Le congrès 2014 de l’ICM prouve que l’exploitation minière est pour tous

Par le personnel du CIM Magazine

Les organisateurs et les bénévoles du congrès 2014 de l’ICM n’auraient pas pu demander mieux comme semaine : le soleil brillait, la fréquentation a atteint un niveau record et, grâce à la diversité des présentations et des délégués de 49 pays, l’événement a vraiment montré que l’exploitation minière est pour tout le monde.

Patty Moore, présidente générale du congrès, s’est dite vraiment satisfaite des premiers chiffres. « Nous sommes plus de 7 000 [participants] et nous avons accueilli 1 268 délégués, ce qui établit un record, je crois », a-t-elle dit sur place. Cette affirmation a été confirmée après la clôture de l’événement, qui s’est tenu du 11 au 14 mai.

Une leçon

Panning for gold at M4S with Yukon Dan
Yukon Dan, spécialiste en lavage d’or à la batée
Jon Benjamin Photography

Au moment où les délégués et participants de l’extérieur arrivaient à Vancouver à l’occasion de l’événement-phare annuel de l’ICM, le Vancouver Convention Centre fourmillait déjà d’activité. La populaire exposition éducative M4S (Mining for Society) de l’ICM a ouvert ses portes au public le dimanche; les participants se sont intéressés à des activités interactives expliquant en détail le cycle minier. Quelque 70 expositions réparties dans sept pavillons ont mis l’accent sur les pratiques exemplaires dans l’industrie minière, plus particulièrement sur l’application de cette dernière au quotidien.

L’événement interactif, qui a attiré plus de 2 900 participants, était aussi accessible aux écoles locales. Des élèves de 8 à 18 ans ont pris part au plaisir et à l’expérience d’apprentissage. Natalie Roberts avait amené sa classe de septième année de l’école intermédiaire HD Stafford de Langley, en Colombie-Britannique. Il s’agissait de la première visite de M4S qu’elle organisait, et ses élèves ont adoré les activités interactives. « C’est une excellente occasion d’apprentissage pratique », a résumé Mme Roberts.

« C’est vraiment intéressant! », s’est exclamée Lauryn, une des élèves de Mme Roberts, pour qui le clou de la sortie a été le simulateur de système de communication par fibre optique au kiosque de Penguin ASI.

Pendant que les jeunes apprenaient les tenants et les aboutissants de l’industrie, les professionnels du secteur ont pu approfondir un vaste éventail de sujets au cours de neuf ateliers tenus le dimanche. Les sujets allaient des nouvelles règles en vertu de l’instrument NI 43- 101 au contrôle des poussières, en passant par des techniques de communication destinées à obtenir et à conserver l’aval des collectivités locales; et ont permis aux participants d’améliorer leurs connaissances dans ces domaines et d’apprendre d’experts techniques.

Planifier l’avenir

Pendant ce temps, l’état-major de l’ICM s’affairait à étoffer son initiative d’intervention stratégique à son premier congrès des dirigeants. Cet événement a rassemblé la direction de l’organisation et le personnel national ainsi que les dirigeants des sections et des sociétés. Au programme : que réserve l’avenir aux activités de l’ICM et comment l’Institut peut-il répondre aux besoins de ses membres.

Les quelque 50 participants au congrès ont parlé des six objectifs dégagés des sondages auprès des membres et lors des tables rondes avec les districts et les sociétés au cours de la dernière année. Les dirigeants de l’ICM ont discuté les priorités de l’Institut et le type d’activités que l’organisation devrait envisager pour atteindre ses objectifs. Le président sortant, Bob Schafer, a dit espérer que le nouveau plan stratégique serait adopté à la prochaine assemblée du conseil d’administration de l’ICM, en août.

Mais la mise en oeuvre de ce plan reviendra au nouveau président de l’ICM et président de Candente Copper Corp., Sean Waller, qui a été intronisé lors de l’assemblée générale annuelle.

Les états financiers de l’ICM ont également été présentés à la réunion, où l’affable directeur des finances sortant, Michael Cinnamond, a tracé un portrait de la santé de la bourse de l’ICM. Il a indiqué que, malgré une perte projetée de 200 000 $ en 2013, l’ICM a en fait réalisé un surplus de 47 000 $.

Ouverture

 Expo participants

Les plus de 500 fournisseurs, sociétés et consultants de l’industrie minière

représent ont présenté leurs produits sur le salon commercial de l’EXPO!

Jon Benjamin Photography

Sur cette bonne nouvelle, les délégués sont allés prendre un verre et revoir de vieux amis, ou s’en faire de nouveaux, à la réception organisée conjointement par les sociétés d’exploitation minière souterraine et à ciel ouvert. L’attention s’est ensuite portée sur la réception d’ouverture de SMS Equipment et Komatsu, qui a inauguré le congrès avec grand éclat. Littéralement. Après que le président et chef de la direction de SMS Equipment, Bruce Knight, et d’autres dignitaires de l’ICM eurent souhaité la bienvenue aux invités, M. Schafer a été appelé à monter sur le podium. S’inspirant de Wile E. Coyote, il a appuyé sur un détonateur qui a déclenché un spectacle pyrotechnique impressionnant sur l’air de « We Will Rock You », de Queen, qui s’est conclu par un énorme boum qu’on a pu entendre dans tout le palais des congrès.

C’est sur cette poussée d’adrénaline que le salon Expo! a ouvert ses portes. Plus de 500 fabricants d’équipement, fournisseurs de technologies et de services et consultants ont mis leurs produits en montre. Patricia Ceron, directrice du marketing de Dassault Systèmes Geovia, a dit être très occupée à l’exposition : « Généralement, nous parlons à des ingénieurs principaux, à des gestionnaires et à des directeurs financiers. Tout s’est très bien passé. »

Mines pour tous : l’assemblée plénière

Le lundi matin, plus de 600 professionnels du secteur minier ont assisté à l’assemblée plénière « Mining 4 Everyone », sur le thème de l’exploitation minière pour tous, où le modérateur, le journaliste de la CBC Mark Kelley, s’est adressé franchement aux participants sur les points de la diversité de l’industrie minière et de sa réputation en général : « Je dirais en toute humilité que vous avez un problème d’image. »

BMais, comme les panélistes l’ont illustré, cette réputation est en partie le fait d’une communication fragmentaire et non coordonnée avec le public. En tant que vice-présidente régionale de Rio Tinto Canada et future présidente de l’ICM, Virginia Flood a fait cette remarque : « Nous projetons cette image où l’industrie minière se limite à l’extraction et au génie. Bon nombre ne voient pas le lien entre l’amélioration du niveau de vie et l’exploitation minière. »

Les mines sont le plus grand employeur d’autochtones au Canada et génèrent des occasions d’affaires pour les habitants des régions éloignées, où les emplois sont souvent rares. Au dire d’Oumar Toyugeni, vice-président régional d’Iamgold pour l’Afrique de l’Ouest, sa compagnie tente d’engager localement le plus possible, ce qui réduit le recours aux employés expatriés et, du même coup, la perception qu’un projet donné ne profite qu’à des étrangers.

Cameco adopte cette pratique à ses mines d’uranium de l’Australie et du nord de la Saskatchewan; c’est le plus grand employeur d’autochtones du secteur privé au pays. Mais Alice Wong, cadre principale de Cameco, affirme qu’il y a encore du pain sur la planche : « Nous devons leur faire occuper des postes techniques et de direction. »

Ted Thomas, conseiller spécial de Devonshire Initiative, a expliqué comment de petits malentendus entre les sociétés et les collectivités au début du processus peuvent vite prendre des proportions conflictuelles, voire contentieuses. Il a fait référence à un article d’Harvard qui évaluait le coût quotidien des retards causés par un litige à 10 000 $ pour un projet d’exploration lucratif et à 3 millions de dollars pour une moyenne entreprise.

Kaminak Gold l’a compris et considère que l’implication des collectivités à l’aube d’un projet va de soi. Avec le projet Coffee Gold au Yukon, Eira Thomas, chef de la direction et présidente, dit que son entreprise a signé avec la Première Nation des Tr’ondëk Hwëch’in une entente de coopération à l’exploration qui inclut la promesse de communiquer les retombées potentielles du projet; d’étudier les occasions d’affaires locales à l’étape de l’exploration; et de permettre aux membres de la communauté d’avoir leur mot à dire dans la conception des études environnementales préliminaires.

Dans ses propos d’introduction, Dirk Claessens, vice-président de la croissance du secteur industriel d’IBM, a donné aux participants des outils concrets pour évaluer l’opinion publique et faire la promotion de l’industrie. « La technologie nous permet non seulement de lire l’information qui nous entoure, mais aussi de comprendre ce que [les habitants] disent, de façon à pouvoir utiliser cette information », dit-il.

Renommée internationale

 West Africa delegation group photo
La délégation d'Afrique de l'ouest comptait environ 75 représentants
Jon Benjamin Photography

Pour la deuxième année, l’assemblée plénière était diffusée en ligne en direct, et une centaine de personnes ont pu assister à l’événement en transit. Les délégués au congrès étaient venus de partout dans le monde. Environ 75 représentants présents à l’événement, principalement des gens d’affaires de la Guinée, du Burkina Faso, du Sénégal et de la Côte d’Ivoire, cherchaient des fournisseurs canadiens à intégrer à leur chaîne d’approvisionnement. Des délégations de l’Amérique latine et de la Mongolie étaient aussi de la partie. Rafiou Oyeossi, directeur général de Sparex, un service d’approvisionnement centralisé pour l’industrie des matériaux de la Côte d’Ivoire, est venu au congrès avec l’espoir de trouver des fournisseurs d’équipement pour ses clients d’Afrique de l’Ouest. « Je pense que nous trouverons ici la solution à nos besoins d’approvisionnement », a-t-il dit.

Sur le plan technique

Technical program participants 
Une session du programme technique
Jon Benjamin Photography

On a aussi pu trouver réponse à de nombreuses questions opérationnelles et philosophiques uniques à l’une des plus de 40 séances techniques offertes. Cette année, le programme était divisé en six volets : les dimensions mondiales de l’exploitation minière; l’innovation; l’exploitation de notre monde diversifié; le processus de la construction à la production; la gestion de l’exploitation de la mine au broyeur; et la mécanique des roches.

Le programme technique comprenait également un symposium sur l’éthique dans l’exploitation minière. Candace Ramcharan, de Rio Tinto Fer et Titane, était au nombre de plusieurs conférenciers qui se sont attardés sur le sujet des partenariats équitables avec les collectivités. Les relations individuelles définissent souvent les partenariats entre les sociétés minières et les collectivités locales, et la rotation inévitable du personnel des mines signifie que ces relations précieuses se défont facilement. Pour assurer la continuité, selon Mme Ramcharan, on doit mettre en place une bonne gouvernance afin de veiller à ce que ces liens ne soient pas coupés. Les entreprises doivent pouvoir compter sur des employés qui se feront les champions de ces partenariats; et, a-t-elle souligné, « ces champions doivent être fermement convaincus de la valeur des partenariats ».

Les femmes dans les mines

 Women in Mining speaker Christine Marks
Christine Marks, de Goldcorp, rononce son
pdiscours liminaire à la réception de Women in Mining
Jon Benjamin Photography

Le mardi, plus de 400 personnes étaient rassemblées à la réception de Women in Mining pour parler des obstacles qui freinent l’avancement des femmes dans l’industrie et des façons de les abattre.

Christine Marks, directrice des communications d’entreprise de Goldcorp, a parlé du programme « Creating Choices » dans son discours d’ouverture. Il y a quatre ans, Goldcorp a créé le programme afin de former, de perfectionner et de conseiller les femmes dans l’entreprise. Au cours des trois années qui ont suivi le lancement de Creating Choices, plus de 1 000 femmes ont complété le programme avec grand succès.

Le tour des étudiants

Le congrès a également aidé les étudiants à établir des liens avec des mentors potentiels et même à essayer de trouver un emploi, puisqu’une partie du programme à leur intention est une foire de l’emploi. Au dîner-causerie des étudiants et de l’industrie, les jeunes professionnels ont eu la chance de s’entretenir avec des professionnels de l’industrie minière et des recruteurs, tout en obtenant des conseils utiles pour se démarquer des autres candidats.

Questions d’argent

 
La journée Finance et gestion minière
Jon Benjamin Photography

Le programme technique du congrès s’est conclu le mercredi par la Journée gestion minière et finance, qui comprenait des discussions, des présentations et une table ronde sur des sujets tels que la diligence raisonnable adéquate, la gestion du risque, l’analyse du marché et des produits de base, et les tendances en matière d’investissements.

Gordon Bogden, chef de la direction d’Avanti Mining, a commencé sa présentation avec de mauvaises nouvelles sur les tendances en matière de financement minier et les problèmes d’accès au capital. « Dans le climat économique actuel, il est très difficile pour les sociétés minières d’obtenir des fonds, puisque les sources habituelles de financement par emprunt et par actions s’épuisent peu à peu », a-t-il dit, avant de rappeler avoir fait cette même déclaration au congrès de l’ACPE il y a 15 ans.

L’hybride, pas seulement pour les véhicules

Quand on lui a demandé ce que les participants de toutes les catégories pourraient retenir, Lise Bujold, directrice des congrès et des salons de l’ICM, a répondu ceci : « La technologie nous a permis d’enrichir l’expérience pour tout le monde, pour les participants sur place comme à distance. Pendant le congrès, la conversation sur les médias sociaux, le partage de photos, l’utilisation de l’application mobile par 1 500 personnes et la diffusion en direct des séances ont concouru à produire un événement hybride puissant avec une lunette vers l’extérieur et vers l’intérieur. Du coup, le besoin de papier et de documents imprimés s’en trouve réduit. »

Les mines, la fondation de la vie des Canadiens

Des représentants de l’industrie minière et d’industries connexes se sont rassemblés à l’occasion du dîner-causerie de clôture du congrès de l’ICM organisé avec le Vancouver Board of Trade. Karina Briño, présidente et chef de la direction de la Mining Association of British Columbia et conférencière de marque, a parlé de l’importance de l’exploitation minière dans la vie de tous les jours, de la technologie à l’infrastructure. En tant que représentante d’un employeur important de la province, elle a également abordé les avantages de l’industrie minière pour l’économie de la Colombie-Britannique. « Nous voulons transmettre un message ferme et positif », a dit Mme Briño. « Travaillons ensemble pour assurer la croissance de l’industrie minière. »

Du plaisir à la tonne

 Joy Global Gala
Les participants ont dansé
toute la nuit au Gala Joy Global.
Jon Benjamin Photography

Bien entendu, le congrès n’était pas qu’affaire de perfectionnement professionnel, de négociations et de transactions commerciales, et de réseautage. Les nombreux événements sociaux, cinq à sept et réceptions de la semaine ont permis aux grands travailleurs de s’amuser un peu. Le gala de remise des prix de l’ICM a donné à l’industrie la chance d’honorer certaines des réalisations exceptionnelles de ses nombreux ambassadeurs. Et, grâce à un divertissement spectaculaire, la foule est restée jusqu’à la toute fin.

Le soir suivant, les participants et les délégués ont sorti leurs chaussures de danse pour le gala Joy Global, qui a présenté un feu d’artifice impressionnant sur Coal Harbour.

« Dans l’ensemble, la réaction de tout le monde a été excellente », a dit Patty Moore, au dernier jour du congrès.

Et l’événement de l’an prochain s’annonce tout aussi réussi. Près de 90 % de l’espace du salon commercial est déjà vendu, et le thème, « Nouvelles dimensions », promet de donner lieu à des discussions animées. Le congrès 2015 de l’ICM aura lieu au Palais des congrès de Montréal, au Québec, du 9 au 13 mai.

Merci à nos commanditaires

Traduit par : SDL

Article de fond : captage du dioxyde de carbone | Section Voyage : Karratha, Australie  | Liste complète des vainqueurs des prix de l'ICM 2014

Retour à la table des matières

Publier un commentaire

Commentaires

Version PDF