novembre 2013

Lettre du rédacteur en chef

À la recherche de solutions élégantes

Par Ryan Bergen

Un homme s'étant rendu au salon commercial de la récente Maintenance Engineering/Mine Operators Conference (MEMO, le colloque sur l’ingénierie, la maintenance, la fiabilité et l’exploitation minière) qui s'est tenue à Kamloops, en Colombie‑Britannique, s'est arrêté à l'un des stands que je visitais également et a commencé à expliquer à l'exposant le problème de surveillance de l'aérage de la mine qu'il rencontrait sur le site de son exploitation. Il évoquait la solution longue et ad hoc que son équipe avait trouvée, et cherchait un dispositif pouvant résoudre le problème. « Pensez-vous pouvoir fabriquer ce genre d'appareil ? », a-t-il demandé.

Le programme technique de l'événement de cette année a apporté la preuve qu'il est assez courant que des solutions élégantes et innovantes voient le jour suite à ce genre d'échanges informels. Des enjeux techniques tels que celui-ci sont bien définis dans leurs proportions et l'industrie peut y répondre. On peut proposer une solution développée à partir de l'expérience et de l'expertise technique.

Par ailleurs, certaines questions concernent un cadre de référence encore en cours de développement, et l'on dispose de peu d'études de cas fructueuses sur lesquelles s'appuyer. Ce sont là les conditions d'une relation entre les sociétés minières et les travailleurs des mines artisanales ou de petite taille (ASM). Il s'agit d'un domaine que Correy Baldwin explore dans son article intitulé « L'union ne fait pas la force » (p. 44). Il y décrit par exemple la façon dont AngloGold Ashanti, dans le cadre de son projet de Gramalote, tente de trouver une solution réalisable avec les locaux qui exploitent depuis des générations les gisements de la région qui abrite le projet d'exploitation d'un site vierge, et où les deux parties doivent trouver un terrain d'entente là où leurs priorités et tolérance du risque diffèrent considérablement. Nous nous demandons comment les sociétés minières peuvent négocier au mieux leurs relations inévitables avec les ASM, et si elles peuvent mettre à profit une partie de leur expertise pour développer des meilleures pratiques dans ce secteur, qui représente la majeure partie de la main-d'œuvre du secteur minier au niveau mondial.

Il s'agit d'une question controversée et nous remercions les personnes de l'industrie qui partagent avec nous leurs points de vue. Même au sein du département de la rédaction, ce sujet a suscité la controverse alors que nous tentions de déterminer l'image à utiliser pour représenter au mieux cet article, et de décider si celle que nous avons finalement choisie était trop corrosive. Nous sommes finalement parvenus, à contrecœur, à un consensus, qui n'est certes pas idéal mais, comme nous le font comprendre les voix se prononçant dans cet article-couverture, l'industrie que nous représentons est loin d'être la plus qualifiée pour fournir des solutions élégantes.

Ryan Bergen
Éditeur en chef
editor@cim.org
@Ryan_CIM_Mag

Traduit par Karen Rolland

Publier un commentaire

Commentaires

Version PDF