mars/avril 2013

Perspectives en matière de ressources humaines

Revoir ses perceptions : la technologie et le travailleur d’âge mûr

Par Ziad Saab

L’arrivée de nouvelles technologies au travail représente un défi d’apprentissage pour tous les travailleurs. Mais les employeurs se préoccupent tout particulièrement de la manière dont elles affecteront les travailleurs d’âge mûr qui se sont habitués à une certaine manière de travailler tout au long de leur carrière. D’après le document Mature Workers in Alberta and British Columbia : Understanding the Issues and Opportunities, « les employeurs peuvent hésiter à mener des initiatives visant à attirer ou retenir les travailleurs d’âge mûr à cause d’inquiétudes injustifiées quant à leur volonté d’apprendre de nouvelles habiletés, de nouvelles technologies et de nouvelles pratiques. » Mais les études démontrent qu’il pourrait s’agir d’un mythe.

L’étude Staying Ahead of the Curve : The AARP Work and Career Study révèle que « la formation pratique » et « l’occasion d’apprendre quelque chose » sont deux aspects que les travailleurs d’âge mûr recherchent dans leur emploi.

Ce sentiment fait écho à celui des participants aux récentes études du RHiM, La technologie et l'effectif minier du Canada : Gérer la pénurie de travailleurs qualifiés et X, Y, baby-boomers : la gestion d'effectifs multigénérationnels dans l'industrie minière (mars 2012).

Les données montrent que le quart des travailleurs d’âge mûr interrogés voient le fait de travailler avec de nouvelles technologies comme une importante source de satisfaction au travail, et que ce sont eux qui profiteraient le plus de l’augmentation du rendement et de la réduction de travail manuel qu’elles offrent. Par exemple, dans certains cas, l’exploitation à distance de la machinerie permet aux mineurs de travailler d’un endroit différent de celui où l’équipement lourd est utilisé. L’adoption de nouvelles technologies, comme les camions à benne sans chauffeur, peut réduire la charge physique associée au travail tout en offrant un environnement plus sûr et plus efficace.

Les nouvelles méthodes de travail rendues possibles par les avancées technologiques offrent aux travailleurs d’âge mûr un défi qui les tient intéressés et engagés. Puisque la satisfaction au travail augmente quand on forme les travailleurs à l’utilisation de nouvelles technologies, les employeurs devraient y consacrer des investissements dans le cadre de leur stratégie de maintien des travailleurs. Le maintien est essentiel parce que l’un des plus importants défis auxquels fait face l’industrie concerne la perte de connaissances et d’expérience que provoque le départ à la retraite des travailleurs plus âgés.

L’étude Sondage national des employeurs de 2010 du RHiM indique qu’en moyenne, moins de la moitié des travailleurs du secteur minier ont 45 ans ou moins. Pire, le tiers des travailleurs auront droit à la retraite d’ici 2015 et environ la moitié d’ici 2020. Le maintien de ces travailleurs est primordial pour l’industrie minière, l’alternative étant de laisser partir des connaissances et une expérience d’une richesse inestimable au cours des 10 prochaines années, sans les communiquer aux nouveaux travailleurs. L’introduction de nouvelles technologies et son rôle dans le maintien de travailleurs d’âge mûr pourraient contribuer à amoindrir la pénurie de main-d’œuvre qualifiée dans l’industrie minière canadienne.

En outre, tant le maintien des travailleurs plus âgés que l’adoption de nouvelles technologies permettent de mettre en place des relations de mentorat dont ont besoin les nouveaux travailleurs plus jeunes qui cherchent à développer leurs aptitudes. Le programme MentorVirtuel du RHiM montre très bien de quelle façon la technologie peut favoriser le transfert de connaissances entre les travailleurs d’âge mûr et ceux de la relève. Le programme relie les participants par courrier électronique, vidéoconférence, messagerie instantanée et autres formes de communication numérique. Le mentorat virtuel est efficace, n’exige qu’une à deux heures par semaine, et offre de nombreux avantages à chacun des participants.

Il faudra poursuivre les recherches pour bien comprendre le rôle que joue la technologie dans la rétention des travailleurs d’âge mûr et, ensuite, la façon dont elle affecte le partage de connaissances et d’expériences avec les travailleurs de la relève. Mais le temps est venu de revoir les idées dépassées selon lesquelles les travailleurs d’âge mûr sont réticents à s’adapter aux nouvelles technologies innovatrices qui, en définitive, rendent leur travail plus sûr et moins exigeant physiquement.

Pour consulter ces rapports, veuillez visiter le site www.mihr.ca. Pour en savoir plus sur le programme Virtual MineMentor du RHiM, veuillez contacter Ziad Saab à l’adresse zsaab@mihr.ca.


À titre de coordonnateur des communications, Ziad Saab est responsable du soutien aux différentes initiatives de communication du RHiM et contribue à la planification et à la promotion d’événements. Il est titulaire d’un baccalauréat de l’Université d’Ottawa composé d’un certificat en communications et d’une mineure en sciences politiques. Il a aussi complété une maîtrise en communications spécialisée en étude des médias à l’Université d’Ottawa.

Traduit par SDL

Publier un commentaire

Commentaires

Version PDF