mars/avril 2013

Le meilleur de la nouvelle technologie

Compilé par Herb Mathisen

◢ Eau calme sur routes cahoteuses


Philippi-Hagenbuch a déposé un brevet pour une technologie à volume variable utilisée sur les réservoirs d’eau HiVol. La technologie permet aux conducteurs de répartir la charge d’eau à l’intérieur des réservoirs montés sur leurs camions de transport en cloisonnant l’eau dans certaines zones, affirme Josh Swank, vice-président ventes et marketing. Cet équilibrage de charge est utile pour les camions circulant sur des routes qui présentent des pentes abruptes. Les réservoirs d’eau HiVol sont dotés de dessus plats et de coins carrés, contrairement aux réservoirs cylindriques classiques, et sont conçus pour réduire le brassage et pour éliminer les mouvements dangereux de l’eau d’un côté à l’autre. Les réservoirs sont également dotés de portes avant et arrière et, comme chaque déflecteur interne est muni d’une porte, les travailleurs peuvent facilement et efficacement accéder aux réservoirs pour en sortir les fines, par exemple. La fermeture des portes de déflecteur élimine également les mouvements d’eau de l’avant à l’arrière. Les réservoirs d’eau HiVol peuvent contenir jusqu’à 220 000 litres d’eau et sont principalement utilisés pour éliminer la poussière sur les sites miniers. M. Swank souligne qu’il est également possible d’utiliser les réservoirs à des fins de lutte contre les incendies, puisqu’ils sont dotés de canons à eau. L’entreprise a un stock de réservoirs pour les camions de transport Caterpillar 789, mais offre également des réservoirs adaptés au parc de véhicules d’une entreprise. « Toutes les options offertes sur nos réservoirs d’eau sont entièrement adaptées aux besoins du client, jusqu’au système de vidange », précise M. Swank.

Éclairage à faible entretien


Dialight a amélioré l’efficacité énergétique de son projecteur SafeSite RTO à DEL de huit watt jusqu’à 100 lumens, ce qui procure un éclairage à faible entretien encore plus puissant pour les endroits dangereux. L’éclairage à semi-conducteur DEL a été conçu pour résister aux chocs dans les conditions particulièrement difficiles. Les projecteurs sont couverts par une garantie de cinq ans et les essais menés indiquent qu’ils maintiendront 70 pour cent de leur luminosité pendant 100 000 heures, ce qui se traduit par des économies de coût d’entretien et de remplacement par rapport aux lumières classiques. « Nous avons relevé de nombreuses applications pour ce dispositif d’éclairage monté sur les bandes transporteuses, les pelles à benne traînante et les grues ou tout autre matériel soumis à de nombreux chocs et vibrations, affirme T.J. Struhs, responsable du marketing stratégique. Si vous posez ces dispositifs d’éclairage, vous n’aurez plus à y penser. » Les lumières permettent également d’économiser de l’énergie; elles sont conçues pour remplacer les lampes incandescentes ou fluorescentes 75 watts. « Il s’agit d’une économie d’énergie de 89 pour cent », ajoute M. Struhs. Comme le dispositif d’éclairage fonctionne avec une alimentation c.c., il peut être utilisé pour les activités souterraines où on utilise une alimentation par batterie de secours. Il est également certifié pour les environnements où l’on retrouve à l’occasion des gaz, liquides ou vapeurs inflammables. D’autres modèles Dialight sont également certifiés pour fonctionner dans ces endroits de façon permanente.

Détection de métal, protection des machines

Eriez a lancé une nouvelle série de détecteurs de métal pour protéger le matériel essentiel et coûteux, comme les concasseurs et les broyeurs, contre les débris métalliques potentiellement destructifs. Posé en amont de ces machines essentielles, le détecteur de métal de modèle 1230 est fixé aux bandes transporteuses de charbon et d’autres minéraux pour les protéger des dommages causés par le métal indésirable comme les dents de godet. Le détecteur laisse passer le minerai magnétique et conducteur, comme la magnétite et la pyrite, tout en ignorant les épissures de métal utilisées pour réparer les bandes transporteuses. Adaptables aux bandes transporteuses de presque toutes les tailles, les plus grands détecteurs offerts conviennent aux bandes de 254 centimètres de large, dont l’ouverture peut atteindre jusqu’à 101,6 centimètres de haut. Eriez a également conçu le détecteur 1230 pour une utilisation extérieure. Lorsqu’une pièce de débris métallique est détectée, un système de repérage aide l’opérateur à la repérer sur la bande. « L’opérateur peut arrêter la bande, enlever le débris métallique, puis redémarrer la bande et ainsi réduire le nombre de déclenchement de détecteurs de métal », affirme John Klinge, directeur de produits, détection de métal.

Prudence avec les câbles


 Un câble novateur et intelligent présent sur le chargeur Scooptram EST1030 d’Atlas Copco pourrait avoir surmonté un des plus gros obstacles liés aux chargeurs souterrains électriques. Historiquement, les chargeurs électriques, qui offrent des économies d’énergie et d’entretien immédiates, n’ont pas réussi à s’imposer en raison de problèmes liés à la haute tension présente dans les câbles d’alimentation des machines, indique Erik Svedlund, directeur de produits, véhicules électriques. « On traîne le câble, il s’étire autour des coins et subit des dommages, explique-t-il. Cela est coûteux et entraîne du temps d’indisponibilité. » Atlas Copco a imaginé une solution qui imite les lignes à pêche : le dispositif maintient une faible tension constante sur le câble, tout en évitant qu’il soit trop lâche ou trop étiré. « Nous avons examiné le problème et conçu un tout nouveau système de commande de dévidoir de câble qui réagit à ce que la machine fait », affirme M. Svedlund. Cela réduit l’usure du câble ainsi que l’entretien. Comparées à leur équivalent diesel, les machines électriques peuvent aider les clients à réduire leurs coûts d’énergie de 40 pour cent. Les moteurs électriques réduisent également les besoins en entretien et les entreprises économisent en matière de ventilation souterraine lorsqu’elles utilisent des machines sans émissions. L’EST1030 a été lancé à l’échelle mondiale le 1er février.

◢ Une étonnante foreuse


Herrenknecht AG apporte ses 30 ans d’expérience en creusement de tunnels au secteur minier. L’entreprise allemande a utilisé les techniques de fonçage pour concevoir une foreuse de point de soutirage (Boxhole Boring Machine [BBM]) qui protège les travailleurs contre les risques de chute de roche. La foreuse transportable et polyvalente peut forer des lignes d’abattage verticales ou inclinées à 30  de 1,1 m, 1,5 m ou 1,8 m de diamètre et des puits jusqu’à 60 m de long. La machine est dotée de chenilles qui déplacent facilement la foreuse BBM jusqu’aux emplacements souterrains souhaités. Une fois mise en place, la tête de havage de la foreuse BBM est poussée vers le haut depuis le cadre de fonçage et, après chaque mètre de forage, un tuyau de fonçage est ajouté et fixé à l’intérieur du cadre pour poursuivre le forage du puits. La roche concassée descend dans les tuyaux de fonçage pendant que les travailleurs commandent la machine en toute sécurité au moyen de la télécommande. La foreuse BBM peut être utilisée pour l’exploitation par foudroyage et pour le forage de puits de ventilation. « Le plus grand avantage de la machine est que ses composants sont éprouvés, explique Silke Rockenstein, chef d’équipe aux communications de la société. La seule nouveauté est la machine elle-même, son application et, bien entendu, le marché minier. » La foreuse BBM s’est avérée capable de forer environ un mètre par heure, en considérant le temps d’installation et de démobilisation, ou deux mètre par heure en cas de forage exclusif, affirme Mme Rockenstein.

◢ La valeur des détails


Immersive Technologies a lancé un nouveau programme de simulation d’exploitation souterraine de charbon, une adaptation de la plateforme d’extraction de roche dure UG360 de l’entreprise. La plateforme CM360 propose cinq simulations distinctes de matériel d’extraction de charbon, y compris une formation sur les machines d’abattage continu, les chariots, les boulonneuses de plafond, les haveuses et les boulonneuses de machine d’abattage. La précision et le réalisme sont essentiels. Pendant la simulation, un opérateur de machine d’abattage continu peut, par exemple, signaler au conducteur de chariot avec une lampe de chapeau qu’il est sécuritaire de s’approcher. Immersive Technologies a également mis au point du charbon virtuel. « Nous pouvons simuler la différence entre le charbon et la roche », affirme Richard Beesley, un directeur de produits, en ajoutant qu’une machine d’abattage continu peut reproduire de façon réaliste les vibrations et les sons selon le matériau foré. Les mouvements de l’opérateur sont surveillés pendant la simulation de formation et un avertissement sonore retentit, ou la machine s’arrête, si un travailleur est trop près d’une machine. « Il s’agit de soumettre la machine d’abattage à une simulation et de voir de quelle façon les données se transmettent dans le monde réel », explique M. Beesley. Le logiciel fournit des analyses du rendement des opérateurs et les formateurs peuvent ainsi proposer des améliorations pour accroître la sécurité et la productivité des travailleurs, ce qui accroît la rentabilité des mines. L’entreprise offre les mises à jour logicielles à ses clients pour les maintenir au fait des changements dans l’industrie et des améliorations du produit.

Traduit par SDL

Publier un commentaire

Commentaires

Version PDF