septembre 2013

Polly le perroquet, le capitaine Alexander et la malédiction de la mine Engineer

Par Correy Baldwin

Lorsque Polly le perroquet est mort en 1972, il reçut les honneurs d’un cortège funéraire et une place de repos dans le cimetière Pioneer Carcross au côté de célèbres chercheurs d’or du Klondike comme Skookum Jim et Dawson Charlie.

Selon la rumeur, Polly avait plus de 100 ans au moment de son décès, ayant passé plus de 50 ans dans l’ Hôtel Caribou à Carcross au Yukon, où il a appris à proférer des jurons et à boire du whiskey comme les habitués de la place. Le perroquet est arrivé en 1918, lorsque le Capitaine James Alexander, propriétaire de la mine d’or Ingénieur, le confia aux propriétaires de l’hôtel. Une fois son perroquet en sécurité, il a entrepris un voyage vers Vancouver pour vendre sa mine. Mais Alexander n’est jamais revenu.

En 1899, Alexander est venu au Canada depuis l’Angleterre, en civil, pour chercher l’aventure dans les colonies. Il a passé une année à explorer les baies et les anses de la côte ouest du Canada et s’est intéressé à l’exploration minière. Avant de pouvoir faire un peu de prospection, il est retourné en Angleterre, pour répondre à l’appel de la deuxième guerre des Boers. Il a atteint le rang de capitaine en combattant avec un régiment de cavalerie.

La guerre terminée, Alexander est retourné en Colombie Britannique, pour retrouver ses intérêts frontaliers. Cette fois-ci, il voyage avec deux compagnons : son épouse et son perroquet de compagnie. Les trois se sont installés à Atlin, en Colombie-Britannique, où Alexander a travaillé avec une équipe d’arpenteurs. Plus tard, il s’est joint à un groupe d’investisseurs qui avait acquis la mine Ingénieur près du lac Tagish.

Le gisement a été découvert la première fois par un ingénieur ferroviaire, Charles Anderson, qui avait explorer les rives du lac Tagish par bateau en 1899, se basant sur des rapports au sujet de minerai d’or qui se trouvait dans des veines de quartz le long de la rive. Il l’a trouvé sous le Mont Ingénieur qui descendait directement au lac.

Les travaux ont débuté peu de temps après, mais les fonds ont rapidement manqué et les opérations ont cessé pendant deux saisons. En 1906, certaines concessions avaient expiré et ont été rachetées par Edwin Brown d’Atlin qui en retour les a revendu à Alexander et ses associés.

Peu de choses sont connues au sujet de cette vente, mais apparemment que Brown se serait senti lésé et aurait menacé Alexander et ses associés sous la forme d’une malédiction. Brown a proféré des menaces en souhaitant la mort et la catastrophe à quiconque participait à la mine Ingénieur.

Alexander n’a pas été impressionné et, en 1912, il détenait la totalité de la mine Ingénieur. La mine éprouvait toutefois des difficultés : Les veines d’or, quoique passablement riches, étaient petites et prenaient fin brusquement. Les travaux avaient ralenti, mais lorsqu’il a pris les commandes, Alexander a systématiquement exploré la propriété et a trouvé d’autres centres d’intérêts. Des investisseurs se sont montrés intéressés et ont financé une opération plus importante, incluant des aménagements souterrains majeurs.

La Première Guerre Mondiale a entraîné un ralentissement en privant la mine de travailleurs, c’est à ce moment qu’Alexander a décidé de vendre. En 1918, il a trouvé un acheteur qui lui offrait un million de dollars. En octobre de cette année-là, Alexander et son épouse ont pris le train jusqu’à Skagway pour s’embarquer sur le dernier navire à vapeur de la saison – le Princess Sophia – pour aller rencontrer les acheteurs potentiels à Vancouver. Avant de partir, Alexander a laissé Polly à l’hôtel Caribou.

On raconte que c’est à ce moment que Brown se vengea. Au moment où le navire se dirigeait vers le sud par le canal Lynn, une tempête de neige le frappa de plein fouet, le poussant sur un récif rocheux. Le navire resta bloqué un jour et demi. Des bateaux de sauvetage sont arrivés, mais la mer agitée rendait le sauvetage impossible. La marée basse avait laissé le navire au-dessus du niveau de l’eau, laissant les responsables du sauvetage perplexes quant aux mesures à prendre. La tempête fait toujours rage, faisant glisser le navire au large. Le Princess Sophia s’est rompu et a coulé, apportant dans la mort environ 350 personnes, dont Alexander et son épouse. La malédiction de Brown est passé dans les traditions locales : Au moins 17 personnes impliquées dans la mine, sont morts de façon inattendue.

Des querelles légales au niveau de la propriété de la mine Ingénieur ont interrompu les opérations durant près de cinq ans. Après la mort d’Alexander, plusieurs personnes ont revendiqué des intérêts dans la propriété, dont l’épouse légitime d’Alexander, qui, à l’insu de tous, vivait toujours en Angleterre avec leur fille âgée de 16 ans.

Personne n’a revendiqué la propriété de Polly, malgré qu’il leur a tous survécus.

Traduit par SDL

Publier un commentaire

Commentaires

Version PDF