mars/avril 2013

Lettre du rédacteur en chef

Potentiel énergétique

Par Ryan Bergen

J’ai eu la surprise d’entendre un journaliste expérimenté qualifier la conférence de l’ACPE cette année de « terne ». Peut-être n’y a-t-on rien appris de spectaculaire – les annales de la conférence mentionnent une histoire de coups de feu à l’hôtel Royal York – mais de mon point de vue, l’énergie était palpable.

Plusieurs conversations que j’y ai tenues soulignaient l’urgence pour les petites sociétés de se distinguer de leurs pairs pour assurer leur financement ou de fermer leurs projets complètement. Le gestionnaire de fonds Eric Sprott a haussé le ton pour dénoncer l’approche sournoise des banques centrales qui, selon lui, gardent un pas d’avance sur l’inflation et limitent le prix des métaux précieux. Sans égard aux machinations des banquiers fédéraux, sur le marché, les mines d’or perdent du terrain au profit de produits d’investissement qui n’apparaissaient même pas dans le paysage il y a dix ans. Le marché a évolué et le besoin impératif d’innover en matière d’exploitation et de financement est clair.

Tout en fournissant une riche matière pour de futurs articles du magazine, pour nous, l’événement tombait à mi-parcours du cycle de publication, ce qui nous a obligés à augmenter la cadence de travail. Néanmoins, la conférence a fourni un arrière-plan approprié à ce numéro, qui traite du défi que représente le fait de garder l’équilibre entre ressources et contraintes. Cela s’est avéré le thème central de notre point de mire sur l’énergie et de notre rapport sur le Brésil.

Les développeurs de projets de gaz naturel et de charbon ont hâte de mener leurs généreuses ressources sur des marchés assoiffés de leurs produits. Entre-temps, les producteurs d’uranium et les développeurs attendent leur heure, espérant une renaissance du nucléaire qui semble n’être qu’une question de temps, compte tenu de la demande d’énergie prévue dans l’avenir. Dans l’article, « Le jeu du pouvoir  » , Eavan Moore rend compte de la progression vers les marchés de ces denrées énergétiques.

Dans notre rapport spécial sur le Brésil, Antoine Dion-Ortega, avec son article « Sur la pointe de l’iceberg » , reprend les mots d’Ernest Hemingway pour qualifier la nature de l’industrie minière brésilienne au vaste potentiel et aux nombreuses particularités. Nous découvrons ce que les sociétés canadiennes ont appris des occasions et des limites que présente le pays.

Enfin, si les sociétés minières ne peuvent maîtriser toutes les forces auxquelles elles sont soumises, elles ont un certain impact sur les temps d’arrêt et la fiabilité des systèmes. Comment Suncor a-t-elle augmenté sa production de 70 pour cent sans dépenser une somme proportionnelle? En mettant en place les principes d’amélioration continue, explique Raymond Floyd, membre de la direction de Suncor retraité depuis peu, dans notre foire aux questions « Miser sur la gestion efficace » .

Quels que soient les principes qui guident l’amélioration, le défi réside dans sa réalisation, et c’est ce que nous verrons dans notre section À la une sur l’entretien.

Nous serons très bientôt de retour à Toronto pour le congrès de l’ICM en 2013, pour reprendre ces sujets et plus encore. Nous espérons vous y rencontrer pour donner un nouveau souffle à la conversation.

Traduit par SDL

Publier un commentaire

Commentaires

Version PDF